11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 15:49

La semaine de Suzanne,
maîtresse d'école


img512.jpg
"La Dépêche du Midi" Edition Nord-Est. 6 mars 2003.

Joël Fauré, auteur de plusieurs pièces de théâtre dont on connaît la plume boulimique sans le moindre esprit de "sergent major", nous propose le portrait de Suzanne Labranque, maîtresse d'école à Buzet-sur-Tarn, il y a 40 ans. Il aborde cet exercice avec angoisse :
Je n'ai aucun droit à l'erreur ; je n'ai que le droit d'être le premier de la classe.
Joël Fauré nous révèle que Suzanne est née le 5 février 1930 à Toulouse.
"Il est interdit de donner l'âge d'une femme sauf d'une maîtresse d'école pour qui la lettre et le chiffre sont les fondations du savoir...
L'alphabet me séduit, me fait la cour et j'en remercie le démiurge inspiré qui l'a inventé. Le chiffre n'en est qu'un contrepoids que je me raisonne, aujourd'hui, à qualifier d'utile.
De la classe unique du hameau des Luquets au groupe scolaire, en passant par l'école mixte, Suzanne a allié la rigueur à l'humanité. J'ai capturé ces petits fragments de temps. Tous les matins que Dieu et Diable faisaient, Suzanne passait entre nous, un tampon encreur d'une main, une petite vignette de bois dans l'autre et elle faisait naître sur nos cahiers du jour des frises de fruits et de fleurs à colorier selon le goût, l'humeur et sans doute aussi la couche sociale plus que l'acéré de l'ébonite. Mais les petits enfants de Buzet, pétris comme de la bonne farine patriotique, fils de fils d'une des dernières grandes guerres, étaient le plus souvent issus de meules de champs de blé : Josette était bonne en tout ; Bruno se faisait tirer les cheveux ; Véronique tentait sans succès d'expliquer comment on fait les enfants, et moi, j'avais peur de manquer le car et d'oublier la casquette que j'avais sur la tête.
Les bottes de Suzanne, le feutre rouge qu'elle utilisait en marge, le regard vif sont collés à ma peau. J'ai gardé mes cahiers d'écolier ; ils sont ensanglantés d'annotations. Le "tableau synoptique de mon travail" restutitue son écriture racée. Il recèle des "Trop souvent absent" et "Avec beaucoup d'indulgence, Joël passe en 6ème" qui me tendent un miroir implacable.
Suzanne a tout fait pour me faire aimer les choses de la vie.
Son capital intellectuel est inestimable et n'est pas côté en bourse. Je lui suis plus redevable qu'à mon banquier. Je déclare ici solennellement mon cahier de récitations mieux investi de pouvoir que ma carte professionnelle, et des types comme comme Verlaine, Gauthier, Apollinaire à qui elle m'a présenté, beaucoup plus fréquentables que d'aucuns dont je tairai le nom.
Les compositions et les leçons de choses naturelles -la chenille au bombyx du mûrier ou ver à soie se transforme en papillon nocturne aux ailes duveteuses-, les conjugaisons, les tables en bois (cirées en juin) et de multiplication (sues mais tardivement), la morale, l'instruction civique n'ont pas tari les réservoirs et les pépinières de la pensée mais les ont approchés de la plénitude.
Depuis que j'ai quitté l'école où je ne voulais pas aller, je ne cesse de rêver que je veux y retourner !
En mon nom et au nom de tous ceux que vous avez eus comme élèves, je vous remercie, Madame !

JF

img514.jpg

"Pages d'écritures de l'élève Joël Fauré avec les appréciations de Suzanne Labranque."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jeanne 14/12/2009 13:09


toujours étonnée
toujours surprise
admirative
en émotion


AURORA 14/12/2009 01:48


Quelle magnifique page d'écriture sur cette Suzanne qui me rappelle celle dont il fut chanté:

"Tu veux rester à ses côtés
Maintenant, tu n'as plus peur
De voyager les yeux fermés
Une flamme brûle dans ton cœur..."


Joël Fauré 12/12/2009 21:41


Lebrac : Elle puisa sa plume dans le sang et la sueur, sécrétions de vie uniques...

Asl& : Bienvenue ici. Je vous croise dans des maisons amies...
Oui, cinq carreaux à droite, cinq carreaux à gauche, je tire un trait et la page blanche "offre" toutes les richesses et tous les savoirs, pour peu que le maître ou la maîtresse sache donner le
goût des choses.
Merci.


Asl& 12/12/2009 18:22


Je suis en pamoison devant cette double page de cahier du jour…J’aimerais m’appeler Suzanne Labranque et j’aimerais avoir des petits Joël Fauré...mais j’ai bien peur que la page soit tournée…Enfin
le petit trait de cinq carreaux n’est pas mort !!!


lebrac 12/12/2009 15:08


Vous aviez déjà l'écriture dans le sang .
Auquel Suzanne Labranque puisa la couleur pour vous " corriger ".
Toujours émouvants ces cahiers de jeunesse .
Amicalement .


Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens