17 août 2007 5 17 /08 /août /2007 19:36
Une lettre au Père Noël.
Le services des lettres au Père Noël est installé au Centre de Recherche du Courrier, à Libourne. L'idée date de 1962. Elle est de Jacques Marette, alors ministre des PTT et frère de Françoise Dolto. Depuis, le succès n'a cessé d'être grandissant. Au nom de ma mère, j'adresse au grand bonhomme rouge et barbu, cette demande :

Mon cher Père Noël,
Malgré mon âge, il me serait agréable de recevoir un tout petit signe de vous.
Plus que jamais, je veux croire en vous et en votre magie.
Je vous souhaite grand courage et vous embrasse très fort.
Marthe Fauré.

Réponse du Père Noël.
Le Père Noël -2004- 33 LIBOURNE
à
Marthe Fauré
Maison de Retraite "Ste Cécile"
66 Bld du Tarn
31660 BESSIERES

Mon bout d'chou
J'ai bien reçu ton courrier qui m'a fait très plaisir. Je l'ai lu attentivement et je tenais à te répondre personnellement. J'en profite pour t'envoyer une petite surprise que je te laisse découvrir. Ici, tout se passe bien. Je suis en pleine préparation pour les fêtes. Je suis sûr que cette année encore, tu vas beaucoup t'amuser !
Les lutins se joignent à moi pour te faire de gros bisous.
Père Noël
qui pense fort à toi.
PS : Ah j'oubliais ! Je t'invite chaque jour sur mon site www.laposte.fr/pere-noel
Tu y trouveras plein de jeux et des aventures auxquelles tu pourras participer.
Et maintenant, découvre vite la surprise que je t'ai réservée : un joli puzzle qu'il te suffit de découper.
A toi de le reconstituer selon le modèle !
Tu pourras retrouver le Père Noël et la planète Zinzin sur le site www.laposte.fr/pere-noel

Encore quelques mots d'une chanson...
"Tu verras, tu seras bien..." chante Jean Ferrat, comme pour mieux aider à convaincre le femme de sa vie à rentrer en maison de retraite.
A "Sainte Cécile", Marthou fait les quatre cents coups. Le personnel s'arrache la perruque. De guerre lasse, elle se résignera : peut-être que le bateau affrêté par mon oncle est-il arrivé à bon port ?
Et pourtant, "La vieillesse est un naufrage" a dit le général de Gaulle. Comment s'y prennent les familles devant l'aïeule ou l'aïeul qui "traverse le présent en s'excusant déjà de n'être pas plus loin..." selon le mot de Jacques Brel ? (Vous ai-je déjà dit que ma mère a très bien connu Jacques Brel ?) Ils viennent au début souvent, avec cadeaux et sourires, puis un peu moins, parce qu'il y a toujours une bonne raison, "vous savez, un impératifmaiscestpromisonviendradimanche...", et puis presque plus du tout. Jusqu'à ce qu'un coup de téléphone attendu annonce une mauvaise nouvelle.

Une carte postale.
Je suis de ceux qui pensent qu'il faudrait que le facteur passe aussi le dimanche et les jours fériés. Et même, surtout le dimanche et les jours fériés. Et qu'il n'apporte ce jour-là que des bonnes nouvelles. Il y a là un créneau à prendre. Il reste à créer une entreprise d'hommes de lettres du dimanche. Le dimanche, les lettres sont plus belles.
Outre le cordon ombilical que je n'ai pas coupé, et qui me relie toujours à la femme de ma vie, j'ai établi un fil, un lien très fin entre nous deux. Chaque semaine, je confie aux bons soins de l'acheminement postal une petite carte postale à l'attention de "Madame Marthe Fauré ; Maison de Retraite Sainte Cécile ; 66, boulevard du Tarn ; 31660 Bessières" Je griffonne deux ou trois mots pas révolutionnaires sur le plan littéraire ; je colle un joli timbre de collection. Je le jette à la boîte, en général le mercredi ; au mieux, elle arrive le samedi. Et le dimanche, c'est moi qui mets la casquette de préposé, et viens vérifier que la tournée a bien été effectuée.
Pendant longtemps, j'ai apporté des gâteaux. J'arrivais à l'heure du dessert, alors que Pascal Sevran, dans la télévision, juste après la messe, devenait Grand Prescripteur et Maître-Chanteur, ("C'est aujourd'hui dimanche, et j'allais voir maman, j'ai pris ces roses blanches, elle les aime tant..."). La lippe gourmande, ma mère enfournait goulûment les Religieuses et les Saint-Honoré. A voir la tête de Sevran, j'imaginais qu'il devait penser que c'était folie de s'empiffrer ainsi d'étouffe-chrétiens.
Je demandais à ma mère des nouvelles de sa santé : elles n'étaient systématiquement pas bonnes. Elle partait en litanies et jérémiades : elle n'avait "rien à se mettre", elle allait se jeter par la fenêtre, c'était la dernière fois que je la voyais ; demain, elle serait morte, elle voulait que je la prenne avec moi : c'était la crise sur le gâteau.
Alors, je tentais de faire diversion :
"- Et la carte postale, tu l'as reçue ?"

Elle en a toute une collection qui s'épaissit dans le tiroir.
" - Qui a eu cette bonne idée de coller les cartes postales sur le mur de ta petite chambre, juste en face de ton lit, pour que tu les voies bien ?
- C'est Angélina. Il y en a 14."
Dimanche prochain, il y en aura quinze.

Ma mère ne m'a pas vu grandir.
Je n'ai pas vu vieillir ma mère.
Nous nous aveuglions mutuellement.
Et puis un jour, nous avons recouvré la vue
Pour redevenir aveugles aussitôt,
Brûlés par la lumière trop crue.

(A suivre)

Joël Fauré

-----
LE REVE DE CAMILLE...
In the mood for Singapour

Elle s'appelle Camille. Comme Camille C. Elle, c'est Camille Z. Il se trouve que Camille C. a rencontré Camille Z. un jour, ou peut-être une nuit, dans un endroit de tous les transits, un sas sensationnel... Langue à la chatte ? Le Métro !
Camille Z., je la croisais souvent sur le palier ou dans l'escalier. Un jour, nous avons échangé trois mots et deux regards. Elle faisait du frottis-frottas, et même un peu plus que ça, à la fac, au vu et au su de tous, avec la "chose littéraire". Elle se destinait à embrasser une carrière dans l'information, la communication, le journalisme... J'ai senti en elle la femme aux semelles de vent... Elle caressait déjà son rêve : poursuivre ses études à Singapour... En attendant, je lui "é proposai" d'écrire à quatre mains une sorte de "cadavre exquis"...
Ma rue, qui a été la sienne, me paraît bien étroite soudain, à la vue des images et des des paroles qu'inscrit Camille sur le blog, joli et instructif, qu'elle vient d'ouvrir, et que je vous conseille chaudement de visiter :
http://camasingapour.over-blog.fr/
Elle est riante, rieuse, courageuse, Camille, après un très grave accident, le mois dernier, qui a failli lui coûter la vie -et dont elle est sortie grandie- ; son désir d'Asie, elle vient nous le faire partager, et c'est un souffle d'exotisme qui parvient à nos narines.
Camille prépare une licence de communication à la "Nanyang Technological University" de Singapour... J'ai déjà appris qu'à Singapour, une loi interdisait de mâcher du chewing-gum et qu'il n'est pas rare de croiser des animaux qu'on croyait n'exister que dans les dessins animés... Dépaysement garanti.
Mais le mieux encore est que vous vous fassiez votre propre idée...

Sur la conviviale page d'accueil de son blog, vous pourrez lire, près de la jolie frimousse de Camille :
"Pour vous raconter un peu... ce que je vis là-bas(1)... à Singapour...
Au départ, ce n'est qu'une idée, un souhait, un désir qui peu à peu, prend forme pour venir s'imposer complètement à l'esprit... Une folle envie d'évasion... Un tournis à l'horizon.
Des traditions, des cultures et des coutumes qui intriguent, des paysages qui émerveillent, des visages qu'on aimerait connaître... de simples images qui nous transportent jusqu'au jour où l'on décide de faire le voyage pour s'en approcher au plus près, pour dessiner sa réalité et s'en imprégner tout à fait.
http://camasingapour.over-blog.fr/

(1) Mon égo hypertrophié me donne liberté d'écrire que le blog de camille est né tout près du mien, et que nous avons le même accoucheur.

------

"BLOG DAY"

Le cahier saumon du "Figaro" de ce jour m'apprend, dans un entrefilet que j'ai bien failli ne pas voir :
"BLOG. Le 31 août aura lieu la troisième édition du "Blog day", les blogueurs devant recommander cinq nouveaux sites."

JF






Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joël Fauré 18/08/2007 14:01

Aurora :
I - J'adhère à votre analyse. Dans "Pour le pire et pour le meilleur", Jack Nicholson (qui interprète un romancier atteint de TOC) fait cette réponse : "J'écris comme un homme, mais je pense comme une femme." (A moins que ce ne soit le contraire...)

II - Les femmes m'ont toujours "terrorisé"... Et je les redoute pour leur supériorité en tout. Je pense vraiment ce que j'écris... Et plus je les ai redoutées, plus elles m'ont terrorisé, plus je les ai aimées...

III - J'ignorais qu'il puisse y avoir un "élitisme" dans ce rendez-vous... mais qu'à cela ne tienne, les fourmis aussi, à leur échelle, peuvent vivre leur "blog day"...

AURORA 18/08/2007 04:36

I- Belle métaphore que celle de la lumière et des aveugles...
Vous êtes un homme mais il y a quelquefois en vous des échos d'une plume féminine, celle d'Annie Ernaux lorsqu'elle écrivit "Une femme".
Oserai-je vous dire que vous avez cependant EN PLUS la douceur compassionnelle qu'elle masque bien trop à travers la carapace de sécheresse qu'elle s'est construite comme "antalgique"?

II- Il y a décidément beaucoup de "Camille"(s) et de femmes dans votre vie. Sourire...Seriez-vous un insatiable Don Juan?

III- Pour le "Blog Day", hélas, vous n'avez pas encore pris les habitudes de la dite "Blogosphère" ou plutôt de cette "blogeoisie" qui sévit depuis trois ans et obère tous les autres: n'y comptent que les avis des grands blogueurs, le Top 100 des mensuellement classés.
Nous, nous sommes des fourmis. Et encore, je suis optimiste...

Fidèles amitiés.

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens