3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 13:07

La responsable des fêtes terminées : Où étiez-vous et que faisiez-vous hier soir sur la plage qui va de dix-huit heures trente cinq à minuit, via le crépuscule et la tombée des ténèbres ?

Le personnage tout rouge : Autant vous l'avouer tout de suite : si j'ai tué quelqu'un, c'est bien seulement le temps. Pour ainsi dire. Et puis, comme ça m'arrive quelquefois. Un vrai massacre ! Suis allé voir barboter les canards dans un ru que j'aime bien au milieu de cognassiers et de peupliers qui ondulent sous le vent. Ai gagné la prairie. Suis allé caresser la chevelure des herbes folles. Ai vu monsieur l'automne qui, avec mélancolie met l'ancolie aux pentes des fossés. Gentil, l'automne ! A l'orée des forêts, ai vu les crocs sévères des brabants mordre la terre à pleines dents. A six reprises, les aiguilles se sont superposées : six occasions d'en vouloir au monde entier. Ai entendu les flonflons et les froufrous d'une fête cachée. A trop fixer des yeux les cuivres luisants de l'orchestre que je ne voyais pas, me suis brûlé les yeux. Suis rentré éreinté dans ma mansarde. Ai pensé à elle...

La responsable des fêtes terminées : A elle ?

Le personnage tout rouge : Je l'admire et elle m'impressionne.

La responsable des fêtes terminées : Vous êtes tout rouge.

Le personnage tout rouge : Je vous remercie de me le rappeler. Un rien m'émeut.

(A suivre)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Joël Fauré 04/01/2008 10:02

Ces commentaires me touchent et j'y suis très sensible. On marche là sur les ponts qui appartiennent autant aux lecteurs qu'aux "écrivants"

A. 04/01/2008 00:37

En effet, très beau monologue: l'absence du pronom sujet semble rendre le texte simplement factuel alors qu'il est, au contraire, vibrant d'émotions...

Camille C. 03/01/2008 23:41

J'aime beaucoup ce passage, ce monologue qui en dit tant sans en dire trop, à propos de ce qu'il est, et de ce à quoi il pense, et de celle à qui il rêve... ce personnage me rappelle à des souvenirs.

teberli, 03/01/2008 22:24

Un clin d'oeil d'une rougissante pour rien, elle aussi ;-)

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Archives

Liens