10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 13:32

La femme : Bonsoir, messieurs-dames. Vous excuserez la liberté que j'ai prise de m'approcher. J'étais, de loin, intriguée par ce feu, et je voulais m'assurer qu'il ne mettait personne en danger. (S'adressant à l'inventeur de la machine à peser la souffrance.) Mais je vous connais. Nous nous sommes rencontrés cet après-midi. C'est bien vous qui avez inventé une révolutionnaire machine à peser la souffrance ? Vous me remettez ?

L'inventeur de la machine à peser la souffrance : Parfaitement. Et vous, vous êtes la co-gérante du manège de tampons-dateurs ? Vous pensez si je vous remets. Votre carrousel n'est pas près de s'arrêter de tourner dans ma tête. Il faut dire que je m'intéresse beaucoup, ainsi que je vous l'ai dit, déjà, aux mécanismes d'avant-garde. Laissez-moi vous présenter mes amis. Madame est experte en réparation du dommage corporel ès ouvrage et outrage du temps. Tout un programme. (Echange de poignées de mains.) Monsieur est un vieil ami brûleur de cageots. C'est un métier plus utile qu'on ne pense. (Echange de poignées de mains.) Il est victime d'un petit malaise. Il prend les choses trop à coeur.

La femme (La co-gérante du manège de tampons-dateurs) : Je peux me rendre utile ?

L'inventeur de la machine à peser la souffrance : Je crains que non.

La co-gérante du manège de tampons-dateurs : Vous savez ce qu'il a ?

Le brûleur de cageots : Je sais parler, madame. J'ai besoin d'être rassuré, c'est tout. (Désignant l'immense anneau :) Vous savez ce que c'est ?

La co-gérante du manège de tampons-dateurs : Non. Et vous ?

Le brûleur de cageots : C'est... de l'art contemporain. J'ai besoin d'être rassuré. J'ai besoin d'un diagnostic. Mais pas d'un diagnostic à l'emporte-pièce. Je ne sais pas de quoi demain sera fait. Je ne sais pas me projeter dans le temps.

La co-gérante du manège de tampons-dateurs : Venez donc prendre date sur mon... sur notre manège de tampons-dateurs. Tenez, j'ai toujours sur moi une petite notice publicitaire. (Elle sort de l'une de ses poches une notice qu'elle tend au brûleur de cageots.) Tenez, faites-vous une idée. Je vous offre un tour gratuit. (Le brûleur de cageots consulte la notice.)

Le brûleur de cageots : C'est séduisant. Génial inventeur. Jolie, cette vue éclatée du manège. Et que d'engrenages, de cames, de poulies, de courroies...

L'inventeur de la machine à peser la souffrance : De courroies ?

(L'inventeur de la machine à peser la souffrance regarde le brûleur de cageots qui regarde la femme qui fait ça en blanc qui regarde l'inventeur de la machine à peser la souffrance.

L'inventeur de la machine à peser la souffrance arrache littéralement la notice des mains du brûleur de cageots et la consulte avec avidité.)

(A suivre.)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AURORA 11/03/2008 02:44

Tout est art contemporain.
Merci de nous le rappeler!

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens