8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 19:11

Collection particulière René Cazelles.

Jacques BREL à Lavaur, en 1962.

Que l'on disserte aujourd'hui sur Brel, que l'on dissèque son oeuvre n'est pas gênant en soi ; ce qui l'est plus, c'est le caractère que revêt parfois cette manoeuvre. Si l'acte est dicté par une tension émotionnelle, il me semble que l'acte posé est pardonné. Etre sous le regard et l'appréciation des autres est l'un des statuts de l'homme populaire.
Populaire, Brel le fut certes, non pas comme une vedette adulée des masses, mais en tant que TRIBUN. Il est très possible que le public ait trouvé en cet homme un miroir familier qui réflechissait certaines images et certains lieux communs...

Aborder des thèmes éternels, qu'il sut très bien transcender, était pour lui, au vu et au su de tout un chacun, vital. "Un jour, je pourrai m'arrêter de chanter, mais je ne m'arrêterai pas d'écrire..." Il faut dire que les sources auxquelles cet assoiffé puisait son inspiration étaient intarissables : l'humain est démesurément grand et il en jaillit sans cesse du feu, de la sève, de l'eau et du sang et de la liqueur lacrymale et féconde. Lui, brave scribe, trempait sa plume dans l'encrier de sa sueur et écrivait. ..
En retour, il ne réclamait pas de réaction photo-sensibilisante. Elle était pourtant bien là.

Brel fut avant tout un maçon instinctif façonnant sans cordeau ni fil à plomb des monuments intemporels dédiés aux choses de la vie.
Combien brûlent aujourd'hui de lui dire "vous aviez raison" ou "vous aviez tort", ou encore "votre cathédrale de tendresse tient toujours debout" ou "
tous les matins, nous passons devant votre maison avec des tas de fenêtres..."

30 ans après sa disparition physique, je lis ici et là des résumés de vie d'un être irrésumable.
Chacun a "son" Brel : je vous souhaite des instants avec lui."

Joël Fauré

Je suis étonné de ne pas trouver, dans les bibliographies "conseillées" de Brel, le premier ouvrage écrit sur lui, dans la prestigieuse collection "Poésie et Chansons" chez Seghers : "Jacques Brel" par Jean Clouzet. Clouzet, médecin et fin critique, avait persuadé Brel de se laisser disséquer -c'était en 1964- ; "disséquer" étant le mot juste si l'on sait qu'une pesée était effectuée avant et après chaque tour de chant : Brel perdait 700 grammes !
Pour "approcher" Brel aujourd'hui, la meilleure façon est encore de se procurer, outre la biographie -sérieuse, détaillée, étayée (mais qui reste une "commande" et occulte quelques secrets de polichinelle) d'Olivier Todd, "Jacques Brel, une vie", régulièrement réimprimé chez Robert Laffont... la meilleure façon, donc est encore de se délecter de l'oeuvre intégrale, chez Robert Laffont ou en poche chez 10/18 "Tout Brel".


Eric Lange, de France Inter m'a permis de rendre un petit hommage à Brel et aux îles Marquises...
C'était lundi soir, dans l'excellente émission "Allo la planète" (Tous les soirs de 23 heures à 1 heure du matin). Je crois qu'il est encore possible de l'écouter sur le site de France Inter "franceinter.com", émission "Allo la planète". C'est dans le dernier quart d'heure de diffusion.

J.F

Partager cet article

Repost 0

commentaires

double je 17/10/2008 19:23

A chacun son Brel
le mien est celui de l'enfance, des bonbons, du printemps, des Marquises, d'Orly, de L'homme de la Mancha et de tant d'autres chansons ,il ne m'a jamais quitté.

(vous avez mon accord pour les bottes)

jeanne 14/10/2008 17:23

merci à vous pour l'info...

Joël Fauré 14/10/2008 11:24

Jeanne bonjour.
Tous les textes de Brel sont maintenant disponibles, y compris les textes de jeunesse, et les dernières compositions, certaines inédites. Elles sont répertoriées dans "L'intégrale" chez Robert Laffont.
Quel texte recherchez-vous ?
Pour ce qui est de la Fondation (rebaptisée "Editions Jacques Brel"), vous avez raison : elle a déblayé le scrupule d'être une boutique de breleries de plus ou moins bon goût (le pin's "avion", "micro", etc...)
Merci d'être venue ici.

jeanne 14/10/2008 07:44

bonjour
je cherchais les parole d'une chanson de Brel
impossible
le texte est interdit
les "ayant droit" ( :o(((
interdisent
je suis certaine que le Grand Jacques n'approuverait pas cette mesure
la fondation à son nom doit rapporter un max !!!
amicalement

AURORA 10/10/2008 00:59

Vous avez entièrement raison: "à chacun son Brel" pour les moments de vie qu'il représente pour nous tous "avec lui".
J'ignore tout de ce qui a été publié pour marquer ces trente ans et, à dire la vérité, je m'en moque un peu.
Ce qui compte pour moi, c'est cette persistance, ce fait qu'il demeure présent (je n'ai pas eu à parler de lui à mon fils: l'école s'est chargée de le lui faire connaître).
Peu d'auteurs-compositeurs ont la fortune de cette "permanence".
Le "Grand Jacques" était vraiment un "Grand"!

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens