4 avril 2008 5 04 /04 /avril /2008 12:37

Le bleu : Il était dit que l'amour me serait réfractaire. Me l'eût-on fait comprendre autrement, je l'eusse mieux accepté.
(Il va s'asseoir à l'avant-scène, face au public, boudant tout le système audio-visuel qu'il avait prisé jusque là.)
Un jour, c'était ici-même, j'ai rencontré...

L'infirmière : Attendez !
(Sans mot dire, elle désigne les caméras ; ce qui veut nous faire implicitement comprendre qu'elles ne filment plus et qu'elle s'interroge sur ce "pourquoi ?")

La journaliste : Non, laissez ! Il a raison. Les idées essentielles, la quintessence, la vérité, le pur jus sont toujours émis lorsque micros et caméras sont éteints. Je le sais par expérience. Vous ne pouvez pas imaginer tout ce que vous ratez, vous, les toutous de la désinformation... C'est frustrant, je sais, mais nous n'y pouvons rien et n'avons aucun moyen de les faire parler...

Le bleu : Un jour, c'était ici-même. J'ai rencontré cette femme que je n'avais pas remarquée d'abord. Elle avait les manières d'une chahuteuse, tout ce que je n'aime pas ; tout ce qu'en fait, elle n'était pas. Elle cachait ses faiblesses sous son masque d'histrion toujours revendicatif. Pourquoi un soir de chagrin, -de son chagrin- ai-je caressé sa joue ? Et pourquoi mon coeur s'est-il mis à battre comme jamais il n'avait battu ? Nous avons échangé des banalités d'abord, des confidences ensuite... Ca vient très vite. Elle se disait mariée, mais presque plus et bientôt plus du tout, et je l'ai crue. Un mari, des enfants qu'elle aimait pourtant, et un gros sentiment de ne pas se sentir bien avec eux. La nuit qui a suivi cette rencontre, je l'ai vue pénétrer dans la pénombre de ma chambre. Elle s'est glissée dans ma couche, tout contre moi, nous faisant ressembler à des gisants de cathédrale. Ce fut très doux. J'en ai pleuré de joie. Nous ne sommes pas allés plus avant. Je ne suis pas un voleur. Elle a tenu à me revoir. Nous avons vécu des instants intenses de bonheur. Ce n'était pas de l'adultère ; c'était du secourisme. Je lui dois d'avoir un temps moins craint les femmes. Nous nous sommes un peu consommé les épidermes et nous nous sommes transformés en dragées à sucer. Ah et Oh ! Qui parlera mieux qu'elle de l'odeur des genêts sur l'autoroute, alors qu'elle est assise sur la banquette de la voiture, alors que nous voyageons vers des paysages charmants, qui ?...

L'infirmière : Votre dictionnaire ?

Le bleu : De couchettes en cachettes, et de chambres d'hôtel en chemin creux, j'ai aimé très fort cette femme qui était celle d'un autre. Craintes, fondées, et, pourquoi le taire, légitimées, les menaces de son mari ne tardèrent pas. "Ma vie m'appartenait". "Il ne tenait qu'à moi de ne pas être tansformé en chair à carabine". Du rayon "femme pour tous" au rayon "femmes des autres", je quittai la boutique du "Bonheur à deux" pour ne contempler que la vitrine. Je n'ai pas voulu d'histoire. Ma dulcinée est repartie, après m'avoir écrit une très belle lettre qui disait : "Je ne suis qu'une petite fée qui passe dans ta vie. Puis d'autres viendront..." Je ne sais pas ce qu'elle est devenue. (Il se retourne.) Ca allait pour le ton ?

(A suivre.)


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens