3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 16:25

L'homme : On vient vers nous.

(Deux personnes s'approchent.
Un homme portant une caméra à l'épaule ; une femme un micro qui se déroule et se perd en coulisses.
L'un braque sa caméra, l'autre son micro pour effectuer les prises de son et les prises de vues.)

La femme au micro : Nous n'avons pas à vous dire bonjour. Nous travaillons à la chaîne "La Belle Equipe". C'est tout dire. Nous étions en repérages et nous vous avons repérés. Nous avons carte blanche de presse pour faire de vous ce que nous souhaitons. Taisez-vous ! Voici des cartons revêtus de deux questions.
(Elle distribue les cartons.)
Cochez d'une croix la bonne réponse. Bien entendu, vous n'avez pas de quoi écrire ? On m'avait bien dit que vous étiez démunis. Voici pour vous.
(Elle leur tend deux crayons.)
Tenez-les de façon à ce que l'on voit le sigle de notre société. Attention, ça tourne ! Récitez l'alphabet, nous nous chargerons de construire vos phrases au montage. Nous légenderons vos images.
(Elle leur arrache les crayons et le jette à terre.
Balayage de la caméra sur le récepteur-radio, le sac et le parapluie.)
Tout est en boîte ? Chaud devant ! Laissez passer, la presse est pressée.

("La Belle Equipe" repart comme elle était venue.)

L'homme : Leurs méthodes sont pour le moins expéditives. Qu'est-ce que vous avez marqué sur le carton ?

La femme : Il y avait écrit : "Etes-vous un homme ? Réponse A. Ou une femme ? Réponse B." J'ai coché d'une croix la réponse B.

L'homme : J'ai fait exactement le contraire.

La femme : Chacun sa croix !

L'homme : Vous l'avez reconnue, à elle ? C'est l'impayable vedette du tube qui donne des tuyaux. Elle parle comme elle écrit et elle écrit non seulement avec ses pieds mais elle garde ses bottes.

La femme : Je vous trouve un peu féroce. Pourtant, d'après vous, il est facile d'écrire. Vous deviez m'apprendre...

L'homme : c'est vrai. Prenez un crayon là où on les trouve le plus communément de nos jours : dans le ruisseau !
(Il désigne les crayons jetés par "La Belle Equipe".)
Voyez le peu de soin que l'on accorde à ces instruments.

La femme : (Elle ramasse l'un des crayons et l'examine.) La mine est défaite.

L'homme : Donnez-lui de quoi sourire. Montrez-lui vos papiers. Mieux : utilisons les moyens de fortune. Voyez-vous comme moi cette feuille morte qui jonche là-bas les dalles ? Elle fera office de feuille de bord de route. Voulez-vous vous approcher d'elle ?
(La femme se dirige vers la feuille, dans la coulisse.
On ne voit plus que l'homme tourné vers elle.)
Vous voici au chevet, à l'article de la feuille morte. Impression ? Sensation ?

La femme : Ca frémit.

L'homme : Il est peut-être encore temps. Vite ! Précepte premier : pour savoir et vouloir écrire, il faut tout prendre dans le dictionnaire, je l'ai déjà dit, et surtout, surtout, il faut s'ancrer dans la tête une bonne fois pour toutes qu'il ne faut plus rien vivre ni observer sans rapporter.

(Nerveux, débit rapide, échange.
La femme en voix off.)

Cardinal.

La femme : Deux.

L'homme : Noms.

La femme : Escargots.

L'homme : Invariable.

La femme : S'

L'homme : Adverbe.

La femme : En

L'homme : Verbe.

La femme : Vont.

L'homme : Préposition.

La femme : A.

L'homme : Déterminant.

La femme : L'

L'homme : Nom :

La femme : Enterrement.

L'homme : Préposition.

La femme : D'

L'homme : Indéfini.

La femme : Une.

L'homme : Substantif.

La femme : Feuille.

L'homme : Qualificatif.

La femme : Morte.

(Un temps.)

L'homme : "Deux escargots s'en vont à l'enterrement d'une feuille morte." Vous trichez ! Quelqu'un, Jacques Prévert, a déjà écrit ça.

La femme : Comment pouvais-je le savoir ? Je ne sais pas lire comme vous. Je n'ai fait qu'observer comme vous me l'avez fait observer.

L'homme : Au diable le bec cornu d'huissier qui me fit vous enseigner les écritures. Ne me faites surtout pas voir vos jambages plagiaires, et laissez donc ces gastéropodes aller aux funérailles.

(A suivre.)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AURORA 04/12/2008 05:31

Prévert et pour finir Molière!
Vous nous gâtez dans cet épisode...

AURORA 04/12/2008 05:30

Prévert et pour finir Molière!
Vous nous gâtez dans cet épisode...

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens