3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 19:31


 Magali Noël  Photo Bernard Leguay


Une botte peut-elle être une "madeleine de Proust" ?

Puisque nous sommes dans le rouge, restons-y, et puisque cet espace s'appelle "A propos de bottes", parlons-en.
Je vous ramène le vendredi 31 mai 1985, dans les années du "tout argent" où Tapie rachetait des usines en pagaille et en faillite, et où Patrick Sabatier faisait accoucher ce qu'on n'appelait pas encore "people" dans "Le jeu de la vérité".
Le vendredi 31 mai 1985, TF1 diffuse, en deuxième partie de soirée, un téléfilm qui, s'il n'a pas cassé les "Mont-Blanc" des petits marquis de la critique, a nourri un dossier que je viens de ressortir à l'instant de mes archives. Est-ce Magali Noël, principale interprète de cette fiction, "Les bottes rouges" de Jeannette Hubert qui m'a fait ouvrir la boîte à mémoire ? Magali Noël, entendue la nuit passée sur France Inter parler de celui qu'elle servit si bien dans "Fais moi mal, Johnny, Johnny....", et dont on célèbre le 50e anniversaire de sa disparition : mon grand ami Boris Vian, OVNI de la littérature et de la musique.
A vrai dire, ces "bottes rouges" ne valent que par les bottes rouges et l'esthétique qui s'en dégage.
Que raconte l'histoire ? Le mieux encore est de recopier, sans être éhonté, ce qu'a écrit,  maintenant dans le petit carré jaunissant découpé dans "Libé" Mlle HH007 :
"Les bottes sans le pied
Au pied d'un hôtel borgne, des dames habillées en putes-SFP. Une jeune fille passe en robe du soir, s'approche de l'une : "c'est combien ?". Pendant la montée, elle mate les bottes rouges de la dame. La dame, c'est Magali Noël. La jeune fille, c'est Fabienne Gozlan. Qui se dégonfle en haut, qui en fait n'a pas d'argent, qui va avaler des cachets pour mourir, et avoir une crise de flashbackite aigüe : petite, elle danse avec des bottes rouges. Magali Noël fait son grand possible pour tirer le tout vers un peu de vraisemblance, mais, elle ne réussit même pas à sauver le tout de la tartitude absolue."
(Libération, vendredi 31 mai 1985.)

Si je n'éprouve aucun regret de n'être pas de la distribution, j'éprouve celui de n'avoir pas été l'assistant de la costumière !

JF

"Les bottes sans le pied"
Magali Noël et Fabienne Gozlan
DR

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AURORA 04/06/2009 02:54

Ah! La fatale Magali Noël, la "Gradisca" de Fellini dans Amarcord...
Dieu! Que ces "bottes rouges" lui vont bien!

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens