4 janvier 2008 5 04 /01 /janvier /2008 13:17

La responsable des fêtes terminées : Il s'est passé hier soir, au moment où la fête battait son plein, quelque chose de très émouvant. Et de très grave. Qualqu'un a, semble-t-il été tué. On n'en est pas encore bien sûr, mais avouez que ce n'est pas rien, vous en conviendrez ?

Le personnage tout rouge : Il se peut bien que ce soit moi qui ai fait le coup. J'ai tous les motifs de le faire.

La responsable des fêtes terminées : C'est bien ce que je disais : on n'est jamais sûr de rien...

Le personnage tout rouge : Que disiez-vous ? Qu'on n'est jamais sûr de rien ou que j'ai pu commettre l'irréparable ?

La responsable des fêtes terminées : On n'est pas bien sûr que vous ayez pu commettre l'irréparable puisque vous en doutez vous-même. Sans compter que l'irréparable n'a peut-être pas encore été commis. Il est joli, ce blason...

(Elle désigne le blason apposé au mur.)

Le personnage tout rouge : Il représente les armoiries de cette ville. Il est un peu rouillé mais il y en a qui songent à le redorer.

La responsable des fêtes terminées : Savez-vous ce qu'il représente ?

Le personnage tout rouge : Vous voulez la petite explication ou la grande ?

La responsable des fêtes terminées : Allez, ne lésinons pas et soyez bon prince : donnez-moi la grande ! Il ne faut rien se refuser quand il s'agit de faire avancer l'histoire.

Le personnage tout rouge : De gueules, un escalier ascendant au flanc senestre arbore une volée de six marches ; une botte à longue tige, carénée comme un paquebot de croisière foule d'un talon plat et d'une semelle usée mais pas trop, la plus basse desdites marches. Sur le palier, quatre graines d'hellébore disposées en losange. Hors du champ, mais fortement pressentie, et sur ce même palier, la porte d'une agence que l'on devine mystérieusement close. Au canton dextre du chef, un albatros sur fond azur, toutes ailes traînantes, au sol de sinople. La botte, c'est l'attribut de la suprématie, surtout quand elle fait du bruit. L'hellébore, c'est la graine censée guérir celles et ceux qui en ont un grain. L'albatros à terre, c'est la liberté entravée. Quant à l'agence, personne n'a encore su ou pu en percer le mystère. Bien des vivants se font des signes et des petits gestes par tradition, sans s'inquiéter d'où ils viennent. Vous me croirez si je vous dis que, la plupart du temps, les gens passent devant ce blason sans le voir ?

La responsable des fêtes terminées : Oui, je crois.

Le personnage tout rouge : Alors, je vous le dis. Ils voient ce mur aveugle, cette rue truffée de plaques ; ils s'emportent contre les chicanes et les aspérités du sol, mais le blason, pffffffff..... il ne les fera jamais tomber, vous comprenez. Alors... ils l'ignorent !

(A suivre.)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens