20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 19:36

L'homme qui a planté des arbres

Les correspondants de presse d'un journal de province ont quelque chose de touchant. J'en parle savamment pour l'avoir un peu été, à l'occasion. Envoyés spéciaux à l'autre bout du village, ils font des petits relevés de la petite histoire, celle qui rejoint la Grande, prennent le pouls et la température du microclimat d'un microcosme.
Loin d'être des "agités du local", ils érigent le menu fretin en belles pièces. Ils indiquent les horaires de la permanence de "notre député", celui qui "nous a fait l'honneur de sa présence" ; ils relaient les caprices de Dame Météo ; ils constatent que "les lampions se sont éteints" après que "la fête ait battu son plein", "malgré la pluie, le public était venu nombreux" ; ils prophétisent que "tout le monde ne pense qu'à se retrouver l'an prochain" ; ils déplorent le départ d'une figure locale, "parti beaucoup trop tôt" après une "longue maladie". "L'Eglise était trop petite" pour tous ceux qui voulaient le conduire à "sa dernière demeure"... Mais ils fourbissent déjà leurs plumes pour l'inauguration de la Maison de Retraite, "sortie de terre comme un champignon"...
Je vous conseille la lecture des "Bottes Rouges" de Franz Bartelt, qui fait des "localiers", par le biais de son héros, une bonne dissection.

Les hommes qui plantent des arbres ont quelque chose de touchant. J'en parle savamment pour en connaître un, tout droit sorti d'une chanson de Brassens, "Auprès [du sien], il vivait heureux" ou d'une nouvelle de Giono "L"Homme qui [en plantait].

C'est au début des fièvreuses années 90 que Lucien a planté ses chênes. Si je l'ai remarqué, c'est parce que j'étais loin d'eux, dans le "haricot Altoséquannais" (1) qui colle à Paris (là-même où l'actualité braque ses projecteurs), où je faisais mes premiers pas d'employé de "bourreau".
C'est parfois lorsqu'on s'éloigne des choses qu'ont les voit mieux.
Revenu "aux herbes", a germé en moi l'idée de les voir pousser, ces arbres.
Je proposai à la rédaction de "La Dépêche du Midi" de les saluer, tous les 5 ans, sous la forme d'un petit papier illustré, entre les horaires de permanence de "notre député", les lampions éteints et les pétards mouillés de la fête qui faisait du plein un battu d'avance... L'histoire de quelques chênes au milieu de "marronniers" en quelque sorte...

1992. 1997. 2002. 2007. Nous avons respecté ce serment d'amour et de fidélité. J'ai les preuves. Il n'y a pas d'amour. Il n'y a que des preuves d'amour.

Curieusement, en 2007, même les politiques nous ont rejoints, faisant épouser le mandat présidentiel, de septennat devenu quinquennat, avec notre rendez-vous. Faut-il y voir un signe ?

Je me tairai en phrases trop demanderesses en symboles et vous offre céans, pendant quatre jours, une histoire vraie, belle et forte. Et ouverte...

 

JF

(1) Le département des Hauts-de-Seine a la forme d'un haricot en grain autour de l'Île-de-France.


Coupure de "La Dépêche du Midi" (Edition Nord-Est) du 2 janvier 1992

"Faire flèche de tout bois dont on fait aussi des flûtes. Musique et champagne ! Pour la naissance de la chênaie de Lucien Sigaudès, planteur en terre buzetoise. Vivats pour celui qui planta des arbres des meilleures espèces. Label au bois naissant.
Quand la main se fait verte et saisit un plantoir, un vibrato ondule alors la terre qui s'assouplit sous le pied du semeur. Lucien Sigaudès, estampillé buzetois bon teint, ne le conteste pas. A l'heure où l'on ne cesse de s'alarmer sur la dégradation du cadre de vie naturel, lui, il milite, agit, crée. Loin des paradoxes et des comités de théoriciens, Lucien a pris le parti de ne plus crier haro sur le baudet et s'est penché là où le bât blesse. Et il a planté. Des fagacées. Plus communément appelés chênes. Tout un symbole. A qui il a offert tout un espace de son exploitation des "Bardis". Ainsi "fût-il". Sur 3 ha, les 3 000 arbustes, dans leurs petits enclos protecteurs bleus, ont été portés en terre à l'antépénultième Sainte-Catherine (car tout arbre y prend racine) et ont, au vu des premières apparences, trouvé un "terrain d'entente" qui leur semble favorable. En clair, ça pousse ! Même si deux ou trois récalcitrants ont renié leurs racines. Ces feuillus encore duveteux vont croître sous l'oeil paternel de l'ami Lucien. Les riverains et les curieux, et pourquoi pas, les observateurs jetteront bien un regard machinal vers ce lieu rendu magique. Courbes de statistiques et de croissance sans fard. Sondages de popularité immédiats.

Avec le "tan".


Une chênaie : l'idée n'est pas nouvelle chez ce grand "paysan-poète" qui, à sa manière, a célébré Dame Nature par bien des égards, et toujours animé d'une flamme conservatrice. Du reste, Lucien ressemble un peu à un arbre : quand il déplie sa haute stature, il a la sveltesse du peuplier et la force tranquille du chêne. Et le bois travaille Lucien qui l'a travaillé, en bon menuisier, toute sa vie durant. Identité remarquable. Dorénavant, le rabot est posé et la cognée ne sortira pas.
Les thèmes de dialogue sont alors aisément imaginables chez cet homme de bon sens nourri à la sève la plus féconde de la vie : la politique vert ou vert tendre ? L'Antarctique, la forêt amazonienne ? Des réalités.

Sous les frondaisons d'un chêne, Saint-Louis rendait justice ; Lucien y sourira, tel un démiurge sylvestre. Ses fournisseurs de tan auront à battre la mesure. Que passent les saisons. Que passent par ici les furets et les palombes. Que viennent les premiers glands. Les aubes silencieuses et les soirs en pluie. Les borées caressantes et les soleils parfumés. Baume au coeur et coeur sur la main.
Des petits enfants séculaires, un jour, se souviendront de l'aïeul à la main verte et des vibratos ondulant la terre.

Peut-être retrouveront-ils aussi, glissé dans les pages des grimoires et registres familiaux, voisin d'une feuille de chêne séchée, ce carré de journal jauni..."

Janvier 1992
JF


Lucien Sigaudès dans sa chênaie. Novembre 1991. Photo JF.

Repost 0
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 19:21

     LES METTRE OU PAS ?

Toute la presse en parle. Des pages et des pages. C'est dans l'air du temps. Alors, les mettre ou pas ? Tout dépend comment. "Ca fait mauvais genre" entend-on dire. "Ca ne s'accorde pas avec n'importe quoi." Il faut les retirer. Non, il faut les garder. Ce serait un  sacrilège de les ôter.

Alors, les garder ou pas ?

Tous ces ronds de jambes la font belle à certaines, en irritent d'autres, becs-cornus et genoux calleux.
Jeanne(-)la(-)Pucelle en mettait. Charles-Geneviève-Louis-Auguste-André-Thimothée d'Eon de Beaumont, dit "Le Chevalier d'Eon" aussi. Sainte Radegonde de Beaulieu demain de corvée de lessive, carmélite déchaussée, n'en mettait pas.
Les mettre ou pas ? "Effet" de mode ? Mais "la mode, c'est ce qui se démode" ; or, nous touchons là l'indémodable... Les mettre ou pas ? Les mettre au pas... au cou-de-pied de la lettre...
Reste peut-être à instaurer une journée sans. Ou une journée avec pour toutes et tous. Les fétichistes "à la petite semelle".
Les mettre ou pas ?
Je me souviens d'une maîtresse d'école qui les mettait souvent.
Je me souviens d'un cancre va-nu-pieds qui refusait de les mettre, alors qu'il aurait fallu.
Ici-même, lorsque j'ai voulu créer mon blog, j'ai dû les mettre... Vous les voyez ?
Alors, les mettre ou pas ?

Vous l'aurez bien sûr compris : je parle des tirets entre les mots composés.

JF

Repost 0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 20:45


La loi du Talon

"Or j'avais hérité d' grand-père
Une paire de bottes pointues.
S'il y a des coups d'pied quelque part qui s'perdent,
C'lui-la toucha son but"
Georges Brassens (Grand-père)

Le vécu est un savoir. Le vu beaucoup moins. Moi, ici fétichiste revendiqué et raisonné de la botte et de la cuissarde, "substituts à une sexualité latente non épanouie", parvenu à mon âge, et tel un "Rousseau" en "Confessions", viens de me rendre compte que j'ai été un "moteur de recherche" bien avant la lettre. "Google" et "Yahoo" quand bien même ils rajouteraient une pluie d'"o", peuvent aller se rhabiller, ou plutôt de déchausser : toute ma "pensée unique" a dragué profond bien avant eux des lits de l'activité humaine la chaussure érigée en denrée de base. Journaux, livres, vitrines et la "Grande Loterie Hasards et Coïncidences" n'y sont pas pour rien. Sassées les cuissardes et leur pouvoir conféré, et leurs aspects, leurs matières, leurs attitudes et leur vocabulaire y afférent : empeigne, cou, tige, bouts ronds, carrés, biseautés, pointus et talons plats, bottiers ou aiguille.

Décidement, c'est encore la Revue de presse de Bruno Duvic sur France Inter qui, ce matin, m'a mis la botte à l'oreille.

Il rapporte la "Lettre de Grande-Bretagne" écrite sur le dos du "Monde" de ce jour, par Virginie Malingre (pointure 36 fillette ?) : "Haro sur les hauts talons".

Avant de vous livrer les propos que le titre augure, laissez-moi vous faire partager ce dont il me souvient. M'est en effet revenue en mémoire l'histoire de cette employée de bureau, licenciée de son entreprise. Motif du renvoi dans ses foyers : les talons hauts de ses bottes rayaient et écorchaient la moquette ! Sans commentaire. Habituellement, ce sont les dents de jeunes loups ou de morveux chefaillons qui la rayent. Et on les laisse impunément ronger le sol jusqu'à risquer l'effondrement... Passons.

L'augure maintenant. Ca se passe en Angleterre. "Les syndicats britanniques ne se laisseront pas détourner de leur nouvelle mission  : bannir les talons hauts au travail. (...) Les talons hauts sont glamour sur les podiums de Hollywood. Mais ils sont totalement inappropriés dans le monde du travail."
Un débat fait rage. Pour une grande et une petite cause. Un de ceux qui fait rotule entre les "pro" et les "anti". Les "anti" sont pour ainsi dire "pasoliniens" : "[Les talons hauts provoquent des] maux du genou, les cornes et les oignons sur les pieds..." et les "pro", souvent les principales concernées, qui n'ont pas de leçon d'anatomie à recevoir d'apparatchiks en talonnettes : "Je mesure 5 foot et 3 inches et j'ai besoin de chaque centimètre de mes Louboutin pour regarder mes collègues hommes dans les yeux" exprime une déterminée de la Perfide Albion.

"Il est un signe de cet engouement britannique pour les talons hauts : la place que la presse leur accorde." peut-on lire. "Le Guardian", depuis le début de l'année, a plublié 148 articles qui mentionnent ces chaussures exclusivement féminines. En 2008, il y en a eu 183 pour 169 en 2007. A titre de comparaison, "Le Monde", depuis neuf mois, les a évoquées dans... 15 papiers." Je deviens piteux. Mon moteur de recherche tousse et la cuissarde crie justice...

Faudra-t-il faire des guili-guili avec une plume sous la plante des pieds pour ramener un peu de légèreté dans ce faux-débat ?
Sur les pieds plats, cause de réforme au Service Militaire lorsqu'il existait ; comme sur la voûte plantaire qui, paraît-il, en miniature recèle toutes les parties du corps ; et tout comme la hauteur, idéale et absolue, décrétée au Journal Officiel d'un talon, d'un pantalon et de Saint-Pantaléon, on ne me demande pas mon avis. Je le donne cependant. Où, ailleurs que dans ce "Journal Extime" pourrai-je mieux le faire ? :
Je n'aime que les bottes-comtoises qui, comme les horloges de la même origine, sont hautes, joliment galbées et nous disent où nous en sommes au bout de leurs aiguilles.

JF

Repost 0
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 21:03

J'ai le ticket...





Je m'étais pourtant promis de ne pas "chroniquer" ce jour, souhaitant une jachère de trèfle et de paquerettes sauvages ou un gué ; et voici qu'un tropisme, cher à ma grande amie Nathalie Sarraute, que j'ai très bien connue (relire d'urgence "Le silence" et "Pour un oui pour un non") me tracte à "moter", mais pas plus que sur l'espace d'un ticket de caisse de la gargote où j'ai mes entrées.
Mon texte sur Mitterrand ne sera pas publié ici ; le "motage" a été employé par d'autres. Je ne suis pas avec la meute.
Jacques Chessex est mort comme Brel, un 9 octobre ; comme le Christ, un vendredi ; comme Molière, sur scène. Il était suisse et écrivait bien. J'ai retrouvé un passage sublime que je cherchais depuis longtemps : c'est dans "Monsieur". Il serait réducteur de résumer Jacques Chessex à "L'Ogre" qui lui valut le Goncourt, en 1973. Je n'ai plus de place.

JF

Repost 0
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 18:47

A Leslie du Printemps
A Marie-Thérèse Perrin. (Message personnel  : pour la photo, ce sera pour plus tard...)

Catherine et Alain Robbe-Grillet. S'il fut le "Pape du Nouveau Roman", elle est la "Papesse du Sadomasochisme".
Photo Patrick Swirc

Ces Gémonies de Femmes

A Toulouse, le Printemps est en septembre. Y'a plus de saison. En fait l'intitulé "Le Printemps de septembre" reprend le feu festival de Cahors où est née, en 1991, sous l'impulsion de Marie-Thérèse Perrin, une manifestation de qualité vouée aux arts visuels. (Je garde des souvenirs très nostalgiques de la période cadurcienne.) De la photo a découlé la vidéo, puis des installations et accrochages plus sophistiqués, des reliefs devenus autant de performances tutoyant le théâtre "a giorno" et la danse. Et toujours avec ce foisonnement de créativité, d'inventivité qui fait sortir de la bouche toulousaine les mots d'élistisme et d'hermétique.
Autrement dit, au pays du rugby et du cassoulet, on se demande si c'est de l'art ou du cochon.
J'aime assez cette idée de faire bouger les lignes, fussent-elles celles de la surface de réparation d'un stade et d'apporter des matériaux neufs extraits de carrières encore inexploitées.

Sous-titrée par le Commissaire Bernard "Là où je vais je suis déjà" ; "Là où je suis n'existe pas", l'édition 2009 s'est offert, en le faisant partager, un beau cadeau : la présence de Catherine Robbe-Grillet, alias Jeanne de Berg, qui a sorti le sadomasochisme du ghetto dans lequel il était bétonné.

Le Salon Vert du Musée des Augustins, au cours de la "Nuit des tableaux vivants" -entre un matador "mort" ensanglanté, la muleta à la main, et un souper bourgeois, en vitrine sur la rue (passé le scrupule du voyeurisme, enrichissant exercice d'observation anthropologique !)- ; le salon vert donc, était seyant comme un long gant "à la Gilda" pour donner un aperçu de ces "Cérémonies de Femmes" (1) où désirs et plaisirs s'accomodent avec une habile harmonie.

30 chaises pliantes étaient dépliées, devant un rideau de tulle. Plus d'une heure avant le début de la première "performance" (Il y en aura 3 au cours de la nuit), elles avaient déjà été investies.

C'est au tintement d'une clochette que le rideau léger s'ouvre sur une resplendissante gynécée paraissant de cire.
Flotte une odeur d'encens. Dansent les flammes de chandelles sur une crédence ; et l'on ne sait qui va être dressé, de la table ou bien des convives qui la cernent.
Au fond de la scène, Jeanne de Berg, voilée de pied en cap, assujettit par la tête une Vénus à genoux.
A l'Avant-Scène, assise, une prêtresse de Héra, déchaussée d'un seul pied... A genoux à ses côtés, une servante couleur chocolat, tient religieusement en évidence un escarpin noir, brillant comme un astre. Fétichistes, ne pas s'abstenir de voir.

L'action vient d'une officiante, Odalisque assermentée. A gestes lents, précis et raffinés, qui signeront l'ensemble de l'épisode, elle verse du vin (Chaud ? De messe ?) dans l'escarpin devenu calice, y trempe un sucre et l'offre... à un spectateur du premier rang qui s'en délecte. (Le SM, c'est aussi ça : l'eucharistie pour certains, "l'écoeurastie" pour d'autres... quand ils n'alternent pas.) Elle renouvelle l'offrande à une spectatrice mais, tient la dragée haute devant les lèvres approchantes, puis embouche elle-même la sucrerie.
Tout sucre tout miel. Dans un compotier, du miel est ensuite présenté à la Vénus. Elle trempe son index, s'en enrobe, puis en un filet vermeil, détourné de "droit vers le ciel comme la fumée d'un campement de nomades" (2) le laisse couler dans sa bouche. Sensuel à souhait. Et presque Christique.
Les jeux de tête, de corps, l'appartenance, l'obéissance, les maillons argentés de la chaîne, tout à l'avenant est d'un ténu divin.
Jusqu'à ce que la Grande Maîtresse se lève, hiératique, que le rideau de tulle se referme, que la Vénus lâchée s'y agenouille, s'y agrippe, offerte à toutes les possibilités. Et que la Maîtresse, derrière, dise : "Tout peut commencer".

Le public est conquis.
A Toulouse, il n'y a pas que le rugby et le cassoulet ; il y a aussi l'aéronautique et les nanotechnologies...

JF

(1) "Céremonies de Femmes", Grasset, 1985
(2) Emprunté à Henry de Montherlant

Lu sur le feuillet remis aux spectateurs avant la "séance" :

"LE PRINTEMPS DE SEPTEMBRE
à TOULOUSE"
Catherine Robbe-Grillet - Les cinq sens
Mécanique du désir : maitresse-femme sous le pseudonyme de Jeanne de Berg et organisatrice de "cérémonies de femmes", Catherine Robbe-Grillet, conduit ici, avec quatre autres participantes, un tableau vivant.
Avec Jeanne de Berg, Catherine Corringer, Claire Charpentier, Beverly Charpentier et Joëlle Séraphine.
22 h / 22 h 45 / 23 h 30
dans la limite des places disponibles.
Nous informons le public que cette performance peut heurter la sensibilité de certains spectateurs.
Les photographies (avec ou sans flash) et enregistrements vidéos sont formellement interdits.

----
EN MARGE

En vue de la diffusion d'un sujet sur Jeanne de Berg dans la nouvelle émission "Générations", qui devrait débuter mi ou fin novembre sur M6, (la petite chaîne qui est montée, qui est montée...) une équipe de reportage a capté la performance. Félicitant la concernée et devisant avec elle, je me suis soudain aperçu que micro-perche et caméra captaient aussi notre conversation. Je ne sais si ces images seront retenues lors du montage, tout comme le témoignage que j'ai apporté ensuite, de façon moins "à la dérobée". Elles auront toutefois servi mon égo et mon narcissisme désormais légendaire.

Repost 0
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 19:19


Philippe VERCELLOTTI. "La route 102".  Acrylique sur panneau - 116 x 89

Sur la route

Cette route 102*, qui n'a rien à voir avec la Nationale 7, et encore moins avec la mythique route 66, appelle en moi mille mots.
D'abord, il y a ce vieux "Tub" Citroën, comme celui qu'avait le boucher de mon enfance ; et puis il y a tous ces "improbables" : cette route à flanc de falaise, escarpée et impossible on ne peut mais ; la moto (celle de Lawrence d'Arabie ?) que va franchir, sur une planche posée à dess(e)in, un cascadeur, suivi d'un coureur échappé du peloton ; un filin d'escalade, une bille bleue, un feu rouge rouge et des clous (à respecter), le tout dans un savant mélange d'ergs sous-entendus et de regs avérés.
Et puis l'oeil se décille. On revient à la réalité : ce sont des jouets, des figurines, un décor ludique et combinatoire que trahit l'arrivée d'eau, sous des récurrences de qui connaît l'artiste, puis la murette et la découverte du "pot aux roses" dans les 1/5èmes du tableau. Mais très vite, les pistes sont de nouveau brouillées : on remonte sur le pré à l'herbette plus vraie que la vraie, sous le maillage d'un grillage en trompe-l'oeil, et on retrouve le "Tub". Et, tel un ruban de Möbius, tout peut recommencer...
Je vous ai ici-même déjà parlé de Philippe Vercellotti. On connaît son trait et son jeu, dont il devient convenu d'en louer la finesse.
Vous me croirez si je vous dis que j'ai la chance, tout comme pour Brel, de très bien connaître Philippe Vercellotti ?

JF

Philippe Vercellotti expose dans le cadre du 81ème Salon des Artistes Méridionaux jusqu'au 23 octobre, au Centre Culturel Saint-Jérôme, 7, rue Pélissier à Toulouse. Le thème retenu cette année est "la route". "On the road again". Il n'y a que le premier pas qui coûte et le dernier qui compte.

* Sur le quantième de la voie de communication, on échafaudera ce qu'on voudra. La DDE (Les cantonniers) refusant de répondre, l'explication est sans aucun doute ailleurs...

Site officiel de Philippe Vercellotti :
vercellotti.monsite.wanadoo.fr

Repost 0
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 19:20

"Un lieu de mémoire (...) va de l'objet le plus matériel et concret, éventuellement géographiquement situé, à l'objet le plus abstrait et intellectuellement construit." (Pierre Nora - "Les lieux de mémoire")

Photo Philippe Covès

La mémoire des lieux


Mon émotion du jour est arrivée tôt ce matin. Elle a pris voix dans celle de Bruno Duvic et sa revue de presse sur "France Inter". L'homme de radio prévient qu'il a trouvé un article passionnant dans "La Croix", que beaucoup ne lisent pas, au prétexte qu'ils ne sont pas allés à confesse depuis belle lurette et qu'ils ne souhaitent pas la porter ; ils ont déjà la leur. Alors que ce journal est de grande qualité, sans sectarisme primesautier. (Je vous conseille particulièrement la "quatre" de couverture de l'édition du week-end : Bruno Frappat écrit une chronique bien sentie et sans embrigadement, assortie d'une délicate et délicieuse illustration d'Annie Goetzinger, toujours ad hoc.)
Or donc, quelle laudes Bruno Duvic a-t-il sonnées ?
Eteint mon poste, station debout (pénible), trajet maison-maison de la presse, paysage de papier parcouru (Mon ami kiosquier me permet de "télécharger" : "Pourvu que vous ne dérangiez pas l'ordre des mots" me dit-il ; le cadre bleu de "La Croix" s'est retrouvé voisin, dans ma main, du losange rouge de "Libération".

C'est page 17 de "La Croix" que je retrouve les mots du speaker. Sous le titre "Internet déplace les murs des monastères" et sous le chapeau "Une trentaine d'abbés bénédictins se réunissent pour réflechir aux enjeux du Web pour la vie contemplative", Céline Hoyeau écrit : "Ebahie, Soeur Marie-Odile retient à peine une exclamation de joie. Grâce à Google Earth et ses photos satellites, la clarisse, qui n'a pas quitté son monastère depuis vingt ans, survole soudain la Bretagne. Et voit apparaître, en zoomant, la maison familiale qu'elle n'a pas revue depuis qu'elle s'est retirée du monde."

Futile nouvelle ? Pas tant que ça, il me semble. Elle résume la mutation d'un monde où "un nouveau rythme de communications et de relations [...] se glisse comme une poussière fine dans le souffle du temps monastique" dit un abbé. (Ibid.) Vous avez vu, Benoît ?

Mémoire des lieux et lieux de mémoire si chers à Pierre Nora, la petite fenêtre ouverte de Soeur Marie-Odile a apporté à mes narines un air vivifiant et parfumé comme la chevelure d'une jolie dame.

JF

Repost 0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 19:49

Clearstream,
le catalogue de "La Redoute",
le loup et l'agneau


Il faut sans doute être le dernier pâtre du Causse Méjean, vivant en anacorèthe, pour n'avoir pas entendu éternuer le mot "Clearstream". Les diseurs se divisent en deux camps : ceux qui prononcent "clair strim", comme dans "la mer et ses golfles clairs" de Charles Trenet, que j'ai très bien connu, et ceux qui ont pioché "clir strim" et l'ont gardé. Une rapide consultation sur la toile a tôt fait de traduire le vocable : "Clearstream" veut dire "courant limpide" en anglais.

Il suffisait de dire ensuite, pour faire court et simple, que c'était le nom choisi par une banque, oui, une banque. Si ce n'était que tout le sel de l'histoire en construction vient de cet oxymore : cette onde limpide est une ténébreuse affaire, une eau de vaisselle, une opaque "tracta-transaction". Jusqu'à preuve du contraire. Une marque qui paraît d'emblée engageante et qui entraîne dans un bourbier.
Tout le contraire du catalogue de "La Redoute". Il fallait oser, avec un nom comme ça, s'imposer dans la vente par correspondance. L'auguste maison de Roubaix, sise rue de la Redoute, n'a causé d'autres scandales que des retards de livraison pour ruptures de stock ou envois d'articles sensiblement différents, que l'on pouvait renvoyer si l'on n'était pas satisfait.
Les jolis prénoms seraient-ils inversement proportionnels aux conséquences et dégâts qu'ils occasionnent ?
Mais revenons à Clearstream.
Il se trouve que j'entretiens depuis longtemps un agréable commerce avec le sieur Jean de La Fontaine, qui me conte des fables où il fait parler des bêtes ! Nous ne parlons pas, comme le fait cet enflammé rageur d'Emile Zola, ou encore ce vieux Victor, de politique, car nous n'y comprenons goutte. Mais nous tombons souvent d'accord sur des aphorismes du genre : "Le pouvoir rend fou. Le pouvoir absolu rend absolument fou". Nous prédisons que, hormis et passé le temps de quelques charismatiques, la politique, ses convictions, ses animateurs, partira à vau-l'eau (troublée) et deviendra grotesque. Ce sera une guerre clanesque sans merci dans un contexte épouvantable... Même les curés n'y pourront plus rien...

Jean me tendit un papier. Il venait d'écrire ceci :

"Un agneau se désaltérait dans le courant d'une onde pure. Un loup survient à jeun qui cherchait aventure et que la faim en ces lieux attirait. "Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?" dit cet animal plein de rage. "Tu seras châtié de ta témérité."

"Sire, répond l'agneau, que Votre Majesté ne se mette pas en colère, mais plutôt qu'elle considère que je me vas désaltérant dans le courant plus de vingt pas au- dessous d'elle, et que, par conséquent, en aucune façon, je ne puis troubler sa boisson".

" - Tu la troubles !" reprit cette bête cruelle. "Et je sais que, de moi, tu médis l'an passé."

" - Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ?" reprit l'agneau. "Je tète encore ma mère".

" - Si ce n'est toi, c'est donc ton frère."

" - Je n'en ai point."

" - C'est donc quelqu'un des tiens. Car, vous ne m'épargnez guère, vous, vos bergers et vos chiens. On me l'a dit : il faut que je me venge."

Là-dessus, au fond des forêts, le loup l'emporte, et puis le mange, sans autre forme de procès."

 

J. D.L-F
et JF

Repost 0
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 19:50

A D. de F.

Marianne Maric. Céramique. "LAo9" "Homonyme à l'esquisse de Jean-Jacques Henner "La femme au divan noir"

Rangées, les tongs


Bottes, cuissardes
et compagnie

Il m'arrive parfois d'oublier qu'à la génèse, ce blog est dédié aux bottes, et à tous les sens qu'elle convoque.
Ses tiges -poussant toujours plus haut- dans les vitrines rappellent à mon bon souvenir la végétation florissante et luxuriante qu'elle a donné à ma géographie... mentale.
La cuisse n'a plus de douanier ; la cuissarde sort de la clandestinité dans laquelle elle était cantonnée, passe allégrement la frontière et grimpe le Col de la Rotule.
Le mot "cuissarde" est imprimé trois fois plus que l'an passé. La presse consacre à pleines pages plein cuir pleins dossiers le passe-droit et le mode d'emploi de l'"accessoire-phare" de l'hiver. Je veux bien être gardien : "Droit de cuissarde", "Comment porter la cuissarde", "Les cuissardes, les stars de l'hiver" : en avoir ou pas. ?" écrivent les magazines dont on a parfois du mal à tourner les pages sans s'humecter les doigts. De gourmandise ?

Ce soir, comme un remake de la pub "Et soudain, un inconnu vous offre des fleurs", une connaissance m'a abordé :
"Je vous ai vu à la télévision. Vous avez parlé de bottes. Je vous offre ça. C'est pour vous."
"Ca"
, c'est ce bristol reproduit ci-dessus pour le vernissage (quoi de plus normal pour des bottes ?) d'une expo. "Ca" est fort joli, bien dans l'esprit de ce blog. Bottes de fleurs, fleurs évasées...
Les iris en moins, supplantées par des roses, les bottes à la renverse, l'oeuvre pourrait être une allégorie de l'actuel Parti Socialiste.


"LAo9"

Exposition jusqu'au 18 octobre 2009
présentée sur une proposition de Martine Cousin, directrice des Ateliers des Arques, dans le cadre du "Printemps de Septembre" de Toulouse.

Espace Saint-Cyprien

Toulouse.
05.61.22.27.77

Repost 0
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 18:48

Logotype de "LA VOIX DE SON MAITRE" - Création du peintre anglais Francis Barraud.

Hadopi :
Nom d'un chien ?

A la campagne, on sait ce que "charger" et "décharger" veulent dire. Balles de paille et bottes de foin ont contribué à ourdir un suant labeur.

Chez les "anatomistes" sans question et les "Jean-foutre", "décharger" parle de lui-même.

"Charger" et "décharger" étaient déjà des verbes d'action forts de sens.

Or, voici que, sur le ruban de la vie qui se déroule, s'imprime "télécharger". Il concerne la transmission d'oeuvres de l'esprit et de la pensée, de la chanson faribole au Chef-d'Oeuvre, d'une machine à une autre, sans octroi, sans péage, pénalisant les auteurs, ceux-là même qui, dans la même geste, se creusant la tête, en emplisse celle du premier venu, bien entendu !
Beaumarchais, protecteur des Gens de Lettres, empêché, un grand vide juridique s'est ouvert. Le créateur s'est retrouvé piégé, victime et coupable, juge et partie de ses propres avancements. Quoi est à qui, en art et en argent ?
Il se dit que des supports en souffrent ; le disque le premier. Il est bien loin le temps où l'on vendait des partitions à la criée dans la rue ; un peu moins celui des clandestines copies, des piratages sur cassettes, qui n'eurent qu'un temps.
Ce n'était que péché véniel.
Il se dit aussi que les artistes, vaches à lait à clarines battantes, ont dû donner de leur corps sur les planches ce qu'on leur prenait en voix.
C'est dans ce contexte qu'est né "Hadopi".
Non, ce n'est pas le titre du prochain Disney de Noël. Pas plus le nom d'un chien ou d'un chat, né, vacciné, tatoué l'année des pedigrees en "H".
L'acronyme, posé sur la table, veut dire : "Haute Autorité pour la Diffusion des Oeuvres et la Protection des droits sur Internet".
Les multiples vicissitudes, les hauts et les bas qu'a connu cette autorité laissent penser que le législateur doute, tâte, adopte la politique de l'autruche ou celle des trois singes.
Abandonné, le chien. Puis adopté, le chien.
S'il en est un qui doit dresser les oreilles et remuer la queue, c'est bien Nipper, le petit fox-terrier devant le gramophone, mascotte de la  firme "La Voix de son Maître". Un chien qui a du son et un son qui a du chien. Chien perdu sans collier ?

JF

Repost 0

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens