11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 16:30

La femme (Elle lève les yeux au ciel.) : Un séraphin passe.

L'homme : Un séraphin est passé.

La femme : Vous croyez aux miracles ?

L'homme : Oui, aux miracles et aux métamorphoses, et aux miracles suivis de métamophoses.

(L'homme se dirige vers la fenêtre.)

La femme : Où allez-vous ?

L'homme : Pisser dans un violon.

La femme : Ah, oui, nous l'avions un peu oublié. Il est toujours là ?

L'homme : Toujours. D'autres oiseaux sont venus aux nouvelles près des liquettes : un corbeau, un martinet, un albatros et une chanterelle. On va nous taxer de faire guimauve, mais tant pis. L'albatros en cage ne l'est plus. Il est passé du 36e dessous au 7e ciel sans passer par le plancher des vaches. Ca vaut mieux comme ça pour tout le monde. Il a déplié ses ailes. Il me rappelle ce que disait mon père : "Tu es trop intelligent pour rester ici et trop bête pour aller ailleurs." Le corbeau a jeté ses plumes d'oie ; le martinet claque, cingle mais c'est pour la bonne cause, et la chanterelle...

(Le testeur d'haleine revient, porteur d'une bouteille qu'il donne à l'homme.)

Le testeur d'haleine : Voici pour vous une relique de l'adoubement. Une bouteille. Je l'ai trouvée sur le chemin qui va à la fête. Elle faisait borne. C'est drôle, hein ? Vous m'excuserez si je ne trinque pas avec vous ; il m'arrive de trembler quand le verre est trop plein. Santé quand même. Révérence. Je suis votre serviteur.

(Il s'en va.)

L'homme : Monsieur le testeur d'haleine ?

Le testeur d'haleine : ...

L'homme : Merci.
(Le testeur d'haleine sourit et s'en va.)
Une bouteille.

La femme : C'est quoi ? J'ai peur que ce soit imbuvable.

L'homme : Une bouteille...
(Il lit sur l'étiquette.)
Bouteille. Serrez le bouchon selon la force de votre poignet. Nous sommes bien avancés. Par contre, j'ai tout lu d'une traite, cul sec ! Il y a longtemps que ça ne m'était pas arrivé. Je voudrais vous faire remarquer que je peux lire de nouveau. Peut-être saurez-vous écrire ?
(Il arrache l'étiquette de la bouteille et la donne à la femme.)
Prenez de quoi écrire.
(Elle se saisit d'un stylo.)
Adverbe d'intensité.

La femme : Tellement.

L'homme : Qualificatif.

La femme : Naufragés.

L'homme : Pronom.

La femme : Que.

L'homme : Déterminant.

La femme : La.

L'homme : Substantif.

La femme : Mort.

L'homme : Verbe.

La femme : Paraît.

L'homme : Adjectif.

La femme : Blanche.

L'homme : "Tellement naufragés que la mort paraît blanche". C'est Jacques Brel qui a écrit ça. Naturellement, vous ne pouviez pas le savoir, la mort n'est à personne.

(L'homme et la femme s'assoient et se recueillent.
Une chanson se laisse entendre : "Les désespérés" de Jacques Brel.)

(A suivre.)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens