29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 17:03

"Partout je vois à petits pas

Des couples qui s'en vont danser

Mais moi sûrement je n'irai pas

Grand-Mère m'a dit de me méfier"

 

Jacques Brel, "La Foire"

 

Cher Jacques,

 

Je ne sais pas sur quel pied danser... Je n'ai jamais su sur quel pied danser. On a inventé là une bien curieuse façon de se mouvoir. Ceux qui y parviennent aisément possèdent des atouts de la victoire ; ceux qui, par complexe s'y refusent restent sur la touche et n'en finissent pas de faire tapisserie. Une tapisserie que Pénélope a délaissée pour danser avec Ulysse.

Rien n'est plus cruel que de faire "cavalier seul", quand on se retrouve au beau milieu de duos improvisés, soufflé comme un pion inutile au bal des imbéciles.

Il est très étrange, le procédé de séduction qui consiste à faire des pieds, des mains et des hanches pour maîtriser toutes les facettes de ce jeu idiot : il y a d'abord la "valse- hésitation" - J'y vais ou j'y vais pas ? - ; ensuite, la "valse poursuite" : "Cours après-moi et si tu m'attrapes, gare à la danse qui m'attends !" ! Et quand il y a beaucoup de dames sur le damier, prudence : une dame, c'est fou ce que ça mange... Et arrive la valse tournoyante, les yeux bandés comme à Colin-Maillard, tellement débridée qu'on en perd les temps...

Et sans répit déboule le tango, attelage fougueux et renversant.

Oui, il est très étrange le procédé de séduction quand la musique régit et se love dans l'intimité ouaté d'un slow langoureux. Deux pieds forment un "V", deux autres en dessinent un autre ; c'est rare que quatre pieds constituent le "W" d'un mot anglais

Il est très subtil le procédé de séduction qui consiste à feindre qu'on n'est pas un débutant au bal des débutantes.

Ils sont plus nombreux qu'on ne croit tous ceux qui, comme moi, n'arrivent pas à suivre la musique et à dessiner des "W" ; qui ont, un jour, perdu le rythme, trahi par la cadence infernale, distancé par le "la" qui n'est jamais las et qui gigote comme un démené.

Tu le vois, Jacques, je n'ai jamais su entrer dans la danse quand il le fallait et jouer aux jeux de mon âge à mon âge. Mais comment peut-on jouer quand on n'a sous la main ni les règles, ni les accessoires, ni les partenaires ? Vaut-il mieux être un piètre danseur ou un bon perdant ?

 

Le piètre danseur.

 

Prochainement : le misogyne.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le Bas des Dames 02/05/2010 13:16


Bonjour, Joël.

Je pensais en vous lisant que Nietzsche se met souvent en scène, lui ou son Zarathoustra, sous l'aspect d'un danseur.
Brel,vous, lui, je pense que vous êtes dans la même tonalité concernant ces gens qui savent et aiment danser.

Bonne fin de week-end.
Amandier


Alba 30/04/2010 09:15


Vous ne savez peut être pas sur quel pied danser mais vous savez magnifiquement faire danser votre "plume"... et vos mots sont des "Wirtuoses"!
Belle journée parfumée au muguet....


Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens