13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 19:49

 Photo "inlégendable". Appel à témoins. (Coll. Part. JMD)

Jeannette du cirque.
Jeannette au cirque.

Un spectateur de cirque est parfois un artiste qui s'ignore. Mais un artiste est toujours un spectacteur qui ne s'ignore pas. Jeannette Mac-Donald adore le cirque. Lorsqu'elle a terminé son numéro, elle se change, et retourne sous le chapiteau pour ne rien manquer du spectacle. "Ca me plaît. J'aime ça. Je vais applaudir les artistes que je vois tous les jours. Mais il faut que je me dépêche pour le défilé..."

Elle a vu la grande cavalerie sous la chambrière du Maître Ecuyer Willy Meyer, la grâcieuse trapéziste Betty Stom, le téméraire belluaire Wolfgang Holzmaïer, qui a fait "les trois pistes" chez Barnum, en Amérique ; et des équipes de clowns irrésistibles, les Fratellini, les Dario-Bario, avec leurs comiques de situation et d'accessoires. "C'était à hurler de rire, à "pisser à la culotte", se souvient-elle, on pouvait voir les bras de l'auguste s'allonger, s'allonger, s'allonger, pour embrasser un petit enfant..."

 

Flous artistiques.

"Fortune Carrée", "Jacques et Jacqueline", "La paix dans la jungle" : trois films dans lesquels Jeannette aurait tourné, ou apporté sa collaboration. Aucune trace ne permet de le confirmer. Il n'est pas interdit de penser que sa présence, ou la présence de ses bêtes aurait pu être sollicitée.

Un peu moins floue mais surprenante est sa participation à une émission radiophonique de Jean-Jacques Vital. Jim Frey rapporte l'anecdote dans "Les fauves et leurs secrets".

 

Voir "See"

Signe que la notoriété de Jeannette a dépassé les frontières de l'hexagone, l'équivalent britannique de "Paris-Match", "See" ouvre ses colonnes à l'artiste. La couverture de "See" de novembre 1953, rouge et or, est éblouissante : rien moins que Marilyn Monroe !

Pages 36 et 37, et dans la langue de Shakespeare :
"WHAT'S IN A KISS ?
Why, surely, bliss, beauty, blossoms of love, even ecstasy shared with four-footed friends.
Wheter you string along with Robert Herrick's bit that kissing is the "lime of love", or with Dean Swift's that it is man's "most foolish invention", the art of osculation does continue Boys kiss girl's ; bees kiss flowers ; moonbeams kiss the sea. Demonstrating affection, animals also kiss, and, sometimes, they even kiss people.
On these pages, SEE presents a gallery of kissin' cousins from the animal and human worlds. Bears, tigers, dogs, monkeys and goats all show bussing approval of their masters.
The happy humans, in turn -from ice skaters to circus trainers to film stars- respond in kind. Thus, with monkeys as with men, one touch of nature makes the whole world kin."

L'article, qui décline donc les baisers des belles et des bêtes, est émaillé de photos de femmes qui rivalisent de beauté. On voit Jeannette embrasser à pleine bouche un beau mâle venu d'Abyssinie-sur-Seine. La légende dit :
"Kissing tigers is the specialty of Jeannette McDonald, performing in German Circus."
Pour celles et ceux qui n'entendraient pas l'anglais, la traduction, souhaitable, vous mettra l'eau à la bouche.

"SEE", novembre 1953

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AURORA 14/07/2009 02:21

Ah! Ce baiser de la Belle à la Bête...
Et dire qu'il avait traversé l'Atlantique sur rotatives!
Cette Jeannette et son charme fou est une énigme insondable...

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens