4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 19:18

A Alba

Le premier janvier :
Mes chers amis, en ma qualité d'aîné, je vous ai réunis en asssemblée générale extraordinaire. Extra-ordinaire. (Il insiste sur ce mot.) Les temps sont durs. Les temps sont longs. Les Calendes, les Ides, les Moires et les Parques nous pressent d'agir. Vite. Ordre du jour : je vous écoute.

 

Le premier avril : L'association des fins de mois difficiles milite pour le retour du franc. Une autre vient de se créer : elle s'est donné pour mission le sauvetage du lundi de Pentecôte.

Le premier mai : Noël souhaiterait que les sapins ne soient plus décorés, mais directement découpés en bûches. Economie à la clef. Le Père Noël aimerait qu'on lui achète une paire de bottes neuves.

 

Le premier avril : Le mercredi des Cendres brûle de fusionner avec le feu de la Saint-Jean.

 

Le premier mai : Le Vendredi-Saint propose la réhabilitation de Judas.

 

Le premier novembre : Nous avons reçu une plainte du 15 mai. Il ne comprend pas pourquoi il n'est pas férié. Il avance la logique que le premier et le huit le sont.

 

Le premier avril : Même demande du 16 septembre. Il souffre de se voir précédé par le 14 juillet et le 15 août, et de rompre la suite.

 

Le premier mai : Le dimanche des Rameaux n'est pas favorable à la restriction d'eau bénite envisagée.

 

Le premier novembre : l'Ascension ne souhaite plus tomber un jeudi. Cette chute l'entrave pour s'élever.

 

Le premier avril : On nous écrit : "A Pâques, mon médecin m'autorise à manger des oeufs et du chocolat, mais pas des oeufs en chocolat."

 

Le premier janvier : Oui, vraiment, la situation est grave. Les temps sont durs. Les temps sont longs.

(Silence.

Un temps.)

 

Le premier janvier : Oui, vraiment, la situation est grave. (Silence.) Il faut la débloquer.

(Silence.

Un temps.

Tous les quatre regardent fixement la manivelle de l'arbre à manivelle.)

 

Le premier avril : Alors... On l'utilise ?

 

Le premier mai : "Ils" ont dit : "En cas d'extrême nécessité."

Le premier janvier : La nécessité est extrême.

 

Le premier mai : Qui va s'en charger ?

 

Le premier avril (S'adressant au public :) Y-a-t-il des volontaires dans la salle ?

 

Le premier novembre : Non, je me dévoue.

 

(Il s'approche de la manivelle.
Hésite.
Enserre le manche.)

La jeune femme : (Criant.) Pleine lumière !

 

(La lumière se fait sur le plateau.

Les quatre personnages, effrayés, s'enfuient sans demander leur reste."

(A suivre.)

-----
Brèves :

Entendu

 

Ce genre de phrases que l'on entend sans vouloir les entendre, au gré du hasard, ce soir, en prenant mon repas : "J'espère que ça va pas recommencer comme l'année dernière. Dès qu'arrive avril/mai..."
Le reste s'est perdu dans le ronron du monde...

Lu

 

Pas entièrement, mais j'y reviendrai. Paru chez Folio, les premières pages d'une nouvelle retrouvée par la fille d'André Gide : "Le Ramier". Près de Toulouse, à Bagnols-sur-Grenade (aujourdhui Saint-Caprais), Gide connaît l'extase avec un garçon qui roucoule lors de ses débats amoureux.

 

JF

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AURORA 07/04/2009 04:03

Bon, c'est déjà ça!
Je suis contente ainsi...

Joel Fauré 06/04/2009 16:55

Oui, mais vous avez droit à un autre tour de manège :-)))

AURORA 06/04/2009 04:36

Vous, je crois que vous avez eu un mail en réponse...
Me trompé-je?

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens