27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 10:30

Le bleu : Savez-vous que les escargots sont hermaphrodites ?

L'infirmière : Hermaphrodites ? C'est-à-dire que tous les escargots sont à la fois mâle et femelle ? Oui, je savais. C'est pour ça que tous les escargots se prénomment Claude, Camille ou Dominique !... Ils ont dû en baver au départ, mais ils ont bavé esprès.

(Ils rient.)

Le bleu : Pincemi et Pincemoi sont dans une barque. Pincemi se noie. Qui reste-t-il dans la barque ?

(Ils rient.
Un temps.)

L'infirmière : Quelque chose m'échappe. J'en reviens à vous. Sans transition. Vos petites histoires de coeur, là, elles sont très belles, mais elles n'expliquent pas votre état. Tout le monde a été ou sera un peu timide. C'est de la pudeur... De la retenue... De la réserve... Ca mérite peut-être un reportage-télé, mais en deuxième partie de soirée...

Le bleu : Attendez la suite. Ce ne sont que les apéritifs.

L'infirmière : Je n'arrive pas à comprendre. Vous êtes grand. Vous avez de beaux yeux. Vous avez une belle voix.

Le bleu : Et une belle névrose ! De gros plein de soupe, je fus promu grand escogriffe. Grand branle-bas de combat chez les gènes et les glandes, gêneuses et glandeuses. Le système sympathique ne l'a pas été avec moi.

L'infirmière : Bon, vous avez une santé précaire, c'est entendu. Et alors, Ca n'empêche pas la tendresse.

Le bleu : J'ai peur des femmes.

L'infirmière : Ah ! Voilà ! Le mot est lâché. Il est facile.

Le bleu : Je ne supporte pas ma tête. Comment voulez-vous que je supporte celle des autres ? Cependant, je suis ému par la beauté des visages de femmes. Frais minois, migonnes frimousses, jolies gueules d'amour. Les critères, les canons... Vous savez bien... Elles sont entrées dans le trombinoscope personnel de mon musée imaginaire. Inaccessibles. Les lèvres que je n'approchais pas, les mains que je n'effleurais pas, les cheveux que je ne caressais pas ont pris tellement de distance que j'ai, à plusieurs reprises, failli tomber par manque d'équilibre. (Un temps.) Mais qu'est-ce qu'ils font ? Ils tournent un reportage sur la ponctualité ? Vous ne voulez pas avoir la gentillesse d'aller voir s'ils ne sont pas sur le parc à autos ? Pendant ce temps, j'irai voir s'il y aura du pilchard au menu ?

L'infirmière : C'est bien pour vous faire plaisir.

(Elle sort.
Le bleu sort aussi, après avoir salué la caméra et dit : "Coupez !"

Un temps.

Il serait original de laisser le plateau vide un temps suffisamment long pour que le public se sente un peu "dérouté".
Il serait encore plus original, dans une mise en scène moins économique, qu'une caméra, installée au fond du théâtre, filme le public de dos, et en projette les images sur l'écran.)

(A suivre.)


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joël Fauré 28/03/2008 09:32

Je souhaite que ce partage vous soit agréable, Camille.

Camille 27/03/2008 19:56

Je continue de lire.

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens