4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 18:29

FAISONS UN REVE... I HAVE A DREAM

De mes nuits agitées, passées à me battre avec des dragons et des soldats, ou à visiter d'étranges nécropoles, j'ai capturé au réveil quelques fragments et détails.
Quel meilleur support que ce "journal extime" pouvait accueillir cette matière ?

Rêve de la nuit du 29 au 30 septembre 1995 :
Je range ma bicyclette contre un mur. Le dérailleur se coince dans un trou de ce mur et y reste... La chaîne pendouille. Comment réparer ? J'en suis incapable. Comment faire pour rentrer ?

Rêve de la nuit du 13 au 14 octobre 1995 :
Je suis devenu papa d'une petite fille brune, jolie.
Eléments du rêve : Dans une clinique, près d'une porte. La maman est H. que je n'ai  pas vue depuis longtemps. Je lui dis : "Elle a de qui tenir". Désir de paternité ?

Rêve de la nuit du 18 au 19 octobre 1995 :
Une femme entre dans mon appartement et je suis mort de peur parce que je sais qu'il va se passer un drame. Cette femme porte un objet à la main (Un livre ?). Elle m'embrasse sur la bouche et me transmet un poison violent contenu dans la bouche.

Rêve de la nuit du 30 au 31 octobre 1995 :
Je prête mon corps à un comédien (pour un spectacle). On voit mon psoriasis. Ma mère intervient : elle ne veut pas qu'on me voit dans cet état.
Eléments du décor : Vignes à Buzet, un vieux panneau publicitaire écaillé.
Quelqu'un me fait remarquer mon psoriasis. On me dit : "Beurk... ça ressemble à une bouche d'égout." Le psoriasis a "germé" (longs germes de blé ?), noirs au bout (comédon ?).

Rêve de la nuit du 7 au 8 octobre 1995 :
*** (Classé trois étoiles)
Des examens ont été effectués. Ils ne sont pas bons. Je dois être hospitalisé. Je suis terrorisé. (Terreur persistante au réveil.)
Eléments du décor :
  Ecrit sur glace  : "Vendu, t'as bu"
On place d'autres patients dans diverses chambres. Dans les combles : un homme et une femme.

Rêve de la nuit du 8 au 9 novembre 1995 :
Un oncle est mort.
Devant cathédrale de L., choc avec vélo. Petit train touristique St-L.

Rêve de la nuit du 14 au 15 novembre 1995 :
Dans une tente (un barnum), un voyant noir. Du monde. Ses costumes. Fétichisme. Mal à l'aise. Mal être.

Rêve de la nuit du 1er au 2 décembre 1995 :
Dans un bureau. Des collègues (dont E.) A la cantine. Serrés. "Qu'est-ce que tu as sur la tempe ?" (Evocation du psoriasis ?) Je retrouve mes collègues dehors, en groupe.
Eléments du décor : une usine de tôle ondulée avec esnseigne. Mal être.

Rêve de la nuit du 2 au 3 décembre 1995 :
Je fais un travail que je ne comprends pas. Impression pénible.

Rêve de la nuit du 5 au 6 décembre 1995 :
Parents. Retourné chez eux. Vu père fête de R.
Eléments du décor : Un bois, un restaurant avec plat à emporter.
Chez notaire ou avocat. Emporté chaussette (?!) Emprunté.

Rêve de la nuit du 14 au 15 décembre 1995 (avant repas collègues) :
Mon dernier frère va se marier. Fête, noces. Très mal à l'aise. Mutisme. (Toilettes, empêtré.)

Rêve de la nuit du 15 au 16 décembre 1995 :
Clinique Castelviel. H. Arrêt de bus. Car.
Eléments du décor : Nationale 88. (Îlot zébra arrêt-car).
H. Bottes. Chambre.

Rêve de la nuit du 20 au 21 décembre 1995 :
Mon frère X. a changé de maison. Des documents lui appartenant (tenus cachés ou qu'il refusait de voir.) :
- cul
- secte
- couteaux.
Puis à Casino (épicerie) X et X et mes parents faisant leurs courses ensemble.

Rêve de la nuit du 30 au 31 décembre 1995 :
***
Restitution tension pénible travail. Vie familiale (parents). Très mal. Oublié de me raser (Terrible.) Cachet anxiolytique.
Eléments du décor : Hameau des "Luquets". Nouvelle formule "Dépêche" "Tout en couleurs" Travail sur une rochelle.

(A suivre.)



Partager cet article

Repost 0

commentaires

AURORA 05/08/2008 04:17

Il y avait très longtemps que je n'avais pas fait de rêves horribles et puis fin juin, à une semaine d'intervalle, je me suis vue en Jean Moulin sous les tortures allemandes et ensuite en Jeanne d'Arc au bûcher.
Heureusement, ça s'est arrêté là mais je m'interroge encore en ce mois d'août sur cette soudaine remontée de l'Histoire de France du fond de mon inconscient!

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens