20 mai 2007 7 20 /05 /mai /2007 10:24
- Choisir un titre.
- FAIRE LE PLAN DU LIVRE

- PUBLIER son acte de naissance.
- NAITRE avec un phimosis.
- Se faire CHARCUTER par un médecin véreux (court chapitre qui pourrait aussi s'intituler "Triste sire concis")
- DEVOUVRIR le plaisir solitaire dans un lit-cage.
- Se SOUVENIR qu'on a fouetté des cochons d'Inde au stade sadique-anal.
- TRAVAILLER dans une fabrique de bottes.
- PASSER son enfance avec une dompteuse de fauves.
- AVOIR PEUR de danser.
- AVOIR PEUR des filles.
- ALLER aux putes.
- ALLER avec les travelos.
- ACHETER "UNION" en cachette.
- SE FAIRE FABRIQUER sur mesure une paire de cuissardes.
- REFOULER des idées sexuelles contre-nature.
- AVOIR PEUR du SIDA.
- RELIRE le livre de Vanessa DURIES.
- PASSER une annonce dans "Libé".
- ALLER a CARCASSONNE faire le tapin sur les boulevards.
- ACHETER un fouet dans un vide-grenier.
- FOUETTER un homme dans un hôtel "Formule 1" près d'un aéroport.
- Se FAIRE SUCER par un politique influent.
- FOUETTER une star de la chanson.
- MENTIR.
- MONTER à Paris et descendre à l'hôtel.
- APPELER une avocate "MAITRESSE".
- DESSINER de mémoire le logo de "La voix de son maître."
- FAIRE LA QUEUE durant trois quarts-d'heure devant un cinéma d'art et d'essai le jour de la fête du cinéma pour voir "Les 120 jours de Sodome" de Pasolini.
- APPRENDRE à observer le silence.
- Ne pas S'IMPATIENTER à l'immobilité.
- SOUFFRIR de TOC.
- SUPPORTER la douleur.
- TELEPHONER à Jeanne de BERG.
- PASSER une annonce dans "SWING".
- ACHETER la revue "DEMONIA" et la JETER.
- ENTRETENIR avec sa mère un rapport amour/haine.
- AVOIR PEUR de "faire un AVC".
- CREER un BLOG littéraire et érotique
- RENCONTRER la mère et la soeur de Vanessa Duriès.
- AMORCER une Thérapie comportementale et Cognitive.
- VIVRE.
- MOURIR.

Tenter de rédiger un chapitre :

Acheter un fouet dans un vide-grenier.

Je l'ai acheté à un Anglais (A-t-il connu Sir Stéphen ?) dans une brocante, allées Jules-Guesde. Il était sur un étal, au milieu de gants de boxe, voisinant avec des bottes de cheval, des ballons de cuir, des chevilles de golf, des pusching-ball ; jouxtant une valise, un chapeau-claque-melon, un nécessaire pour homme.
J'ai commencé par demander combien valait la valise, le chapeau, puis le fouet. Le fouet : 15 euros. 100 francs, donc. Ce ne fut pas un achat pulsionnel. J'ai réfléchi. C'était un mignon joli petit fouet tressé à mèche courte. Il avait dû servir. Mais à qui et pour quoi ? Ce serait une seconde main. Je suis allé au distributeur de billets de banque. J'ai retiré 20 euros, et je suis revenu chez le marchand. J'ai dit : "Je prends, c'est pour fouetter mon psychiatre et mon chef de service." Il n'a pas eu de réaction. L'humour anglais, of course. Pince-sans-rire. Britisch. Humble sujet de sa grâcieuse majesté. La Perfide Albion. Je suis rentré chez moi et j'ai commencé à lui donner une seconde vie, en l'étrennant avec mon dos.


Raoul Jefe

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AURORA 22/05/2007 05:00

De retour.
Je rattrape mon retard de lecture et je me régale de ce plan qui commence en "Inventaire à la Prévert" et débouche sur cet impalpable humour anglais impeccablement mis en mots.
Merci pour cet heureux moment.

joel fauré 20/05/2007 18:24

Camille : VIVRE est une tentative. C'est toujours tendre vers le mieux-être. J'irai du côté de votre joie.
Raoul Jefe.

Camille 20/05/2007 13:31

Curieuse Camille :est-ce que le chapitre VIVRE sera un aboutissement ? ou une fatalité? Connaissant ma joie , vous savez monsieur Jefe , vers quel côté ma balance pencherait . Et vous ? Peut-être ne savez vous pas encore me répondre . Curieuse , Camille...A demain..;

Camille 20/05/2007 13:16

Parce que je suis Camille , je ne pourrai pas faire de commentaire à tous les chapitres ... mais à partir des TOC, oui , je sais et le reste aussi . A demain , Camille.

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens