7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 10:23

Le décrocheur de blasons : J'ai des nouvelles.

(Deux femmes arrivent côté jardin.
Elles s'installent en vis-à-vis, en retrait du mur, parfaitement immobiles, presque statufiées.
Elles tiennent à la main une carotte avec une poignée.)

Le décrocheur de blasons : Mais elles, elles doivent en savoir plus que moi. (Il désigne les deux femmes.) Si vous avez deux minutes à perdre, écoutez ce qu'elles disent. Il vous incombe seulement d'en vérifier la teneur. Il y a matière à caution parfois, et même souvent. Mais bon... personne n'est parfait. Ce sont les femmes de la navette de quinze heures quinze.

Le personnage tout rouge : Il aurait été préférable que la navette prit du retard. Je crains le pire. Les nouvelles vont être terribles. Bon, écoutons...

(Noir.
Eclairage douche sur les deux femmes.
Silence.
Le décrocheur de blasons vient donner une chiquenaude à l'une des deux femmes qui se met à parler.)

Première femme à la carotte à poignée : Y fait pas chaud, hein ?

Deuxième femme à la carotte à poignée : Y-z'ont dit qu'y aurait du soleil.

Première femme à la carotte à poignée : Les carottes à poignée ont augmenté.

Deuxième femme à la carotte à poignée : Vous avez vu, au marché, le boucher ?

Première femme à la carotte à poignée : Il a perdu des joues.

Deuxième femme à la carotte à poignée : Il a gagné du ventre.

Première femme à la carotte à poignée : Je dors pas bien en ce moment.

Deuxième femme à la carotte à poignée : Vous devriez prendre de la graisse de marmotte.

Première femme à la carotte à poignée : Mais où il est passé le type qui vendait des carottes sans poignée ?

Deuxième femme à la carotte à poignée : Eh ! Il a changé de marché.

Première femme à la carotte à poignée : Regardez-moi ça : une carotte avec poignée, c'est plus cher qu'une carotte sans poignée.

Deuxième femme à la carotte à poignée : De toute façon, c'est beaucoup plus pratique.

Première femme à la carotte à poignée : En tous cas, moi, je trouve que ça gêne une fois qu'on les a posées.

Deuxième femme à la carotte à poignée : Vous avez vu, quelqu'un a été tué hier au soir.

Première femme à la carotte à poignée : Ah bon, c'est sûr, maintenant ?

Deuxième femme à la carotte à poignée : Non, c'est pas sûr, mais c'est intéressant.

Première femme à la carotte à poignée : Moi, je crois que c'est ce type tout rouge qui a tué. Il ne me dit rien qui vaille. Il est bizarre.

Deuxième femme à la carotte à poignée : Oui, il était bizarre.

(Les femmes se taisent et s'en vont.)


(A suivre.)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens