26 août 2007 7 26 /08 /août /2007 12:31
CITATIONS

Pourquoi deux citations me parviennent-elles de front, comme des chevaux de rappel sur la piste de ma mémoire ? Mon "grand" ami albigeois Henri de Toulouse-Lautrec serait-il passé par là ?
La première : "Les gens heureux n'ont pas d'histoire".
La seconde : "On ne fait pas de la bonne littérature avec de bons sentiments."
Oui, pourquoi, au bout de ce jour, affleurent ces mots ?
Est-ce dû à mon âge ?
A l'inflexion sensible de ma pensée ?
Mais le nerf joue ses ressorts ; le sang afflue là où il faut, et les yeux lisent tout ce qu'ils peuvent. Je ne parle pas que des livres.
Il se trouve que "chez Essel et Théret", deux bons à rien confondus dans la fondation d'une librairie, debout, (comme Marie Billetdoux lisant "Sous le soleil des Scorta" et s'interrogeant sur le bienfondé du Goncourt 2004 pour ce titre.)  j'ai lu jusqu'à la page 37 le livre dont "on" parle tant : "L'Aube, le soir ou la nuit" de Yasmina Reza, transformée en thuriféraire du pouvoir.
D'elle, j'ai aimé "Art". J'ai vu sa photo. Elle danse un slow avec Sarkozy à qui le livre entier est consacré. (1)
Autant vous le dire d'emblée : je suis agacé.
Elle me rappelle le poète dont j'ai oublié le nom qui cirait les chaussures de Ceaucescu, en Roumanie.
"L'aube, le soir ou la nuit" : oserai-je écrire que c'est sec, sans style ?
Bien sûr me direz-vous, je me suis arrêté à la page 37. Question de climat, d'état d'âme, d'instant ?
Pourquoi deux citations me parviennent-elles de front, comme des chevaux de rappel sur la piste de ma mémoire ?
La première : "Tout ce qui brille n'est pas de l'or."
La seconde : "L'argent ne fait pas le bonheur".

(1) Je lis aujourd'hui dans "Aujourd'hui en France" cette phrase explicite de Bernard Pivot : "J'aurais aimé que mon éditeur me demande d'écrire un livre sur Réza écrivant un livre sur Sarkozy. Quand je les vois danser ensemble, je m'interroge..."

JF
-------
PROCHIANEMENT SUR CET ECRAN
"LE LIVRE DE MON PERE"
Le nouveau récit captivant de Joël Fauré

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joël Fauré 28/08/2007 21:18

Liberté : Peut me chaut ? Bigre, c'est dire pis que pendre...
Je suis heureux de vous retrouver ici, après vos "jolies colonies de vacances".

teberli 28/08/2007 14:41

Hé bien moi, je ne le lirai pas ....
Je n'aime pas les cireurs de chaussures.... enfin... non, je dis des âneries....
J'aime les petits cireurs de chaussures qui font ça pour gagner quelques sous pour vivre..
Je n'aime pas les cireurs de pompes .... comment, ça, c'est pareil ???
Ben non, c'est pas pareil, du tout !!!
Bon, bref, j'aurais plein de choses à dire sur la note d'aujourd'hui, mais le devoir, terre à terre, lui, m'appelle .....
Il reste plein de choses à ranger, à laver, à ramasser, à compter, à vider... (sans parler de nos sacs ;-)) dans cette colo avant de la quitter .......
Mais.. peu vous en chaut..... suis-je bête...
La bise de fin d'été...

Joël Fauré 26/08/2007 23:49

Camille : Vous allez beaucoup trop loin...

Camille C. 26/08/2007 18:43

J'aime bien vos humeurs, j'aime quand vous fulminez, cela montre que vous avez toujours du ressort.Je vais me faire un avis jusqu'à la page 32. Camille C.

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens