10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 17:29
C'est décidé, j'écris à Rustica, et pas à Détective.
Toulouse, le 12 avril 2005
Bonjour,
En 1975, le magazine pour jeunes "Pif-Gadget" avait eu l'heureuse idée de glisser sous son cellophane un jeune sapin du Grand Nord.
Je l'ai planté, avec mon père, et aujourd'hui, superbe et luxuriant, il me parle avec nostalgie du temps qui a passé ; il reste un vrai symbole de vie.
Nous l'avons planté et je suis fier de le voir respirer : j'ai souvent imaginé que d'autres enfants, à l'époque, avaient fait de même.
Et la question que je me pose aujourd'hui est la suivante : que sont les sapins de Pif-Gadget devenus ?
Où sont-ils ? Et leurs petits planteurs ont-ils gardé la main verte ? Se souviennent-ils que le conifère du jardin qui a bien grandi est le reflet d'une époque ?
Il ne serait peut-être pas inintéressant de vouloir répondre à ces questions.
Il m'a semblé que vous pourriez être un relais efficace et précieux pour tenter de retrouver la trace du gadget évolutif, et, au delà de l'aspect un peu futile de cette démarche, d'établir une sorte de "sapineraie" du coeur, du souvenir et de la mémoire.
Le sapin a été mis en terre il y a trente ans ; les petits lecteurs de Pif sont sans doute maintenant quadragénaires.
Qu'en pensez-vous ? Voulez-vous m'aider ? Et puis, un sapin, ça change un peu des "marronniers", non ?
Voilà, l'idée est lancée.
Ce joli avis de recherche apporterait peut-être, au milieu de l'inextricable magma d'informations catastrophiques et de questionnements une note de fraîcheur et d'espoir.
Cordialement vôtre.

P.S. : Mon père, qui avait la main verte et m'a aidé à planter le sapin, est mort le jour de Noël 2003. Il s'est éteint paisiblement d'un arrêt du coeur. A tout jamais le sapin de Pif sera un sapin de Noël.
Bravo pour votre revue qui est l'une des rares que l'on puisse ouvrir sans traumatisme : pas de couverture racoleuse, pas de "people"...
Lors des obsèques de mon père, j'ai tenu à l'accompagner de ces quelques mots de Saint-Exupéry : "Si je suis descendu, je ne regretterai rien. La termitière future m'épouvante et je hais leurs vertus de robot. Moi,
j'étais fait pour être jardinier."

Rustica
me répond.
Le 18 avril 2005
Bonjour
et merci pour votre message. Nous nous ferons l'écho de votre démarche dans nos pages Courrier.
Cordialement.
A. Raveneau


Rustica
publie ma lettre.
C'est dans le "Rustica" numéro 1857 (semaine du 27 juillet au 2 août 2005) qu'est publié, page 5, à la rubrique "Courrier des lecteurs" un condensé de ma lettre.

Des lecteurs de Rustica répondent à la pelle.
C'est mon père qui aurait été content de voir toutes ces lettres, et surtout, toutes ces photos. De Poitiers, d'Aulnay-sous-bois, du Blanc-Mesnil, de Bobigny, de Grenoble, d'Avignon, de Châteauroux. Je me suis amusé à colorier d'un petit point, sur la carte de France, l'endroit où croît et vit un sapin de "Pif", et où, peut-être d'autres papas ont aidé leurs rejetons à planter la petite brindille. Petit bonheur deviendra grand...
La lettre la plus touchante dit : J'ai moi-même offert à cette époque ce gadget à mon fils aîné. Il plaça d'abord la minuscule brindille sylvestre dans un pot de terre où l'arbuste passa quelques années. On lui offrait un pot plus grand au fur et à mesure qu'il grandissait.
L'arbrisseau échappa plusieurs fois à la mort, mais fut planté à son emplacement actuel en 1993. Il mesurait à peine un mètre. Aujourd'hui, il dépasse les quatre mètres et se porte très bien. Ci-joint une photo."
La plus "itinérante" : "Voici le périple de notre sapin, planté au Blanc Mesnil en 93000 [sic] puis déplacé à Poitiers en 1977 dans un jardin où nous habitons puis redéplacé dans le jardin de mon fils en bord de rivière en 1986 mais toujours à Poitiers. Maintenant, il est grand, il mesure entre 8 et 9 mètres."
La plus drôle : "Moi aussi, j'ai planté un sapin de Pif-Gadget et il est en pleine forme. Malheureusement, mon voisin râle car il touche une petite construction. Je fais la sourde oreille, et j'attends une lettre officielle de la mairie pour le réduire de moitié. (Peut-être que ce charmant voisin n'ira pas jusqu'au bout.)"

Savez-vous planter des sapins ?
Voici comment s'y est pris l'hebdo communiste-oecuménique-consensuel Pif-Gadget n° 347 (Dépôt légal : octobre 1975) -impressionnante couverture où l'on voit la cime d'un sapin défoncer un toit, avec cette accroche : "Attention, dans deux ans, ce sapin sera plus grand que toi- pour expliquer aux enfants la meilleure façon de bichonner ce gadget particulier : un sapin.
"Après l'avoir sorti de son sac, fais un trou dans la terre... Puis, poses-y les racines avec leur terre !!!
2) Plante ton sapin dans un pot rempli de terreau ou dans ton jardin.
3) Après, c'est très important, recouvre les racines jusqu'aux premières branches.
4) Soutiens ton sapin à l'aide d'un tuteur. Arrose-le tous les jours et tu pourras le garder pendant trois ans sur ta fenêtre.
5) Ensuite, tu pourras le planter en pleine terre et le voir grandir de 80 cm tous les ans pour atteindre une hauteur de 30 à 40 m (10 étages)."

Pour la petite histoire, "Pif" commande 615 000 plants de ce sapin (en fait un épicéa) à une société basée en Hollande. 360 000 exemplaires ont été vendus. En étant optimistes, nous pouvons considérer que 360 000 papas ont mis la main à la terre.
Je me refuse à penser que certains papas ont laissé leurs enfants sentir seuls le sapin.
J'aime à penser que 359 999 autres sapins que le mien s'épanouissent sur notre bonne vieille Terre, qui est si belle quand on y plante des arbres.

(A suivre.)

Joël Fauré

-----
Brèves:

Il est fort, ce Bernard !

Bernard Pivot m'étonnera toujours. J'aime cet homme, véritable ami des mots. Dans "Le Journal du Dimanche" d'hier, il a réussi le tour de force de parler des 727 livres sortis pour la rentrée littéraire... en une seule chronique !
Il fallait y penser : tout simplement en indiquant la sortie des dicos cuvée 2007 "Petit Larousse" et du "Petit Robert", que lui seul peut se permettre de nommer "PL" et "PR".
BP est irrésistible en gourmand de mots quand il se délecte de voir l'un des 100 mots "vieillis" qu'il a voulu réhabiliter faire son entrée : "carabistouilles".

JF

Partager cet article

Repost0

commentaires

AURORA 11/09/2007 01:59

Merci pour ce merveilleux conte (mais si, la réalité peut devenir conte) de Noël que vous nous avez offert ce soir, bien avant la date!

Camille C. 10/09/2007 22:05

Les sapins de Pif ! Merveilleuse histoire !Je reste pensive, menton collé au creux de ma main, les yeux grands ouverts sur l'écran et les souvenirs... Merci .

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Archives

Liens