25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 12:09

(On entend un sifflement, pareil à celui d'une locomotive à vapeur.
On voit s'échapper du radiateur de la voiture un muage de fumée.)

L'experte en tôle : Le museau de notre voiture a reniflé autre chose. Je crois qu'il n'y a plus rien à piocher ici...
(L'experte en tôle se rapproche de la voiture, "l'ausculte", colle son oreille contre les vieux fers, semble prendre le pouls, la température, la tension.
Elle sort un calepin et prend des notes.)
Nous avons décroché le pompon. Un tour de manège gratuit ! Passez devant et réservez-moi la première contredanse. (A la femme au calendrier :) Merci, madame. Tenez, si vous aimez le cirque... (Elle lui offre le prospectus laissé par l'avant-courrier des tournées AIDA.
L'experte en tôle et l'ancien garçon de ferme remontent dans la voiture.
Noir progressif.
Les phares "s'allument".)

Voix off : Nous allions là où ce qui nous servait de roues nous menait. Ca va de là à là. Il fallait poursuivre l'idée fixe à laquelle nous nous étions attelés. Fouette, cocher ! A un moment donné, il devait être deux ou trois heures du matin, nous étions dans la nuit du dimanche au lundi, et nous traversions la place d'un petit village endormi. Une pharmacienne alimentait un distributeur de préservatifs, collé-flanqué sur le mur de la pharmacie. Voyez au passage comme ce métier est contraignant. Ce qu'il faut de pudeur pour l'exercer. Nous avions alterné des plages silencieuses avec des bavardages intempestifs, sur tout, sur rien. On s'est dit : "Si on allumait la radio ? En ce moment, il y a une bonne émission qui passe." Mais, sur ce modèle, il n'y avait pas la radio. Nous établissions des résonances entre les endroits vus, saisis, déjà rêvés et stockés, et ce que nous savions de l'existence. Tout ça, c'est très diffus, confus. Nous avons beaucoup de mal à l'expliquer. Tout ça pour vous dire que cette pharmacienne nous a donné des idées. Nous sommes pour les rapports francs, directs, mais protégés. Nous avons oeuvré de la main à la main. Les distributeurs de distribution, ça ne facilite pas la traçabilité. Bref, la pharmacienne nous a regardé faire. Prophylactique. Nous lui avons donné un ticket à converser. Elle nous a gratifié d'un grand merci. Pas seulement un de ceux qui se disent ; un de ceux qui s'écrivent. Nous avons salué. Nous sommes partis et nous avons débarqué ici...

(A suivre.)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens