11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 18:47

A Leslie du Printemps
A Marie-Thérèse Perrin. (Message personnel  : pour la photo, ce sera pour plus tard...)

Catherine et Alain Robbe-Grillet. S'il fut le "Pape du Nouveau Roman", elle est la "Papesse du Sadomasochisme".
Photo Patrick Swirc

Ces Gémonies de Femmes

A Toulouse, le Printemps est en septembre. Y'a plus de saison. En fait l'intitulé "Le Printemps de septembre" reprend le feu festival de Cahors où est née, en 1991, sous l'impulsion de Marie-Thérèse Perrin, une manifestation de qualité vouée aux arts visuels. (Je garde des souvenirs très nostalgiques de la période cadurcienne.) De la photo a découlé la vidéo, puis des installations et accrochages plus sophistiqués, des reliefs devenus autant de performances tutoyant le théâtre "a giorno" et la danse. Et toujours avec ce foisonnement de créativité, d'inventivité qui fait sortir de la bouche toulousaine les mots d'élistisme et d'hermétique.
Autrement dit, au pays du rugby et du cassoulet, on se demande si c'est de l'art ou du cochon.
J'aime assez cette idée de faire bouger les lignes, fussent-elles celles de la surface de réparation d'un stade et d'apporter des matériaux neufs extraits de carrières encore inexploitées.

Sous-titrée par le Commissaire Bernard "Là où je vais je suis déjà" ; "Là où je suis n'existe pas", l'édition 2009 s'est offert, en le faisant partager, un beau cadeau : la présence de Catherine Robbe-Grillet, alias Jeanne de Berg, qui a sorti le sadomasochisme du ghetto dans lequel il était bétonné.

Le Salon Vert du Musée des Augustins, au cours de la "Nuit des tableaux vivants" -entre un matador "mort" ensanglanté, la muleta à la main, et un souper bourgeois, en vitrine sur la rue (passé le scrupule du voyeurisme, enrichissant exercice d'observation anthropologique !)- ; le salon vert donc, était seyant comme un long gant "à la Gilda" pour donner un aperçu de ces "Cérémonies de Femmes" (1) où désirs et plaisirs s'accomodent avec une habile harmonie.

30 chaises pliantes étaient dépliées, devant un rideau de tulle. Plus d'une heure avant le début de la première "performance" (Il y en aura 3 au cours de la nuit), elles avaient déjà été investies.

C'est au tintement d'une clochette que le rideau léger s'ouvre sur une resplendissante gynécée paraissant de cire.
Flotte une odeur d'encens. Dansent les flammes de chandelles sur une crédence ; et l'on ne sait qui va être dressé, de la table ou bien des convives qui la cernent.
Au fond de la scène, Jeanne de Berg, voilée de pied en cap, assujettit par la tête une Vénus à genoux.
A l'Avant-Scène, assise, une prêtresse de Héra, déchaussée d'un seul pied... A genoux à ses côtés, une servante couleur chocolat, tient religieusement en évidence un escarpin noir, brillant comme un astre. Fétichistes, ne pas s'abstenir de voir.

L'action vient d'une officiante, Odalisque assermentée. A gestes lents, précis et raffinés, qui signeront l'ensemble de l'épisode, elle verse du vin (Chaud ? De messe ?) dans l'escarpin devenu calice, y trempe un sucre et l'offre... à un spectateur du premier rang qui s'en délecte. (Le SM, c'est aussi ça : l'eucharistie pour certains, "l'écoeurastie" pour d'autres... quand ils n'alternent pas.) Elle renouvelle l'offrande à une spectatrice mais, tient la dragée haute devant les lèvres approchantes, puis embouche elle-même la sucrerie.
Tout sucre tout miel. Dans un compotier, du miel est ensuite présenté à la Vénus. Elle trempe son index, s'en enrobe, puis en un filet vermeil, détourné de "droit vers le ciel comme la fumée d'un campement de nomades" (2) le laisse couler dans sa bouche. Sensuel à souhait. Et presque Christique.
Les jeux de tête, de corps, l'appartenance, l'obéissance, les maillons argentés de la chaîne, tout à l'avenant est d'un ténu divin.
Jusqu'à ce que la Grande Maîtresse se lève, hiératique, que le rideau de tulle se referme, que la Vénus lâchée s'y agenouille, s'y agrippe, offerte à toutes les possibilités. Et que la Maîtresse, derrière, dise : "Tout peut commencer".

Le public est conquis.
A Toulouse, il n'y a pas que le rugby et le cassoulet ; il y a aussi l'aéronautique et les nanotechnologies...

JF

(1) "Céremonies de Femmes", Grasset, 1985
(2) Emprunté à Henry de Montherlant

Lu sur le feuillet remis aux spectateurs avant la "séance" :

"LE PRINTEMPS DE SEPTEMBRE
à TOULOUSE"
Catherine Robbe-Grillet - Les cinq sens
Mécanique du désir : maitresse-femme sous le pseudonyme de Jeanne de Berg et organisatrice de "cérémonies de femmes", Catherine Robbe-Grillet, conduit ici, avec quatre autres participantes, un tableau vivant.
Avec Jeanne de Berg, Catherine Corringer, Claire Charpentier, Beverly Charpentier et Joëlle Séraphine.
22 h / 22 h 45 / 23 h 30
dans la limite des places disponibles.
Nous informons le public que cette performance peut heurter la sensibilité de certains spectateurs.
Les photographies (avec ou sans flash) et enregistrements vidéos sont formellement interdits.

----
EN MARGE

En vue de la diffusion d'un sujet sur Jeanne de Berg dans la nouvelle émission "Générations", qui devrait débuter mi ou fin novembre sur M6, (la petite chaîne qui est montée, qui est montée...) une équipe de reportage a capté la performance. Félicitant la concernée et devisant avec elle, je me suis soudain aperçu que micro-perche et caméra captaient aussi notre conversation. Je ne sais si ces images seront retenues lors du montage, tout comme le témoignage que j'ai apporté ensuite, de façon moins "à la dérobée". Elles auront toutefois servi mon égo et mon narcissisme désormais légendaire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joël Fauré 12/10/2009 22:12


Chère Clara, Un bristol était entre les gants : vous ne l'avez donc pas vu ?


Clara 12/10/2009 19:04


Monsieur..Il n'y a plus de narcissisme qui tienne, lorsqu'on l'exprime comme vous le faite...Il se fait échange, partage...votre narcissime devient don de soi, exploration, expression au sens
d'extraire...
La prochaine fois...invitez-moi.
Qu' à défaut de vous voir botté, je vous vois ganté...


Joël fauré 12/10/2009 15:00


Merci beaucoup, chère Jeanne.

Chère Aurora, J'ai salué de votre part Jeanne de Berg. Sachez qu'elle vous admire énormément.Et ce n'est pas une vue de l'esprit...


jeanne 12/10/2009 07:05


mes mots se joingnent à ceux d'AURORA
je men occupe aujourd'hui ... !


AURORA 12/10/2009 03:13


Une seule phrase: Je vous envie d'avoir assisté à cette "Cérémonie" mais je suis certaine que vous en avez été le meilleur des spectateurs..


Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens