21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 18:02
"Les TOC
annihilent une vie.

Les TOC annihilent des vies. J'ai voulu écrire sur eux, contre eux.
Ecrire, c'est fixer.
Je me suis attelé à affiner la perception que j'avais d'eux.
J'ai voulu écrire un texte de synthèse, avec des mots-clefs : peut-être des pistes, des matériaux pour tenter de comprendre.

Le phénomène TOC : "Un petit air dans la tête"
Refaire. Revoir. Redire. Relire. Réécrire. Repasser. Relever. Retoucher. Repenser. Et finalement re-douter. Le trouble obsessionnel compulsif est une souffrance psychique caractérisée par des pensées récurrentes, non souhaitées et déplaisantes et des comportements répétitifs souvent absurdes que la personne très anxieuse ressent le besoin irrépressible d'accomplir.
Voilà une bien étrange et cruelle maladie. Elle est très invalidante. Elle fait gaspiller beaucoup d'énergie et génère l'épuisement et l'apathie. Toutes les actions, tous les gestes, y compris les plus anodins sont parasités car tout a une symbolique. 
Pour les personnes atteintes, qui doivent livrer un combat contre le doute permanent et l'angoisse chronique, quelle conduite tenir face aux familles "effrayées", aux amis, déroutés ? 
Ce mal isole, déstructure, défigure.
A la base, le champ d'action de la pensée est assiégé par la crainte infondée de catastrophes à venir. 
Le sujet peut paraître futile à qui n'en est pas atteint.
Le chemin du soulagement s'établit sur deux axes : les médicaments et la thérapie comportementale et cognitive.
Mais il faut en amont accomplir un travail personnel d'analyse : identifier les obsessions et répertorier les compulsions.
La thérapie tient en deux verbes : Dépasser et survivre. Dépasser les compulsions et survivre à l'angoisse.


Dépasser et survivre"

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens