21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 13:52

Le bleu : Je le suis un peu. Nous commençons à avoir la même couleur de peau.

L'infirmière : Votre réflexion relance remarquablement le débat. Vous voyez bien que vous pouvez être comme les autres. Mieux que les autres. Alors pourquoi tout ça ?

Le bleu : J'entends déjà les commentaires. On dit de moi : "Vous avez vu la tête qu'il a, aujourd'hui ? Il faut faire attention ; on sait jamais, avec des gens comme ça. On ne connaît pas leurs réactions." Si c'est pas vrai, je vous permets de me donner une gifle.

(Il tend ostensiblement sa joue.
Rien ne se passe.)

Le bleu : C'est bien de se tromper. C'est signe de bonne santé. Ca fait du bien de ne pas recevoir de coups.

L'infirmière : J'ai décelé dans vos traits la saillie d'une grande âme. Allez, on se lance ?

Le bleu : Celles et ceux à qui j'ai dit ce que je vais vous dire se comptent sur les doigts des deux mains.

L'infirmière : Dites-moi tout dès maintenant.

Le bleu : Pour eux, (Il désigne le public.) voulez-vous que nous nous situions dans le temps, dans l'espace et dans l'action ? Ca les aiderait peut-être ?

L'infirmière : Nous sommes dimanche soir.

Le bleu : C'est dur, le dimanche soir. Je pense à tous ces petits nouveaux qui vont commencer quelque chose demain matin. Si la nuit n'est pas bonne, ils vont se traîner et ne seront pas bons non plus. Et ça se verra.  Si la nuit est blanche, leur voix le sera aussi et ça s'entendra. S'ils ont de l'eczéma nerveux sur les mains et les joues, ils ne pourront toucher personne ni embrasser les secrétaires. Excellent premier contact ! Ah, ça, oui, ça fera bonne impression ! Ils ont préparé des cartables neufs, des chemises propres, des intentions louables, mais ils ne savent pas si tout ça va tenir.

L'infirmière : Allez... Vous renâclez...

Le bleu : Alors voilà...

L'infirmière : A ce point ?

Le bleu : A ce point... La première... (Il s'approche de la vitre et désigne le pêcheur de pilchards.) Il a bien reconnu qu'il était pêcheur ? Vous croyez qu'il respecte les bateaux ?

L'infirmière : Je le surveillerai du coin de l'oeil.

(A suivre.)


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joël Fauré 22/03/2008 14:05

Il existe tellement de manières de se tromper ; il n'en existe qu'une de ne pas savoir communiquer.
J'ai tout mis dans mes "tentatives d'écriture".

Fabienne 21/03/2008 20:57

... Tout ce qu'on ne ferait pas pour essayer de communiquer...
Dans cette coupe, il y a des mots forts et sensibles, reconnaissables: "Il tend ostensiblement la joue. Rien ne se passe... C'est bien de se tromper...Ca fait du BIEN de ne pas recevoir de coups... J'ai décelé dans vos traits la saillie d'une grande âme..."

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens