8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 12:40

"La tyrannie du minuscule."

Il serait prétentieux de dire que je détiens le monopole de la souffrance. Mais ce ne serait pas rendre justice de prouver que je ne m'en approche pas.
10 ans, 15 ans, 20 ans de TOC tous azimuts. Je suis vérificateur, ruminateur, accumulateur et procrastinateur. Les TOC majeurs ont leurs pricipaux foyers : Sexe, Sida et Solitude. Les trois "S".
Les TOC mineurs sont plus "indécelables" et indicibles. Je pourrai nommer la difficulté "la tyrannie du minuscule". Où l'angoisse va-t-elle se nicher ? Dans des détails infiniment petits : une goutte, une peluche sur un vêtement, un point blanc, noir, rouge, un cheveu, un poil, une miette, un atome, un point sur un "i", une barre sur un "t", toutes, tous férocement contaminés... Ca n'arrête pas. Et c'est plus fort que moi. Oui, ça va se nicher partout ; ça se reproduit souvent.
Un séquencage rapide peut balayer l'éventail et tenter de faire comprendre :
 - refermer la boîte de pulvérisé-chocolat au petit déjeûner : difficile ;
- nettoyer un surface : difficile ;
- se peigner : difficile ;
- rincer un verre : difficile ;
- lire, refermer un livre, un journal : difficile ;
- écrire : difficile ;
- s'égoutter le pénis : difficile ;
- penser : difficile.

Depuis longtemps, je n'existe que par l'identité des TOC. On me le reproche souvent. "Tu en parles trop ! Tu les entretiens ! Tu ne peux pas t'en détacher ?" Et non ! Excusez-moi, je ne peux pas m'en détacher.Ca ne vous quitte pas. Un psychiatre a dit à une amie : "Fauré a besoin de ses TOC pour écrire." Je pense qu'il a tort. J'ai engrangé suffisamment de matière pour créer sans ça.

Il serait encore intéressant de dresser la carte des impacts obsessionnels et compulsifs d'une journée, ainsi qu'il est pratiqué avec les impacts de foudre, ou sur les plans d'une zone à risques de séismes. Je redoute toujours autant tous ces gestes répétés à s'en éclater la tête, à s'en éclater la tête, à s'en éclater la tête, à s'en éclater la tête, à s'en éclater la tête, à s'en éclater la tête, à s'en éclater la tête, à s'en éclater la tête, à s'en éclater la tête, à s'en éclater la tête, à s'en éclater la tête, à s'en éclater la tête, à s'en éclater la tête...

Les TOC "à grande échelle" ne sont pas mieux vivables. Ils s'appréhendent dans la durée et la distance. Dur de prendre une décision qui serait préjudiciable. Dur d'envisager un changement de mode de vie. Ainsi changer d'appartement, où j'ai honte de faire entrer quelqu'un, ne serait pas un luxe.

Les TOC annihilent des vies.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AURORA 09/06/2008 00:36

..à comprendre "comment choisir ainsi l'expression sise dans le texte qui "fait mouche" aussi fort?"...

AURORA 09/06/2008 00:31

J'admire chacun de vos titres et me demande votre secret pour savoir en faire toujours un choix aussi percutant!

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens