14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 20:18
"On me dit
que je fus couvé par ma mère."

On me dit que je fus hyper-protégé, couvé par ma mère : fut-elle faible ? Voyait-elle sur le parcours de ma santé précaire les jalons indicateurs d'une plus grande tolérance à mon égard ? Aurait-elle dû dormir à mes côtés, pour conjurer mes peurs, aussi longtemps, jusqu'à 12-13 ans à peu près ? Parce-qu'elle me mettait de plain-pied avec d'insurmontables difficultés, je fuyais l'école, avec une migraine ou un mal d'estomac. On prétend qu'ils furent souvent fictifs : je ne sais si je sus à ce point jouer la comédie.
Mon corps s'illustra très tôt dans de splendides échecs : les cours d'éducation physique, au collège, en furent le théâtre privilégié : je ne pouvais courir plus de dix mètres sans avoir un point de côté ; le grimper à la corde ne resta qu'une abstraction, mes mains ne voulurent jamais me hisser vers les "Très-Haut", et mes pieds refusèrent obstinément de s'élever, sous les lazzis et les quolibets de mes camarades. Il fallut user du "mot" des parents à l'intention de mon professeur de gymnastique pour que ce dernier accepte de me dispenser de ses subtiles sciences.
Des peurs, des anxiétés, des angoisses naquirent : on allait sans doute me faire un croc-en-jambe à la sortie des cours ; je n'allais pas retrouver mon cartable ; on allait m'enfermer, par jeu, dans les toilettes ; envoyé au tableau noir, je n'allais pas savoir résoudre une division à virgule ; j'allais manquer le car... Climat constant d'insécurité qui m'enveloppait ainsi qu'un paletot sur lequel, c'est bien connu, tout peut tomber.
De retour "à la maison", des frayeurs me poursuivaient : avant de me coucher, je vérifiais bien qu'il n'y avait personne sous mon lit, et surtout pas la "popoye" dont on m'avait assuré qu'elle faisait peur aux enfants. De ce côté-là, on avait dit vrai. Cette oeuvre de pure fiction remplissait bien son rôle.

"... "la popoye" faisait peur
aux enfants..."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AURORA 15/10/2007 02:37

Votre mère vous aima ainsi et vous protégea comme elle pensait devoir le faire...
Que d'erreurs font les mères de leur "trop d'amour"!
Mais à cause de celui-ci, il leur sera beaucoup pardonné...

Camille C. 14/10/2007 23:22

Toutes ces peurs et ces incertitudes que vous racontez sont très normales chez les enfants, chez les très sensibles disons. Chez ceux qui sont élevés dans le respect des valeurs et qui donc, n'osent pas crier plus fort. Mais il est vrai que vous faites partie d'une époque où les parents et les enseignants aussi, tenaient moins compte de la tortueuse psychologie enfantine ou adolescentine. Victime d'une époque ? oui et non, une époque où chacun a fait comme il a pu avec ce qu'il avait. Je pense que nous sommes nombreux à être passés par de tels tourments mal digérés.Bien à vous, Camille.

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens