30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 11:47
img147.jpg

Je donne "carte blanche" à Camille :

J'ai toujours pensé que Joël était un original, un être atypique, un mutant ? Mais de là à m'inscrire dans Libération...
Je vous dois donc, à vous qui avez couru chez votre marchand de journaux pour y lire une exclusivité à 1 euro et 20 centimes, ce dialogue de notre première rencontre téléphonique:

"Allô , Ici Joël Fauré. Alors, il paraît que vous écrivez ? Mais d'abord, est-ce que vous lisez ? Car les gens d' aujourd'hui écrivent mais ne lisent plus bla bla bla...Vous souffrez de toc ?
Alors vous êtes quoi vous ? Une laveuse ? Comme la plupart des femmes ?Vous lavez le corps, les MAINS, la maison ? bla bla bla...
(Des gens entrent dans son bureau: "Entrez, je suis à vous, c'est une conversation importante, je suis à vous tout de suite!"
-Mais, je peux vous laisser si vous avez du travail...
-Non non, ne vous inquiétez pas, c'est sans importance, continuons, vous disiez ? 
- ? 
-Bla bla bla...
-Mais vous ne travaillez pas là et les gens attendent, vous leur mentez !
-Beu Heuuu...
-Ah, je vois que je vous trouble... Aurais-je touché un point faible ?
-Bla bla bla 
-Bla bla bla.)

Une fois le téléphone raccroché:
C'est quoi ce mec ? J'ai mal répondu, toc toc. Il a dû me trouver bête, toc toc. Il a l'air sûr de lui, toc toc toc... Il faut que je le rappelle pour lui faire meilleure impression, toc toc ! Camille C.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AURORA 01/12/2007 16:46

Mais quel farceur!
L'affaire vous prouvera au moins à quel point je pense que vous trouverez tot ou tard un éditeur.

Les lettres de validation du commentaire sont en ce jour un présage: NRF !!!!!!

Cervantès 30/11/2007 20:42

Je me présente : Miguel de Cervantès, néo-névropathe... Je reçois "Libé" dans la Manche et votre histoire m'a ému...
Hasta luego

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens