15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 18:38

Shérif Amar "en prière "devant Jeannette. (Coll. part. JMD)

"Tout le monde t'embrasse, les porcs-épics aussi..."

Shérif Amar, grand épistolier devant l'éternel.

Qui l'eût cru ? Shérif Amar, grand homme de cirque, est aussi un grand épistolier.

Il écrit souvent, partout... "Tu sais, dit-il à Jeannette, écrire, ça ne coûte qu'un timbre." Lorsque les tournées, les itinéraires, les impératifs l'éloignent de Jeannette, il lui envoie sa prose, non dénuée d'humour.

D'Alger, le 28 août 1964, il écrit, sur papier à en-tête déssiné par Gustave Soury, orné d'un cartouche "Que Dieu me protège !" et sous lequel il rajoute (en rouge) à la machine à écrire : "Que Dieu vous protège des vilains messieurs qui courent après les vieilles dames". Il agrémente son courrier de force cachets "AMAR, LE GRAND CIRQUE NATIONAL" et de tampons "Prière de répondre en Français. Merci".

La lettre, maintenant, dactylographiée :

"Ma chère petite Jeannette,

Je suis très étonné de ne pas avoir de tes nouvelles, pense que j'ai sacrifié toute ma jeunesse à tes côtés, pour aujourd'hui ne pas avoir de tes nouvelles.

Bon ! ! ! rigolons plus. Est-ce que tu as trouvé la remise ??????????????

Je vais t'envoyer les deux panneaux qui vont à côté (sur les côtés de la voiture.)

Ici, tout va bien, les animaux vont bien. Il n'y a que Francisco qui a le rhume et si ça continue, nous l'enverrons chez un Gynécologue.

Je fais venir le beau-frère à Barello. (Luciano avec sa femme). Il a fini la saison chez Francki, il tombe bien, je vais l'envoyer en Tunisie et à Tripoli. Comme ça, Séni va s'occuper d'Alger, Oran, Tlemcen, et Luciano, quand il aura fini Tunis et Tripoli, il ira faire le Maroc, comme ça l'avant marchera bien. Parce que nous avons du travail, la frontière tunisienne, la frontière de Lybie, Algérie et Maroc.

Tu vois que c'est de la paperasserie, à eux deux ça sera juste.

Séni demande combien il te doit, de toute façon, il ne touchera à rien tant que tu ne lui auras pas dit le prix et si c'est trop cher, il te la renverra. (Blague à part, combien je vous dois ?????)

Demain, je vais renvoyer une lettre à la mairie pour essayer d'avoir la Médina.

Il va falloir que tu rentres bientôt pour la Foire. Dis-moi si le dompteur est venu te voir et si tu as trouvé un décorateur.

Je termine en t'embrassant bien fort, les serpents mangent bien, ils t'embrassent, le varan aussi, les Hyènes aussi, les chiens aussi, les chacals aussi, les condors aussi, les singes aussi, les chiens aussi, les porcs-épics aussi, les chameaux aussi, l'éléphant aussi, Salah aussi, Laïd aussi, Boudjemah aussi, et le nouveau qui vient d'arriver... aussi sans Séni aussi, sur les pieds, moi aussi je t'embrasse aussi sur ton ver solitaire et les serpents embrassent ton ver solitaire aussi, le varan aussi, les porcs-épics aussi, les hyènes aussi, les chacals aussi, les condors aussi, les singes aussi, les chiens aussi, les chameaux aussi, Francisco aussi. Embrasse bien Smati de la part de Séni, je l'embrasse aussi, Francisco aussi, les chiens aussi, le ver solitaire aussi etc....

Shérif aussi"

 

Et c'est signé, sans "copier - coller",... Shérif Amar !

 

Lettre de Shérif Amar à Jeannette. (Coll. part. JMD)

Au dos de l'enveloppe frappée "Shérif Amar, l'un des fondateurs du cirque", on trouve cette truculente indication : "Société philanthropique de Philosophie de la Société pour le développement des vers qui vivent dans la solitude.

Un pour tous, tous pour un."

S. AMAR. H.DEY / ALGER

(Coll. part. JMD)

Toujours fleurie du cachet-couronne du Cirque Amar, une lettre de Shérif, non datée, cette fois écrite à la main, se fait tendre et langoureuse :
"Je viens de recevoir la lettre d'un Monsieur qui va à Tizi-Ouzou et qui m'a porté ta lettre. Séni allait partir à la Poste.
Si tu as besoin d'argent, télégraphie tout de suite, ne reste pas à crever de faim et si tu le veux, rentre à la maison, ici, il y a toujours à manger pour toi, je ne travaille que pour ça.
Je t'embrasse de tout mon coeur et j'en ai marre de la vie de célibataire car tu es tellement câline et douce que tu me manques. Tu manques aussi aux serpents, les chiens aussi, les chameaux aussi, les porcs-épics aussi etc...
P.S. : Je m'excuse pour ta fête, mais ici je vis comme un abruti, car pour monter le grand Cirque, il manque toujours quelque chose et je tourne dans tous les sens.
Schérif Amar.
Lettre manuscrite de Shérif Amar à Jeannette (Coll. part. JMD)

(Coll. part. JMD)

Jeannette et Shérif, une épopée. Ces deux-là toujours sur la route, si proches et si lointains, l'un dompteur de l'autre et vice-versa.

Shérif glisse un feuillet dans la machine à écrire et lui fait dire :
"Alger, le 2 juillet (1)

 

Chère Jeannette,

Ces quelques lignes pour te dire que tout va bien, je mouche mon nez, je dis bonjour à la dame (quand elle vient.)

Nous avons trouvé une combine pour la viande des lions, nous avons la possibilité de l'avoir gratuitement à la Bergerie Nationale.

A part ça, tout va bien, j'espère que tu n'as pas d'ennuis et que tout marche comme tu le désires.

Tout le monde t'embrasse et moi par dessus le marché.

P.S. : Tout le personnel, c'est des enculés, tu peux en enlever un pour en mettre un autre, ce n'est pas pour cela qu'il y en aura un qui te dira si ça marche et combien il y a de recette.

S. Amar

(1) Pas d'indication de l'année.



 

 

Lettre de Shérif Amar à Jeannette. (Coll. part. JMD)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Philippe 17/07/2009 01:02

Si je connaissais quelqu'un, penses bien qu'il y a longtemps que je t'aurai mis en contact avec lui (ou elle) parce que je connais certains de tes écrits ici partagés. J'en connais la teneur, et je connais assez bien le personnage pour savoir qu'il a encore plus à dire (et écrire) que ce qui est partagé ici.
La recherche d'éditeur n'est pas chose aisée, je sais que tu tentes sans trop de succès.
C'est pour cela que j'émettais la possibilité que tu entres en contact avec des personnes comme la famille Edelstein. Peut-être qu'eux...

Joël Fauré 16/07/2009 22:24

PS Commentaire n° 3 :
peuT

Joël Fauré 16/07/2009 18:34

Chère Aurora,

Ne m'avez-vous pas dit un jour que vous connaissiez quelqu'un chez Albin Michel ?

Joël Fauré 16/07/2009 18:29

Amitiés sinCères.

Joël Fauré 16/07/2009 18:27

Mon cher Philippe,

Oui, mille fois oui, tu as raison : il ne faut pas laisser dormir ces documents ni s'endormir la "légende" de Jeannette Mac-Donald. Tu vois, moi qui étais rétif à Internet à quel point on peu changer. Il me permet de pérenniser la mémoire de quelqu'un qui a beaucoup compté.
Ce bel outil, lorsqu'il est utilisé à bon escient, permet de conserver une trace et de porter à la connaissance du "public" -mais diantre que nous sommes nombreux !!!- des faits, des "dits", des vies...
Que de chemin parcouru depuis le temps où je regardais ton scanner comme un animal curieux !
Pour ce qui est de Frédéric Edelstein, du cirque Pinder, tu auras une "surprise" dans la deuxième partie de la biographie de Jeannette.
Pour ce qui est de la publication... hum... tu ne m'avais pas dit que tu connaissais quelqu'un chez Gallimard ?
Amitiés sinères à toi et aux tiens.

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens