26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 19:55

Dans la vie en vrai

Une image vaut mille mots. Une image "retouchée" cinq cents ?
Les longues descriptions de la "SARL, Société à Responsabilité Limitée Balzac, Flaubert, Zola et Cie" sont distanciées par le plus simple appareil pour le plus simple appareil, c'est à dire toute une académie. C'est tout vu. Y'a pas photo !
A la sortie du bain révélateur, il est devenu coutume de repeindre "Les Baigneuses" aux couleurs des tendances payantes.
La technique n'est pas nouvelle ; sa prolifération l'est.
Ôter trois boutons à une manchette, "redessiner le contour de la courbe d'un sein, du galbe d'une hanche" (N'est-ce pas, Charles ?) pour faire tendre vers la perfection -et sans doute autre chose de plus trivial que la perfection- n'est plus scrupule. L'entier naturel perd ce que le tri de l'artifice gagne.
Il n'est bien sûr pas question de passer d'un extrême à l'autre et rendre public les "photomatons" de Mylène, Catherine ou Laetitia ; Alain, Richard ou Alfredo. Ne tuons pas le rêve.
Tirent leurs épingles du jeu les dessinateurs de presse, les Cabu, Plantu, Sergueï, Nicolas Vial, Willem, caricaturistes dont le propos n'est pas de tricher mais d'amplifier un trait.
Il est urgent d'écouter ou de réécouter "Dans la vie en vraie", la chanson d'Anne Sylvestre (suffragette hors gazette, bien connue des gourmands de mots et de phrases bien troussées mais un peu moins des addicts aux illustrés "photoshopés") :
"C'est vrai qu'on dit c'est beau la vie comme dans les livres
On rêve de la vie facile comme c'est écrit
Mais c'est déjà bien assez compliqué de vivre
On écrit son petit chapitre, et ça suffit
Si on insiste,on voit surgir entre les pages
Des sentiments qui poussent pas dans les romans
On n'est pas d'accord sur le choix des personnages
On n'est pour rien dans l'histoire finalement

Mais dans la vie, mais dans la vie en vrai
Comme je t'aime, je t'aimerai
Que ce soit de loin ou de près
Ce que j'ai dit je redirai
Et pour de rire, et pour de vrai

C'est vrai qu'on aime s'inventer comme au cinoche

On voit les plans bien découpés comme au ciné

Le scénario se déroule sans anicroche

Quand le mot fin s'allume, on n'est pas étonné
Mais on découvre en soulevant un coin de toile
Qu'on on raté la grande scène des amoureux
Qu'on sait pas se faire embrasser sur fond d'étoiles
Qu'on a sommeil, et que le rôle est ennuyeux..."

Une élue du peuple qui a eu de bons bulletins, veut légiférer sur la  dérive de la photo truquée, et lui faire dire si elle vaut mille mots ou cinq cents. Laissons-la entrer dans la légende...

JF

Maquettes Philippe Covès

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AURORA 28/09/2009 03:18


Et dire que j'ai loupé tout ça!
Décidément, je devrais changer de journaux!!!

;-))


Joël Fauré 27/09/2009 20:39


Mon cher Philippe,
J'ai toujours été très admiratif devant ton travail et ta maîtrise devant le bel outil qu'est l'ordinateur. Souviens-toi de mes questions naïves, de mes émerveillements devant le rendu de tes
imprimantes. Souviens-toi du nombre de fois où je t'ai dit : "Je vais acheter un ordi"...
Je suis heureux que tu sois heureux de revoir ces maquettes ; l'oeil est toujours surpris de retrouver les choses d'hier, un peu recouvertes par la patine du temps.
Ces créations ont déjà traversé une décennie, et j'imagine "qu'à l'époque", tu as du connaître l'émotion de l'homme qui, le premier, mit le pas sur la lune.
Merci de ton merci.


Philippe 26/09/2009 23:58


Utilisation abusive de logo déposés... oups... si j'avais eu connaissance qu'un jour les moyens de communications permettraient de dépasser à grande échelle le cadre privé... je n'aurai pas tenté
d'être aussi proche des vrais...

La mémoire est une chose étonnante. Nous sommes capable de nous souvenir d'un détail, d'un mot ou d'une phrase. On a tous fait des choses plus ou moins avouables, plus ou moins provocatrices, plus
ou moins amusantes bien souvent d'ailleurs dans le seul but d'amuser, de partager un rire ou un sourire.

Je ne me souvenais plus de tout cela. La mémoire est probablement sélective car si certains titres de ces magazines étaient dans ma mémoire, je ne les avais plus pour autant dans mes souvenirs.

Mais plus que les titres, plus que les mots ou la complexité du travail (à l'époque l'informatique n'était pas ce qu'elle est aujourd'hui au niveau performance pour les simples amateurs)...
Plus que toutes choses, et aussi égocentrique que ce soit, ce que je me souviens c'est de l'éclat dans les yeux que j'ai aperçu lorsque les maquettes ont été dévoilées et surtout, oui surtout, le
plaisir que j'ai eu à les mettre en forme dans le plus grand secret.

Merci pour m'avoir rappelé cela. Elles ont été évoquées dans les textes de ce blog, mais là, elles me sont revenues avec grand plaisir en plein dans les yeux.
Merci Joël.


Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens