28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 17:35
"Je suis terrorisé 
par l'argent.

Je suis terrorisé par l'argent. Mes rapports avec lui sont des plus tumultueux. J'ai une peur panique à l'idée d'ouvrir l'enveloppe qui contient le relevé des mouvements bancaires. Bien souvent, pour couper court, je ne l'ouvre pas. J'ai une angoisse après chaque paiement, aussi minime soit-il ; après un retrait -le retrait en d'autres circonstances est protecteur-. Et pourtant, je ne pense pas être radin. Que Dieu ou Diable m'en préserve.
Pour contrecarrer la crainte de "manquer", il m'arrive de jouer les cigales et d'avoir le billet facile, mais toujours en sachant raison garder. Pour faire la nique aux empêcheurs de vivre en rond.
L'argent reste un motif anxiogène.
Du plus loin qu'il m'en souvienne, à peine et à jamais structuré (et édifié) sur l'architecture pécuniaire, je l'ai toujours vomi. Au grand désespoir de ma mère qui, en voulant me cabosser à son modèle -sur ce plan-là, en tous cas-, m'a fait tomber dans l'excès contraire. Il faur dire que mon père, rapportant ses modestes salaires, n'a jamais su actionner les cordons de la bourse, pas même en répartir judicieusement le contenu ; encore moins rédiger un chèque. Il abandonna à sa femme le soin de porter la culotte. Elle s'en acquitta non sans moultes préoccupations qui sont à la source, il me semble, de sa peur obsessionnelle d'être en manque.
Je me souviens du passage du facteur, oiseau de mauvaise augure, porteur de factures (avez-vous remarqué que l'anagramme de facteur est "facture" ?) Ma mère les ouvrait impulsivement et rentrait dans des transes indescriptibles. J'assistai impuissant au saignement à blanc de la famille !
Longtemps sans autonomie financière, j'étais un poids mort à la charge de la gestion maternelle et de la cellule de crise familiale.
Dès que j'ai pu faire bruire les premiers billets que j'avais gagnés sans tirage au sort, à la sueur de mon front, la mise en garde a été implacable : "Fais attention à l'argent ! Regarde où tu le passes ! Ne le jette pas par la fenêtre !"...
Sans aucun goût de luxe, les directives ne restèrent pas lettre (chiffre ?) morte...
Pourtant, le passage, à midi passé de l'oiseau de mauvaise augure laissa les traces de ses serres : le mauvais pli de l'assureur, ou celui du percepteur, dont j'étais le destinataire, faisaient basculer ma mère dans des transports douloureux.
Sans rouler sur l'or, mes parents n'ont jamais eu d'ardoise.
On se souvient de ma difficile intégration dans la vie sociale et professionnelle. Chômeur, RMIste de la première heure, mes revenus riment avec menus. Je n'ai pas un sou vaillant. Ma mère puise dans son escarcelle pour parrainer l'achat d'un dentifrice ou d'un pull-over.
Au fur et à mesure que mon bas de laine s'alourdit un peu, aux périodes bénies de travail, ma mère pointe un index réprobateur sur les achats que je hasarde : un journal et un crayon. C'est un journal et un crayon de trop ! D'où que je revienne, j'entends cet écho qui résonne et m'assourdit : "Combien tu as payé ?" Je ne garde pas le souvenir d'un seul repas où, entre le pilchard aux oignons et le roquefort, n'ait pas été abordé le thème bassement matérialiste de l'argent : l'argent brillait par son absence et les absents ont toujours tort.

 
L'argent brillait
par son absence
et les absents
ont toujours tort."

-----
Brèves :

LA DISPARITION

Pas facile, non, vraiment, pas facile de composer un texte sans "e", à la manière de mon ami Georges Pérec, que j'ai très bien connu.
Et quand on supprime les "e", qui sont de véritables juridictions de proximité, voilà ce que ça donne :

"Ah, Rachida ! C.A. d'ac ; T.I. tri ! Tir ! Rachida dit : "chat ici ira "dard-dard" à dada.
Car Rachida, D.R.H. tact tari, traita ici, hâta hard.
Ca tardait, ça ?
Cri hardi ! car Rita ira ric-rac hair ta cata."

Jo.l Faur.

_____

EXCLUSIF !

"A-propos-de-bottes.over-blog.fr" vendredi 30 novembre dans les colonnes de "Libération"








Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joël Fauré 29/11/2007 21:41

Aurora : Chantons ! Dansons !
Ce serait bien un comble si vous n'arriviez pas à vous procurer l'un des (plus ou moins)
150 000 exemplaires de "Libé"

Liberté : Comment "devient"-t-on cigale ou fourmi ?
Les circonstances, la chance ou la malchance...

teberli 29/11/2007 20:31

Comment devient-on cigale ou fourmi ?????
J'aimerais le savoir, moi qui ai deux fourmis et trois cigales dans ma progéniture...
On ne peut dire que ça vient de l'éducation ,ni de la culture familiale....
Bravo pour Libé .... je vais y aller voir ;-))

AURORA 29/11/2007 03:04

Elevée comme vous, j'ai été cigale!
Et je "chante" de rire à lire votre version de "La disparition"...

Je me précipiterai sur Libé vendredi.
S'il le faut, j'irai jusqu'à le voler!!!
A l'arracher à celui qui aura acheté juste le dernier là, devant moi!!!
Juré!

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens