11 décembre 2007 2 11 /12 /décembre /2007 17:52
"Je vois des cuissardes
partout.

Je vois des cuissardes partout. Dire ou lire le mot "cuissardes" fait abonder les matières. 
Insidieusement, un fétichisme s'est installé, celui d'un leitmotiv, les bottes, gérant mes stimulus et ma libido. J'en ai rêvé, j'ai phantasmé. Si on me fait une radio de la tête, on y découvrira une paire. Certains ont "des petits vélos", d'autres des "chausses" qui trottent, qui roulent. J'ai parlé de ma petite voisine ; je me souviens d'autres bruissements de bottes qui ont été doux à mes oreilles ; d'autres coloris aux pieds d'une maîtresse d'école ou d'un frère consanguin... Car les bottes que j'aime n'ont pas de sexe. En revanche, elles doivent répondre à des critères exclusifs : elles doivent dépasser le genou et être en cuir. Condition sine qua non pour le nec plus ultra. Sans quoi elles ne présentent aucun intérêt.
Si je suis fétichiste, je suis aussi collectionneur, ça va de "paire"...
La presse, surtout, m'a copieusement fourni du cuir dont on fait les bottes. Actes puérils je l'avoue, j'ai soigneusement découpé dans les magazines des dizaines et des dizaines de modèles, de quoi alimenter le rayon chaussure des grands magasins pendant plusieurs saisons. Parfois même l'achat d'un journal ne se justifiait que par la publication en manchette d'une photo de star de cinéma en cuissardes rouges ou noires. Il m'est souvent arrivé de fendre la tranche et de compulser, dans les kiosques, le rouge au front, des gazettes people à la recherche effrénée de porteuses et porteurs de "hautes-de-formes". La "presse à sandale" met parfoit "l'or à la babouche". Toujours à l'affût de mes marottes -la rime est riche-, j'ai fréquenté les lieux favorables à l'éclosion de ses longues tiges : les orchestres de bal, les coulisses des cirques, les boulevards chauds où "y'en a "des" qui se donnent un genre", et les vitrines des "chaussureries" léchées à double titre. 
Sexe. Sexe à talon. Obsession. Phantasme. Sexe : outil de plaisir et de procréation. Le sexe ne me quitte pas d'une semelle, me tourmente, m'envahit, me pollue, m'assiège.

Il faut redire les choses : je suis fétichiste à tendance sadomasochiste. Que faut-il faire ? Tuer le mal par le mal ? Mettre un voile sur ces pratiques ? Les enterrer ? Pour qu'elles germent encore, plus vivaces ? Couper le poil ? Pout qu'il repousse plus dru ?

Que faut-il faire ?"

-----
Brèves :


Le Père Noël habite à Libourne.

La tradition est bien ancrée. Depuis que j'y crois plus fort qu'avant, j'écris tous les ans au Père Noël. Et il me répond. J'ai gardé toutes ses lettres.
"Le 11 décembre 2007,
Mon cher Père Noël,
Malgré mon âge, il me serait agréable de recevoir un tout petit signe de vous.
Plus que jamais, je veux croire en votre magie.
Je vous souhaite grand courage, et je vous aime."

Le secrétariat du Père Noël, sauf erreur de ma part, est installé à Libourne (33500), Centre de recherche du courrier. Mais si vous mettez "au ciel", "au Pôle Nord" ou "dans les étoiles", la lettre arrivera quand même...

**
*

 
 
 
Tant qu'il y aura des facteurs...

Aujourd'hui, le facteur est passé. Mais il n'est pas passé comme d'habitude. Il a sonné à ma porte. J'ai dit : "Oui ?". Il a dit : "C'est le facteur." J'avais le choix entre un mauvais pli et un calendrier. C'était le calendrier.
Bien sûr, avec lui, j'étrennais la période des étrennes. J'avais le choix entre des chats, des chiens et un ours.
J'ai pris l'ours.

**
*

Frais postaux en sus.

L'immense Michel Simon (Si vous êtes patients, vous trouverez sur ce blog une photo inédite de lui, aux côtés de la dame à qui je viens de consacrer une biographie) était un érotomane notoire.
Je viens de lire dans un journal paraissant le soir que l'acteur de "Drôle de drame" a fait frémir un guichetier de "La Poste", chargé d'acheminer un catalogue d'oeuvres érotiques. Malgré une mise en garde de l'expéditeur, ce dernier a dû payer une surtaxe, au motif que l'envoi était contraire aux bonnes moeurs.
Sur une photo, on voit Michel Simon qui fait une fellation à un travesti, et tous deux regardent l'objectif.
Je me rappelle avoir lu quelque part qu'il existe des colonies de singes qui ne font jamais de dépression parce qu'ils se sucent entre eux, et d'autres qui en font parce qu'ils ne le font jamais..."
Vous avez dit bizarre ?

JF

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joël Fauré 13/12/2007 20:49

Aurora : Allez, fouette, postillon !...

AURORA 13/12/2007 04:07

Je veux CE calendrier, CET ours!
Envoyez-moi votre facteur siou plaît...

Joël Fauré 12/12/2007 20:41

Aurora : L'ours du calendrier est un ours "bipolaire" : il porte tantôt des cuissardes, (et il se croit le plus fort) ; tantôt des charentaises, et il devient descente de lit...

AURORA 12/12/2007 03:15

L'ours du calendrier portait-il des cuissardes?

;-)

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens