8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 19:26

Personnages :

Mademoiselle
L'illusionniste
L'horloger
La passante
Des passants...

PREMIER ACTE

Une rue.
Une agence avec une seule enseigne : AGENCE, sans autre indication.
Un banc public.
Une palissade avec quelques affiches à moitié arrachées.

Un homme est tout près du rideau de l'agence.
Une jeune femme (Mademoiselle) s'approche.

Mademoiselle : Monsieur ?

L'homme : ...

Mademoiselle : Monsieur ?

L'homme : Madame ?

Mademoiselle : Mademoiselle.

L'homme : Mademoiselle ?

Mademoiselle (Désignant l'agence.) : Vous aussi ?

L'homme : Moi aussi.

Mademoiselle : Il y a longtemps que vous attendez ?

L'homme : Suffisamment pour que je perde patience.

Mademoiselle : Quelle heure est-il ?

L'homme : "Neuve" heure. Il y a bien des inscriptions, là, sur cette plaque, mais les horaires sont effacés.

Mademoiselle : Vous verrez, elle ouvrira contre toute attente. C'est une adresse réputée.

L'homme : Le sera-t-elle assez pour me rendre mes illusions ?

Mademoiselle : Vous les avez perdues ?

L'homme : Toutes. Tout marchait pourtant très bien. Je brûlais les planches. D'un chapeau-claque,  je faisais apparaître des elfes et des ondines aux berges d'une rivière de diamants qu'Alcyon effleurait de son aile. Pour célébrer sur les fonts baptismaux la naissance de dix-huit naïades, l'Echanson des Dieux venait servir le philtre qui transformait les larmes en or pur. Assistaient aussi aux cérémonies douze douzaines de sylphides callipyges soumises et rangées, un quarteron de rosières vêtues comme à Carême-prenant, un banc de sirènes fretillantes et argentées qui apprenaient la valse à des albatros empruntés, soixante-quinze déesses cosmopolites glissées dans de hautes bottes de cuir bleu et des myriades de figurants dociles, priant avec ferveur, à genoux, aux pieds d'Omphale triomphante. Je faisais descendre le serpent du Caducée, sortir d'Hydre de Lerne et tous les loups de Paris. J'étais le meilleur des illusionnistes. Et puis un jour, il a fallu se rendre à l'évidence : l'apparat était devenu dérisoire. On a crié à l'imposteur, au charlatan ; on m'a chassé du temple, voué aux Gémonies. Et voici à quoi je suis réduit aujourd'hui : à venir pointer dans cette agence miteuse, aussi fermée que l'esprit d'un public aveuglé par les nouveaux marionnettistes. Oh ! Mais, je ne suis pas fini, moi. Je leur montrerai que je suis encore un artiste. Un vrai. Un pur. Un sincère. Un grand. Le Grand Manolo ! El Grande Manolo ! The great Manolo ! And now, ladies and gentlemen, the greatest showman in the world : the geat Manolo ! Je suis le Grand Manolo ! (Plus fort, en s'époumonant.) Je suis le Grand Manolo !

Mademoiselle : Qui êtes-vous, monsieur ?

L'homme (L'illusionniste) : (Plus bas et résigné.) Je suis le Grand Manolo...

Mademoiselle : Les affiches arrachées, c'est vous ?

(Elle désigne les affiches, sur la palissade.)

L'illusionniste : Les affiches arrachées sous le menton : c'est là qu'il y avait mon nom...

Mademoiselle : Monsieur...

L'illusionniste : (Avec interrogation et insistance.) Mademoiselle ?

(A suivre.)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AURORA 09/09/2008 01:56

je dis "Chapeau!" et je fais la claque!

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens