6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 12:56
L'homme :  Madame, monsieur. C'est bien celui-ci ?

Le personnage tout rouge : ...

L'homme : (Il désigne la blason) Le blason, c'est bien celui-ci ?

Le personnage tout rouge : Vous êtes bien le premier qu'il fait presque tomber. Vous venez de loin pour le voir ? Sans doute, car ceux d'ici, tout près, ne l'ont jamais vu. Vous êtes intéressant, monsieur. Vous êtes spécialiste, peut-être ?

L'homme : Si l'on veut. Je les décroche.

Le personnage tout rouge : Et vous en décrochez beaucoup ?

L'homme (Le décrocheur de blasons) : Non. Celui-ci sera le premier. Je ne sais pas comment m'y prendre.

La responsable des fêtes terminées : Et pourquoi donc voulez-vous le décrocher ? Vous ne pouvez pas faire comme tout le monde, décrocher une timbale, une lune, un cocotier... Non, vous votre truc, c'est les blasons ?

Le décrocheur de blasons : Je ne suis qu'un modeste exécutant, madame. Je peux seulement vous dire qu'il est destiné à être "repensé".

(Le personnage tout rouge décroche le blason et le porte hiératiquement entre ses mains, sur sa poitrine.)

Le personnage tout rouge : C'est un peu de l'histoire de ce quartier qui s'en va. De sa mémoire. (Il brandit le blason au dessus de sa tête.) J'élève mon... notre histoire pour la postérité. Mais, vous ne nous... vous ne m'empêcherez pas d'être un albatros. Je suis un albatros... (Il fait imprimer au blason les mouvements d'une aile.)

Le décrocheur de blasons : Il ramène toujours tout à lui ?

La responsable des fêtes terminées : Il se protège comme il peut. C'est difficile d'être d'ici.

Le décrocheur de blasons : Au fait, vous avez vu ? Quelqu'un est mort.

(Le personnage tout rouge arrête brusquement son "vol". Le blason tombe et vient s'aplatir au sol dans un bruit sec.
Il s'approche du décrocheur de blasons, inquisiteur.)

Le personnage tout rouge : Vous avez du nouveau ?

(A suivre.)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens