17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 13:02

L'homme : Alors, c'est vous ?

La femme : C'est moi.

L'homme : Chargée de dresser l'état des lieux communs ?

La femme : C'est bien ça.

L'homme : Je me suis mis ici pour ne pas qu'on me voit. Mais je ne sais pas si c'est la meilleure place...

La femme : Vous savez, les gens se parlent entre eux : c'est la coutume... C'est la tradition... C'est le folklore... On dit beaucoup de choses sur vous. Il y a longtemps que vous êtes là ?

L'homme : Ici, (geste étroit) pas depuis lontemps, depuis dix minutes environ. Mais ici, (geste large) depuis un peu plus de quarante-cinq ans.

La femme : Pourquoi êtes-vous comme ça ?

L'homme : Vous m'en voudrez beaucoup si je vous le dis ?

La femme : Je crois que non.

L'homme : Je crois que oui. Vous l'aurez bien cherché. Si je vous pince très fort le bras comme ça, en insistant et en tordant la peau entre le pouce et l'index... (Il lui pince très fort le bras ; elle crie de douleur et lui donne une gifle.) Ca fait mal, hein ? Ca fait même très mal. Bien. Maintenant, si je vous caresse tendrement la joue, comme ça... (Il lui caresse la joue ; elle est toujours "sous le coup" de la douleur.) Qu'est-ce que vous allez retenir ? La caresse ou le pincement ? Ne me répondez pas. Demain, vous aurez un bleu ici. Peut-être même un hématome. Et bien, voyez-moi, inspectez-moi, auscultez-moi : je suis un bleu ! Vous comprenez mieux ? Si demain l'on me propose d'être aussi heureux que je fus malheureux, je refuse : la charge est trop lourde.

(A suivre.)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Joël Fauré 17/03/2008 22:14

Est-ce la seule façon de faire ? Je crois que cet homme n'a plus rien à perdre, et que l'énergie du désespoir le pousse à des limites qu'il sait fréquentées par d'autres.
Mais les couleurs de la douleur empruntent parfois celles de l'arc-en-ciel...
Je vous embrasse, Camille.

Camille 17/03/2008 19:58

Bonsoir Joël, voici une nouvelle pièce en couleur. Je ne m'y attendais pas, à ce qu'elle ait un hématome... Lui savait qu'il allait lui faire mal. Il a voulu la "tester" ? Pour savoir si elle comprendrait l'ampleur de sa douleur à lui ? S'en sortira-t-il, ainsi ? Je pense qu'il dira ce qu'il a à dire. Est-ce la seule façon de faire ? Ou a-t-il d'autres recettes de vie ? J'attends de lire la suite,pour voir si ce bleu ne peut pas devenir celui du ciel.

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Archives

Liens