22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 12:54

La femme qui fait ça en blanc : Regardez ! La moissonneuse-dateuse !... Elle hoquette... Elle va s'arrêter... Une soudaine envie de lecture.

Le brûleur de cageots : D'habitude, il ne s'y prend pas comme ça. C'est bizarre.

La femme qui fait ça en blanc : Elle hoquette...

Le brûleur de cageots : Et il n'a peur de rien.

La femme qui fait ça en blanc : Alors, il n'est pas prêt de s'arrêter d'arrêter.

Le brûleur de cageots : Ca y est ! Il s'arrête.

La femme qui fait ça en blanc : Il s'est arrêté. Bon an, mal an ; bon quart-d'heure, mauvais quart-d'heure. Que va-t-il se passer dans le prochain ?

(La femme qui fait ça en blanc, le brûleur de cageots et l'inventeur de la machine à peser la souffrance se "massent" à l'extrémité du plateau, côté jardin, et regardent au loin.
Ils commentent ce qu'ils voient.)

La femme qui fait ça en blanc : Il descend de son engin.

Le brûleur de cageots : Il a une sorte de livre à la main.

L'inventeur de la machine à peser la souffrance : Il ouvre un capot.

La femme qui fait ça en blanc : Il regarde sous le capot et sur son livre.

Le brûleur de cageots : Il sort une pièce cassée.

La femme qui fait ça en blanc : Une bielle ?

Le brûleur de cageots : Une came ?

L'inventeur de la machine à peser la souffrance : Il vient vers nous.

Le brûleur de cageots : Oui, il nous a vus. Il vient vers nous.

La femme qui fait ça en blanc : Il vient vers nous. Sachons l'accueillir comme il se doit, avec les honneurs dus à son rang et le respect dû à la situation. N'en faisons pas trop quand même. 
(Elle s'adresse à l'inventeur de la machine à peser la souffrance.) Monsieur, votre machine est-elle en état de fonctionner, si le besoin s'en fait sentir avec urgence ?

L'inventeur de la machine à peser la souffrance : Oui, elle est en service.

(A suivre.)



Partager cet article

Repost 0

commentaires

AURORA 23/02/2008 04:30

Ouf! Quel suspense! Dire que d'une bielle cassée aurait pu dépendre notre avenir de lecteurs-aimeurs !

;-))

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens