22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 13:07
Le bleu : Alors voilà... (Il se place bien en face de la caméra.) Du plus loin que me revienne / L'ombre de mes amours anciennes / Du plus loin, du premier rendez-vous / Du temps des premières peines / Lors, j'avais quinze ans à peine / Coeur tout blanc et griffes aux genoux / Que ce fut, j'étais précoce / De tendres amours de gosses / Ou les morsures d'un amour fou / Du plus loin qu'il m'en souvienne / Ainsi depuis j'ai dit : "Je t'aime" / Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous.

L'infirmière :
Tout doux ! C'est déjà pris. Moi aussi, j'aime beaucoup Barbara. Vous faites un transfert ?

Le bleu : J'ai pensé qu'il serait plus facile de commencer avec des mots aboutis. Ce qu'elle a vécu, elle, je l'ai vécu, moi. Bon, je reconnais. Je recommence. La première, j'avais quinze ans. J'avais bien quinze ans moi aussi. Vous ne pouvez pas m'empêcher d'avoir eu quinze ans ? N'était le respect et l'admiration que je porte à Barbara, je dirais que son chiffre frise le plagiat.

L'infirmière : Elle a eu quinze ans avant vous.

Le bleu :
(Face à la caméra.) J'avais quinze ans, j'étais joufflu et ventru. J'étais un bon gros garçon de la campagne. Je vivais comme un sauvage près d'une grande forêt. On me nourrissait plus qu'on ne m'éduquait. On me donnait des tonnes de sucre, de confit et de jouets de bazar, et pas un gramme de tendresse. Vous comprenez le déséquilibre pondéral ? Mon coeur était déjà tout trop entouré de graisse. Je suis tombé malade et j'ai dû aller à l'hôpital. Les carabins s'interrogeaient sur moi. Qu'ont-ils voulu faire déjà, au juste, pour y voir plus clair ? Ah, oui ! Un bilan glandulaire, hormonal et tyrolien.

L'infirmière : Thyroïdien.

Le bleu : Ils suspectaient aussi un syndrome adiposo-génital, un syndrome de Marfan, de Dumas, de Dupont, de Durant, de Durand, de Duval et consorts... Bref, tout l'annuaire allait y passer... Et puis, il y avait aussi cette imperfection, cette anomalie au niveau de l'entrejambe ; vous savez... les choses de la vie... Comment disaient-ils déjà ? Adhérences préputiales. Phimosis à dégager. Etroitesse de l'anneau préputial... Je vous dis tout ça, hein, de vous à moi, entre nous soit dit en passant parce que vous êtes de la partie et que vous saurez l'interpréter.

L'infirmière :
Oui, j'interprète. Je ne sais pas vers quoi nous nous acheminons, mais j'interprète. Santé précaire, pas de bol au démarrage. C'est ennuyeux et contrariant pour boire la vie. Mais bon, on peut toujours se rattraper. Il existe des arsenaux pour aller mieux.

Le bleu : Vous ne sauriez pas si bien dire. Ainsi donc, j'étais dans l'un de ces arsenaux qui ne vous aurait pas déplu ; en ces endroits où l'on capture les symptômes. Des corridors agrémentés ça et là d'affiches très typées, et voulues espérantes, pleines de vie et de soleil ; des portes à qui mieux mieux ; des colonnes sèches, de larges escaliers, des plaques gravées, des indications sérigraphiées, des boutons volontiers rouges, des marques et des repères usinés en série, une artillerie se fourbissant sans cesse ; enfin, tout ce qui ne fait pas oublier qu'on est partout mais surtout pas chez soi, si tant est que l'on en ait un. J'étais dans une chambre où des tubes s'évanouissaient du plafond et des tuyaux s'enfuyaient dans le plancher, et dans un lit au ciel duquel je créais le mien, un lit bardé en avant de ma propre publicité, comme les autobus en ont sur leurs moustaches...
J'ai donné un peu de mon sang, de ma sueur et de ma peau. Prises, ponctions, prélèvements, biopsies de sont succédé. Tout ce que j'ai prêté qu'on ne m'a jamais rendu. Vous dire à quoi je pensais à l'époque ? Pourquoi me posez-vous cette question ? Est-ce qu'on sait à quoi on pense quand on ne sait pas ce que l'on est et ce qu'on va devenir ? Je n'ai pas gardé en mémoire ces sensations. En revanche, je me souviens très bien de cette infirmière. C'était un matin comme un autre matin. Comment vous le décrire mieux ?... Vous n'avez pas soif ?

L'infirmière :
Non, pas pour l'instant. Je bois vos paroles.

(A suivre.)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens