17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 12:09

"C'est en septembre..."

2001. L'année de tous les dangers. Tombé sous la titraille des journaux que j'achète mais ne peux pas lire. S'accumulent sur une tablette, au jour le jour, jetés plus que posés, des exemplaires et des éditions spéciales forcément uniques, des tirages spéciaux imprimés à mon intention, qui me tordent la tête et ne l'essorent pas. Sans cesse freiné au cours de la lecture, je préfère tout laisser en tas ; si je tente une oeillade, je risque gros sur le plan de la retenue. Je devrais me dire que "Molière est nouveau ce matin, et rien n'est plus ancien que le journal du jour". Mais baste !

Septembre 2001. Le onze. Il doit faire quelque chose comme doux. Une collègue annonce que "des avions se sont écrasés à New-York sur le Pentagone. C'est un attentat." On sent bien que quelque chose de grave s'est passé. Les antennes d'héliotrope se vrillent dans l'air du temps. Mais même les instants historiques ne se laissent pas capturer, cerner à la seconde près. Ce n'est qu'après qu'ils se peuvent calculer, qu'il se peut dire : "J'y étais" ou "J'en étais".

Septembre 2001. Le vingt-et-un. Il doit faire quelque chose comme bon. 10 heures 15. J'ai deux disquettes à la main. Je vais faire une sauvegarde et un transfert de données. Je suis debout, près d'un couloir. Ce que je retiens, au nom de la littérature qui relate sans faire de chichis, c'est le petit panneau orange suspendu en l'air à une potence, comme une enseigne, où il est inscrit le nom d'un service, qui s'amuse à faire de la balançoire alors que l'heure est grave. J'entends une très grosse explosion, le sol tremble, du plâtre tombe. Tout va très vite. Pour moi, qui me souviens plus des cours de géographie que des cours d'histoire, j'attribue ce vacarme à un tremblement de terre. Oui, je sais que je peux mourir. Et, paradoxalement, je n'ai pas peur. Je descends les étages sans hâte, presque second, presque serein. Je vais même jusqu'à rassurer une collègue. Je sors. Je suis sur la place. Tout le monde est dehors. Je ne vais pas donner dans le pathos, le mélo, l'archi-connu, lu, su, entendu, dit, écrit, déformé, amplifié de ces instants-là : "la catastrophe AZF à Toulouse".

Tout le monde est dans la rue. Les sirènes hurlent partout. On voit des gens se protéger le nez et la bouche avec des masques de chirurgien de fortune. Un nuage toxique se déplace. Il vient vers nous. Qui a fait ça ? Des extrêmistes, qui nous en veulent, nous haïssent même ? Comme à New-York ? Alors, si c'est le cas, mon père avait raison ? Allons-nous mourir en collectivité ? Ils veulent jouer avec nos nerfs, nous réduire en poudre, nous asperger de produit létal avec des avions, comme dans le film d'Alfred "La mort aux trousses" ? Ils veulent mettre de l'anthrax dans les enveloppes. Comme si je n'avais pas assez de mal à les ouvrir sans ça...
"C'est l'ONIA qui a pété". A Toulouse, on dit encore l'ONIA alors qu'on devrait dire "AZF", ou "APC" ou encore "Grande Paroisse". Mais "L'ONIA", c'est joli, ça fait prenom féminin, alors qu'"AZF", ça fait médicament. On aurait dû se méfier de cette entreprise qui s'interrogeait autant sur son identité, vous ne trouvez pas ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AURORA 19/06/2008 00:23

Ag-"Onia"...Nom de femme aussi.
Tout est souffrance pour qui souffre déjà...

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens