18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 13:38

La femme (L'infirmière) : Vous n'en avez pas assez de l'étiquette que vous vous êtes collée ? C'était pour faire un coup ?

L'homme (Le bleu) : Un coup avec un "p" ?

L'infirmière : Vous en connaissez beaucoup des mots qui se terminent par un "p" ?

Le bleu : Oui, beaucoup.

L'infirmière : Beaucoup trop ! Et sinon, quelle est votre activité principale, ici ?

Le bleu : J'attends une équipe de télévision. Nous avons convenu d'un rendez-vous.

L'infirmière : Qu'est-ce que vous allez leur dire ?

Le bleu : Je vais leur parler d'amour. D'amours impossibles si possible. Des femmes pour tous et des femmes des autres. Des femmes secrètes, interdites, défendues. Il était dit que l'amour me serait réfractaire. Me l'eût-on fait comprendre autrement, je l'eusse mieux accepté.

L'infirmière : Ca vous a beaucoup remué ?

Le bleu : Ca m'a touché. Ca m'a percuté. Ca m'a foudroyé.

L'infirmière : Vous avez déjà pensé à...

Le bleu : On y pense... On y pense... Vous avez lu Artaud ?

L'infirmière : Non, mais j'ai une tante qui habite dans le quartier près de là où il a séjourné.

Le bleu : Séjourné... C'est bien ça...
(Il se dirige côté cour, appelle quelqu'un qu'on ne verra pas.)
Antonin ! Nanaqui !
(De la coulisse, un ballon rouge est envoyé, que réceptionne le bleu.
A son tour, il renvoie le ballon.
Echanges de balles...
Le bleu renvoie la balle une dernière fois ; aucun retour.
Visage effrayé.)
Antonin ! Ca y est ! Ils l'ont encore repris !

(Le bleu, chagrin, retourne près de l'infirmière.)

(A suivre.)


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

théo 19/03/2008 00:58

Tandis que certains aiment mordre à pleines dents dans une tranche généreuse et "emplissante", d'autres aiment sentir le goût à travers la finesse de la bouchée offerte...
Moralité : le théâtre, c'est comme le saucisson !

Joël Fauré 18/03/2008 18:43

Ce sont des tranches fines pour ne pas décourager un "potentiel lectorat"...
Déjà que le théâtre demande une certaine gymnastique cérébrale... (Ah ! Ces didascalies... elles n'ont rien à voir avec les dix pages de description d'un Flaubert ou d'un Zola !)

Camille 18/03/2008 17:25

Je laisserais bien un commentaire, mais j'ai besoin de quelques tirades de plus pour en faire un...la coupe est courte Joël. A mercredi alors ?

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens