18 juin 2007 1 18 /06 /juin /2007 17:29
A Marden,
que je ne connais pas très bien.
Mais quelqu'un qui partage la vie de celle qui m'a donné envie de créer un blog
et qui a rencontré Jean-Charles Aschéro ne doit pas être entièrement mauvais.



Une lettre qui a du cachet...

J'ai très bien connu Jacques Brel. Je lui ai même écrit une lettre, là bas, dans son île, en 1996. Comment ? Qu'est-ce que vous dites ? Qu'il était déjà mort ? Je voulais simplement m'en assurer. On vous dit n'importe quoi, à la télé, surtout place Esquirol à Toulouse. Je lui écrit : "Cher Jacques, voyons un peu si la Poste, même si tu n'es plus parmi nous, prend soin de toi. Je te serre cordialement la main." Je poste la lettre à Toulouse le 8 septembre 1996 et je l'adresse à "Monsieur Jacques Brel. Atuona. Iles Marquises. Polynésie Française." Je crois bon de rajouter en diagonale : "Faire suivre en cas de départ." Je n'oublie pas au dos la contre-adresse. Je colle un timbre de collection. Ca coûte pas plus cher et ça fait joli.
Quelques jours plus tard, la lettre m'est retournée. Au dos, il y a le cachet couronne qui dit dans son arrondi : "Atuona - Hiva-oa - Marquises" et sous une étoile sur deux lignes :
11 - 9
1996
Sur la face de l'enveloppe, l'adresse est rayée d'un grand trait rouge. Quel est l'homme de lettres de malheur qui a rajouté, toujours en rouge : "Décédé. Retour à l'envoyeur." ?

Correspondances.
J'entretiens, depuis bientôt vingt ans, avec Ludovique Lefrêne, depuis qu'elle a répondu à "Brel, poste restante", une relation épistolaire de belle qualité. Elle me parle de sa belle Bretagne, du gris, du vent, de la pluie, de nature, de tartes aux pommes et de rouges-gorges ; j'aime ses mots bleus, son bon sens, sa finesse d'esprit, sa sagesse et son élégance de propos. Je ne connais pas le son de sa voix. Je ne l'ai jamais vue. Quand je demande à mon père s'il y a du courrier, il me répond invaraiblement : "Y'a une lettre de cette femme qui t'écrit..."
Le 2 novembre 1999, elle me poste une lettre qui dit ceci :
"En ce début du mois de novembre, date particulière nous reliant plus fortement à ceux qui nous ont quittés,... pour toujours, je pense aussi, en ce moment, à Jacques Brel. De son coin du ciel, il doit observer, d'un oeil amusé, nos échanges de correspondances, en étant, sans le vouloir à l'origine, cela fait quelques années maintenant."

Tu le regretteras...
"Ecrivez. Conservez les lettres. Relisez les. Laissez-les travailler dans l'ombre. Votre, (Jean Cocteau.)
" - César, une lettre de Marius. Elle est lourde." (Marcel Pagnol)
Ce n'est pas parce qu'il n'est plus à France Inter que j'en oublie l'ami Jean-Charles Aschéro. En octobre 1999, il m'écrit :
"Un matin, c'était en 77, Gréco téléphone à la radio sur le coup de 4 heures du matin et me propose de venir prendre le petit déjeûner chez elle avant de rentrer chez moi. (...) je décline en prétextant la fatigue. (...) "Tu le regretteras" m'a dit Juliette. Eh bien j'ai été grandement puni dans ma fatuité d'homme, lorsque j'ai appris, quelques jours plus tard que Brel, qui plus est insomniaque, et qui aurait bien aimé me rencontrer, avait pris pension chez elle... C'était au moment où il enregistrait son dernier disque. Or, il lui avait fait promettre de ne pas signaler sa présence en ces lieux. De ne révéler à personne l'endroit où il se terrait. Soupçonnant même les journalistes d'avoir placé les lignes téléphoniques de ses amis sous écoute...
Bien fait pour moi !"

(A suivre.)

Joël Fauré.

Partager cet article

Repost0

commentaires

teberli 19/06/2007 22:21

Je suis moi même une "vieille quelque chose" .. ;-))
Vous êtes timide.. je suis persuadée être nulle .. nous sommes quittes ... ;-))
Fouillez, fouillez, les blogs sont là pour ça..

joel fauré 19/06/2007 21:58

Emu, surpris, bouleversé. Pourquoi ? Parce que le fil du hasard m'a conduit vers vous, et que des mots m'ont retenu par la manche. Et puis, tout bête que je suis, je suis revenu me réfugier chez Aurora... Oui, j'aurais dû... Oui, vous m'ouvrez les yeux, vous me faites toucher du doigt l'humain, le coeur qui palpite... Peut-être aussi parce que cette "dimension" des blogs que je découvre me fait avancer à petits pas, moi, le timide...
Et puis aussi enfin peut-être parce que je n'ai pas été plus avant dans votre blog, par pudeur... Mais je vais de ce pas retourner dans votre jardin... Parce que je ne sais pas qui est derrière la machine... Teberli... Je dois être un vieux quelque chose...
Allez-donc voir les premiers "échanges" que j'ai eus avec Aurora, à petits pas,et vous comprendrez...
Je suis votre voisin de coeur.
A bientôt...

teberli 19/06/2007 20:40

"j'aurais tant voulu répondre"...
Et .. pourquoi ne l'avez vous pas fait ???
j'ai bien failli ne pas le voir, ce commentaire qui fait chaud au coeur ....
parce que, finalement, pourquoi nous exposons nous ainsi sur nos blogs... si ce n'est pour recevoir un peu de chaleur en retour ???
Enfin.... c'est mon avis..
Et, parce que je cultive le paradoxe, moi qui n'aime ni me montrer, ni qu'on me regarde ... je me plais à imaginer cette "rue des blogs" où chacun peut regarder en se promenant, par la porte ou la fenêtre ouverte, ce qui se passe "à l'intérieur", et laisser en passant un avis, un mot, une chaleur....
a bientôt.. au prochain détour .....

Joel Fauré 19/06/2007 18:38

Marden : Alors là, si vous me prenez par les sentiments... :o) Je ne connais pas plus belle phrase que : "Les jambes des femmes sont des compas qui arpentent le globe terrestre en tous sens, lui donnant son équilibre et son harmonie."
J'ignorais ce phantasme d'Aschéro. Tiens, en voilà un autre qui aime beaucoup les femmes.

Aurora : C'est "le tango du collège qui prend les rêves au piège et dont il est sacrilège de ne pas sortir malin" qui a dû vous laisser diriger vers les petites têtes blondes et brunes, et vers vos rêves de férule d'or...
Comme le chante Jean-Michel Caradec :
"Quand le maître s'ennuie, quand le maître s'endort, en rêvant qu'il manie sa belle règle d'or..."
Bien à vous.

AURORA 19/06/2007 02:51

Que lis-je?
Mais ouf!, j'apprends avec soulagement que c'est en 1970 que Marden aimait "les" femmes...
Et dire que moi, en ce temps-là, je n'aimais même pas encore les petits garçons mais j'écoutais déjà "Rosa, Rosa, Rosam..."

;-))

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Archives

Liens