25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 19:20

img538Claude François et les "Clodettes". (Détail) Photo CORBIS/SYGMA
           A quoi tu danses ?
"Les lumières du phare d'Alexandrie [ne chantent plus] la même mélodie, mais se braquent sur ces jeunesses au rythme endiablé, gigotant comme un lombric sectionné par une bêche, ou faisant mine de tirer une sonnette d'alarme : "les Clodettes" de Claude François. Les voici déssillées par l'ère du tout image, et regardant sur l'écran plat de leur souvenance le gâteau laissé par celui qui passait ses "lundis au soleil", décidées à réclamer leur "côte"-part.
Dans feu le journal "Le parisien libéré" qui ne l'est semble-t-il plus, devenu "Le parisien" tout court à Paris et "Aujourd'hui en France" en France, réacheté samedi, j'apprends la nouvelle  : "La révolte des Clodettes. [Elles] demandent des comptes. Inséparables de la star, les danseuses s'estiment lésées et réclament des droits liés à la diffusion d'images d'époque où elles apparaissent. Elles viennent d'engager un avocat pour les défendre" écrit Hubert Lizé dans le quotidien délibéré.
Diantre ! Une jacquerie -une clauderie ?- chez celles dont il me souvient pourtant qu'elles chaussaient des bottes plus ou moins hautes couleur argent !
Le conflit les oppose à la Spedidam (Société de perception et de distribution des droits des artistes-interprètes de la musique et de la danse). "Certaines connaissent des difficultés financières. Il est légitime qu'elles obtiennent les sommes qui leur sont dues. [...] Si l'on remonte trente ans en arrière, à raison de 400 € ou 500 € par an, ça peut commencer à chiffrer" témoigne Slim Pezin, l'ancien chef d'orchestre de Claude François.

La Spedidam n'est pas contre une rétribution tardive, mais elle réclame en contrepartie des fiches de paye. "Or, certaines filles ne possèdent plus ces documents" assène Ketty Naval, l'une des Clodettes les plus "révoltées".
Que n'ont-elles lu, dans les tabloïds feuilletés pendant les séances de coiffage et maquillage la double page, là, vous savez bien : "Quels sont les papiers à conserver et combien de temps ?"
Vous dansiez, j'en suis fort aise, et bien, (verbe au choix) maintenant !
D'autres vedettes n'ont pas connu pareil sort : les "jupettes", qui étaient des "ministresses" ; les "baladurettes", des voitures, et les bien connues "joëlettes", demeurées de bien jolis bateaux.

JF

img539
Claude François et les "Clodettes". (Détail) Photo ABACA

img540
Maddly Bamy, la compagne des années "îliennes" de Jacques BREL qui fut, un temps, "Clodette", face à Joël Fauré. 9 septembre 1988. Photo Philippe COVES.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Clara 29/01/2010 20:09


Quand on ne peut plus revendiquer la beauté...reste la justice (heu?..).
La cause est juste dans l'absolu, mais que dire du temps passé?...
Vous danciez?! et bien...recommencez!!! mdr.


jeanne 26/01/2010 18:08


et leurs revendications me semblent on ne peut plus légitimes


AURORA 26/01/2010 04:06


"Le lundi au soleil", est-ce donc une chance que ces Clodettes n'auront jamais?


Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens