10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 20:29

Photo "Version fémina" - Auteur : X

A peine un peu

J'aime lorsque les choses sont suggérées. A peine un peu. A demi-mot. Sous-entendu. Au bas mot. A bas bruit. Les messes basses que je veux bien servir, mes lèvres trempées dans le calice. A peine un peu. La part congrue.
Je n'aime pas les républiques bananières, les parts léonines. Il ne sert à rien de tout avoir. Il ne sert à rien de tout savoir. Il est impossible de tout avoir. Il est impossible de tout savoir.
Laper sous le tablier du petit pont l'eau du ru.
Soupçonner sous la jupe des femmes la matrice.

Il me faut taire ce qu'on m'a caché.
Il me faut taire ce que je ne sais pas.
J'ai écouté beaucoup de chansons. Je n'ai pas cherché à comprendre tous les mots : "J'ai retiré ce radium de la pechblende... (...) Tes yeux sont mon Pérou, ma Golconde mes Indes..." (1) Il m'est arrivé d'avancer par sonorité. Un pied devant l'autre. Jusqu'au jour où "l'on meurt de hasard en allongeant le pas". (2)

A peine un peu. Effleurer. Caresser.

 

(1) Louis Aragon (Les yeux d'Elsa)

(2) Jacques Brel (La ville s'endormait)

JF

Partager cet article
Repost0

commentaires

A

Joël> Je suis triste quand vous vous taisez trop longtemps...


Répondre
J

et la photo est belle...


Répondre
A

..."suSuRRé", évidemment.
Je commençais - je vois - à perdre l'habitude du clavier!


Répondre
A

Très beau texte...sussuré!
Oui, il y a bien quelque chose de sacré dans le mystère...


Répondre
J

j'aime les mots dits
effleurés
murmurés
imaginés


Répondre

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE
Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Recherche

Liens