28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 13:18

(Retour sur le plateau de l'infirmière et du bleu.)

Le bleu : Action ! Moteur ! Ca tourne !
(Il se place face à l'objectif ; son image se reflète.)
La deuxième des secondes a ouvert la série des femmes pour tous. J'essuyais, à tout bout de champ, les sourires entendus et les railleries de ceux qui pointaient du doigt la terrible maladie honteuse que j'avais contractée : la virginité ! A dix-huit ans, je ne savais toujours pas où se situait le trésor dont on parlait tant. La béance de l'espace entre mes bras m'exaspérait. Je n'allais pas danser ; ne sortais guère ; n'avais aucune disposition pour un métier, un art, un sport, une attitude valorisante. Vous voyez ? Je n'allais pas danser : j'ai vécu cette absence de danse comme une amputation. Je faisais des esquisses sur le linoléum de ma chambre, transformée en boîte d'ennui. J'écoutais des chansons douces qui rentrent par les oreilles et doivent normalement sortir par les pieds, en danses américaines. Je me disais : "Mais allez, allez, mes pieds ! Allez, vas-y ! Qu'est-ce que tu attends ? Quel ballot au bal tu fais !" "Mademoiselle, vos pieds dessinent un "V" ; mes pieds dessinent un "V" ; nos pieds dessinent le "W" d'un mot anglais..." Bref, pour les savoir en réponse à des questions comme les miennes, pour savoir qu'elles ne posent pas de questions, qu'elles ne portent pas de jugement, je décidai -mon tribunal intérieur me fit décider- de monnayer les services d'une fille de joie, entrevue dans une rue, comme une invite à venir dans la chambre des amis de passage. Qu'est-ce que vous auriez fait à ma place ? Je suis allé chez les filles... (Il se retourne tout à trac :) Il n'y avait personne sur le parc à autos ?

L'infirmière : Pas ceux que nous attendons. Nous aurons du poisson ?

Le bleu : Pas sûr. Son entreprise court à la faillite et il fait beaucoup de gestes qui énervent le bateau. (Il se replace face à la caméra.) Le coeur battant, le pourpre au front, j'ai papillonné de fleur du bitume en fleur du bitume. Mes visites chez les prostituées n'ont été que de salubres nécessités. Elles se sont soldées par des semi-succès, par des demi-échecs. Elles ont été régies par des actes pendulés, rendues en me cachant des miens, sous les six yeux lubriques de Chronos, d'Eros et de Thanatos qui se taillaient la part belle dans l'artifice d'une étreinte où l'on ne se dit pas : "Je t'aime".

(Il se retourne.
Un temps.)

(A suivre.)



Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Archives

Liens