27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 14:41

Le brûleur de cageots : Il m'arrive de faire ce rêve : le crochet se glisse dans l'anneau. Quelqu'un, là-haut, imprime un mauvais mouvement, agite la Terre et celles et ceux qui ne sont pas bien accrochés tombent. Dans le pire des cas, c'est le filin qui se casse. Alors la Terre tombe tout en bas, tout au fond. Les premiers arrivés sont les premiers écrasés, mais comme la Terre est ronde, elle roule et tout le monde y passe... au rouleau compresseur.

(Silence.)

Vous qui aimez tant les photos, je vais vous montrer celles-ci. (Il sort des photos de l'une de ses poches intérieures.) En voici une de moi, petit. Une épreuve au gélatino-bromure d'argent, dentelée comme on n'en fait plus. Aujourd'hui, les lardons, on les fait revenir et se trémousser dans des petits boitiers sur des films qui auront jauni avant deux ans. C'est moi, là. On me faisait déjà porter la casquette. J'ai un ballon entre les menottes. C'est inattendu... J'ai l'air dubitatif. Je m'interrogeais déjà sur la sphéricité du monde : "La Terre est-elle vraiment ronde ?" (Il présente une autre photo, puis une troisième, en commentant.) Ici, c'est moi avec une star du cirque... A géométrie variable : ou très maigre ou très gros ; jamais beau. (Il range les photos, un peu honteux. Il se fige, droit et raide.)

Silence.

La femme qui fait ça en blanc s'approche du brûleur de cageots statufié.

Elle l'inspecte scrupuleusement des pieds à la tête. Elle lui prend les mains et s'approche tout près du visage ; elle semble le "renifler".

L'inventeur de la machine à peser la souffrance et le conducteur de la moissonneuse-dateuse reviennent sur le plateau. Ils marquent un temps d'arrêt.

Le conducteur de la moissonneuse-dateuse tient à la main une courroie en parfait état.

L'inventeur de la machine à peser la souffrance : On ne pourra pas dire que vous ne pouvez pas vous sentir.

(Le brûleur de cageots reste immobile.

La femme qui fait ça en blanc, surprise, se recule de quelques pas ; son attitude traduit de la gêne mêlée d'agacement. De son pouce, elle arrête la course du chronomètre.)

(A suivre.)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens