5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 16:45

LA PHOBIE DES CLOWNS ?

"Obsessions, phobies, panique. Vos questions, nos réponses." tel était le titre du programme de France 3 hier soir : il y a encore dix-quinze ans, la télévision n'aurait pu présenter ce type d'émission où les les cerveaux sont "posés sur la table".
Il faut donc remercier qui ? Les concepteurs de ces diffusions grand public à une heure de grande écoute ? Celles et ceux qui y participent ?
Je ne me suis pas posé de questions quand, en 1994, dans feue l'émission "37,5° le soir", j'ai participé au débrousaillage des maladies d'"au dessus du cou". J'avais des TOC. Et au risque de passer pour une bête de foire, j'ai témoigné sous l'oeil d'une caméra venue me filmer dans ma rase campagne...
Depuis, j'ai souvent, lontemps bataillé, sabre au clair, contre ces ennemis intérieurs. La lutte est usante. Une association s'est créée, l'AFTOC et je l'ai rejointe à ses balbutiements. Depuis, l'Opinion Publique connaît l'acronyme TOC qui sonne comme un coup de marteau. "Plus personne ne va rire" semble dire mon grand ami Milan Kundera, dans son admirable "Risibles Amours".
Je dois avouer que, de guerre lasse, j'avais abandonné le luxe de paraître lisse, au dessus de la mêlée, et d'entrer dans la "branloire pérenne" chère à Montaigne.
Je tenais un rôle assez convenable dans une société qui ne l'est plus.
Je voulais laisser à d'autres le soin de dire la souffrance, la blessure, la fêlure...
Et puis hier soir, vous m'avez vu à la télévision ; dans l'un de mes rôles de ma drôle de carrière cinématographique : assis sur un lit, enfilant laborieusement mes chaussettes... On a vu pire, me direz-vous...

La télévision -les médias en règle générale- sont vraiment le quatrième pouvoir. Les retombées sont énormes et j'ai été aujourd'hui noyé par les phrases chaleureuses, y compris par des gens que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam...

Sur l'émission en elle-même, deux petits mots.
Tout d'abord, il faut savoir que son contenu a été modifié, afin de donner un éclairage sur la grippe mexicaine. Curieux voisinage du conseil de se laver les mains au moins cinq fois par jour pour se prémunir d'une éventuelle épidémie devant des laveurs et laveuses obsesionnel(le)s !
Une curieuse phobie a été évoquée : celle des clowns. J'ai pensé au livre de Michel Quint "Effroyables jardins" où le narrateur nourrit une peur viscérale pour les pitres... (Fort bien expliquée par la suite.) Mais j'ai surtout pensé à mes amis que j'avais prévenus de mon passage à la télé. Et savez-vous ce qu'ils font dans la vie ? Ils sont clowns !
Alors j'ai retourné le problème à l'envers : sont-ce les gens qui ont la phobie des clowns ou bien les clowns qui ont eux-même des phobies ? (Le plus célèbre d'entre-eux, Achille Zavatta, s'est donné la mort.)
J'ai été très ému par cette jeune femme, arythmomane, contrainte de toujours tout compter, et ayant demandé à son médecin de la placer dans un coma, pour se défatiguer le cerveau, ce qu'il a refusé bien entendu. (Emile Zola souffrait d'une forme d'arythmomanie : il comptait et recomptait les lampadaires de son quartier.)

Que vous soyez en pleine santé -elle conditionne tout- , fétichiste des cuissardes, adepte du bondage ou triskaidekaphobe, je vous offre cette petite citation sur les psychiatres, que je connais très bien, (Ils n'ont pas de baguette magique et ne se déplacent pas en soucoupes volantes) : "Le névrosé construit des châteaux en Espagne ; le psychotique y habite et le psychiatre encaisse le loyer !"

JF

Repost 0
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 12:09

A Marie-Madeleine


Il pleuvait sur Villaudric ce jour-là.....

" La petite ville de Villaudric peut passer pour l'une des plus jolies de la Haute-Garonne." Vous n'avez pas oublié ? (Voir billet de dimanche 26 avril).

Après une première phrase, il en faut une autre, puis une autre puis une autre...

Ainsi se construisent les textes, les chapitres, les livres...

Forte de cette constatation, Villaudric avait organisé dimanche en huit, son premier Festival du Livre.
Là, je fus reçu comme un Grand d'Espagne pour y présenter mon modeste opuscule "J'ai très bien connu Jacques Brel" (Pour les pavés, j'attends de prendre langue avec quelque logorrhéique qui sont légion en toute saison, mais je ne me hâte pas). 
Donc, je fus reçu. Rien à dire. L'intention était louable.
C'était sans compter sur les caprices de Jupiter. Toute la jounée, il est tombé "comme à Gravelotte". Une pluie discontinue et froide a contraint un cercle pourtant de qualité -y compris les autochtones venus échanger leurs livres dans des cageots de salades ou de carottes- à ne pas voir la queue d'un chat.
Qu'importe ! Je me console en lisant les jolies phrases, impétrantes à une suite à "La petite ville de Villaudric peut passer.... etc..." que Marie-Madeleine (la vraie, l'héroïne de "J'ai très bien connu Jacques Brel") m'a écrites, avec des relents de parfums d'enfance et morceaux de pellicule de
"Cinéma Paradiso"
" Sais-tu que je suis née à Villaudric ? Un jour, je te ferai voir la maison de mon enfance, mon père et sa forge...
Mes grands-parents étaient
maîtres-valets d'un château
où j'ai fait quelques pirouettes. J'ai joué à la maman et au papa dans des cachettes, dans les bois environnants. J'ai pris la température. Ma grand-mère m'a surpris avec mon copain, 6, 7, 8 ans à l'époque.
Avais-je déjà enfilé des bottes ? Je fantasmais sur les seuls rôles que je connaissais : parents, docteur, voisins, épicière, boulangère, bouchère, cultivatrice de pommes de terre.
Sauf qu'un monsieur venait avec un projecteur tous les mardis soir passer un film dans le petit café en face de la forge de mon père. Les enfants étaint devant avec des cacahuètes, et les parents derrière en train de s'embrasser... C'éatit "Le Pont de la rivière Kwaï",
les
"Sissi"..."

Souvenirs, souvenirs...


-----
Brèves

Gérard Jouannest : "La carpe du Tendre"

Gérard Jouannest, l'un des derniers solides amis de la bande rapprochée de Jacques Brel, vient, enfin (!) de dire oui à quelqu'un -quelqu'une- pour évoquer ses souvenirs. Il faut dire que cette quelqu'une est Angela Clouzet, la fille de Jean Clouzet, le tout premier biographe de Brel. (Brel, chez Seghers)
Réunis en un livre où entre aussi en scène Juliette Gréco, devenue l'épouse de Jouannest, les propos, histoires, anecdotes prennent ici une grande valeur, quand on sait que Jouannest s'est toujours farouchement soustrait aux interviews.
Jean-Charles Aschéro, de France Inter l'avait surnommé :
"La carpe du Tendre"...

"Gerard Jouannest, de Brel à Gréco"
(Angela Clouzet) Editions Albin Michel

JF

Repost 0
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 07:54

"Comment faire un enfant ?"
Photomaton JF
Repost 0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 18:41

Les TOC, ce "cancer de la pensée."

S
i vous voulez voir ma vieille carcasse et ma trombine "double-mentonnée" -"excès et compensations", titre de mon probable futur film-, je vous invite à vous asseoir (ou à vous allonger) devant votre télévision, lundi prochain 4 mai, à partir de 20 h 35 sur France 3.
La chaîne propose "Obsessions, phobies, panique : vos questions, nos réponses", une émission sérieuse en direct de la Plaine Saint-Denis, animée par l'excellente Marina Carrère d'Encausse et le non moins excellent Michel Cymès.
Moi, je suis déjà "en boîte".
A dire le vrai, je ne voulais plus témoigner sur les TOCs. Je l'ai trop fait et, sans prétention, ai sans doute été le premier à briser le mur du silence en 1994 dans l'éphémère emission médicale "37°5 le soir" animée par par Anne Barrère et (hélas !) Patrice Carmouze. On lira un peu plus loin pourquoi j'ai répondu à l'appel à témoins de "17 juin média", société de production prestataire de services entre autres de "Faites entrer l'accusé", du "Magazine de la Santé" etc...

Pour ce qui est de l'émission de lundi, elle abordera les divers visages de l'anxiété et de l'angoisse.
Donc, pourquoi ai-je accepté de témoigner "à visage découvert" sur cette folie raisonnante que sont les TOCs ?
Pour deux raisons. La première pour avoir approché et vécu du journalisme ; la seconde parce que depuis plus de 15 ans, les TOCs restent mon cheval de bataille, le combat d'une vie qu'ils tentent d'annihiler...

Pour l'émission de lundi, nous avons tourné environ 6 heures pour une "quintessence" de 2 minutes 30. Mais il vaut mieux un court-métrage qui en dit long qu'un long-métrage qui tourne court.
La journaliste Géraldine Laura a fait preuve d'une grande rigueur et de beaucoup de sérieux. Je lui avais dit qu'il était très difficile d'illustrer par l'image un TOC. "L'interview-posé" dira les mots qu'il faut pour expliquer encore et encore. Le caméraman a été tout bonnement excellent.
Pour avoir eu connaissance du sujet, l'on me verra entre autres, avoir du mal à enfiler mes chaussettes (Un geste anodin parasité par l'obsession et son pendant, la compulsion.)
Je suis assez frustré qu'une scène n'ait pas été conservée ("timing" oblige) : on me voyait dans une librairie, freiné au cours de la lecture d'un livre... (C'était "Sur la route" de mon grand ami Jack Kerouac). Dommage, vraiment...
Le sujet se termine sur les conséquences de cette cochonnerie (Non, pardon, je laisse la cochonnerie à la grippe), de cette saloperie de maladie : la SOLITUDE. A une question de la journaliste, je réponds : "La maladie isole Je suis dans une grande solitude ; la solitude est une hydre à 8, 10, 12 têtes, et je ne veux pas imposer à une compagne les contraintes des TOCs, ce "cancer de la pensée".


"J'ai fini le montage du reportage que nous avons tourné ensemble et ma rédactrice en chef a beaucoup apprécié"
m'a courrielisé Géraldine Laura.

J'espère que vous apprécierez aussi.


Joël Fauré

Repost 0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 11:27

Macha Béranger, au départ, se destinait à la comédie. On a pu la voir dans plusieurs courts ou longs métrages où elle jouait les seconds couteaux.
Chacune de ses apparitions à la télévision ne laissait personne indifférent, tant se dégageait d'elle un magnétisme mystérieux.
La suite et la fin de l'entretien du 7 octobre 1999.

Courage ! Vous êtes un aigle !

"- A 37 ans, maintenant, il faut que vous viviez votre vie, il ne faut pas que vous soyez toujours en dépendance.
- Je suis actuellement phagocyté et sans autonomie véritable. Ce sont des pensées qui viennent assiéger un petit peu le système de valeurs et qui viennent polluer le quotidien. Ca va du linge sale à laver -c'est très symbolique mais le linge sale à laver, c'était la tâche dévolue à la mère...
- Non, mais alors là, il faut en sortir, attention, là....
- J'extrapole un peu. Je savais que j'allais vous faire bondir.
- (Rires.) Parce que, vous savez, maintenant, les épouses... Vous avez du linge sale, vous le lavez, hein ? On se débrouille... Chacun se débrouille dans le ménage. On n'est pas perdu parce que maman n'est plus là pour laver le linge quand même. Il faut apprendre le quotidien. Vous ne le connaissez pas  en fait, puisque vous avez été toujours très chouchouté, très très gâté...
- (Rires étouffés.)

- Hein, c'est ça ? (Rires.) Moi, vous savez, j'ai gâté mes fils, c'est vrai, mais je leur ai toujours appris ce qu'il fallait faire dans une maison parce que c'est toujours utile un jour ou l'autre. Alors, votre maman ne vous a pas appris. Elle a tout fait pour vous.

- A table, c'est elle qui voulait absolument servir les plats. Mon père ne bougeait pas non plus. C'est une vieille méthode de la campagne. Et il ne fallait surtout pas bouger avant la fin du repas. Ensuite, je pouvais quand même prendre les verres et les assiettes et faire la vaisselle, mais c'était elle qui régentait absolument tout.

- Non, Joël, maintenant, vous allez régenter votre vie vous-même. C'est vous le chef, hein ? Alors vous allez apprendre à faire les choses pratiques du quotidien ; ça c'est pas trop difficile et vous allez apprendre à vous débrouiller vous-même. Vous en êtes tout à fait capable, il faut quelques jours.

- Que Dieu vous entende.

- Oh ! Je ne sais pas s'il m'écoute toujours, mais il entend l'émission tous les soirs !(Rires.)  Alors, qu'est-ce qui vous fait le plus peur ? De quoi avez-vous besoin, maintenant ? Qu'est-ce qu'on peut faire pour vous ?

- Je me sens terriblement seul, démuni, sans repère et dans un isolement extrême. Donc j'aimerais peut-être rencontrer des gens qui sont dans mon cas ou éventuellement peut-être des femmes qui accepteraient de recueillir l'oiseau, euh...

- Pour laver votre linge ? (Rires.)
- Presque. Non, l'oiseau qui est presque au bout de la branche, qui veut s'envoler, qui serait prêt à fonder peut-être un foyer... Enfin, je ne sais pas, c'est une bouteille que je lance à la mer...

- Oui, mais il ne faut pas que vous ayez le sentiment que vous avez besoin d'être recueilli, attention... Il faut que vous ayez l'envie de construire, ce n'est pas tout à fait pareil. Ne cherchez pas la suite de votre maman. Maintenant, chacun a ses responsabilités et les partages sont assez équitables en général, c'est ça, dans les couples actuels. Donc, vous êtes capable de le faire aussi. Tout à fait. Mais ne cherchez pas une autre maman, sinon vous ne sortirez jamais du système, et vous vous en voudrez un jour. A moins que ce système soit très confortable pour vous ?

- Il est confortable, mais il n'est pas, à longue échéance...

- ...Il n'est pas épanouissant.

- Il n'est pas épanouissant.

- Bien sûr que non. Voilà, Joël. Vous m'appelez de quelle région ?

- Je vous appelle de Toulouse. Jolie ville. Mais enfin, quand on s'y ennuie...

- On s'ennuie partout, c'est vrai, oui. Ce n'est pas une question de ville, bien sûr. Quand on est seul, on s'ennuie, on n'est pas bien.

- On peut s'ennuyer à Paris, à Rome, à Singapour...

- On peut s'ennuyer dans le plus bel endroit du monde si on a le coeur vide. J'ai été contente de bavarder avec vous, et puis, donnez-moi de vos nouvelles très vite, d'accord ? Et puis, courage ! Vous êtes un aigle ! (Rires.)

 

FIN

Repost 0
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 18:29

J'aimais bien Guy Carlier, sa finesse sous la graisse, ses mains  s'exprimant, soulignant une saillie, comme un puceau post-pubère. Ce n'est pas de sa faute, et je sais de quoi je parle.
La notoriété venant, son "fonds de commerce" est devenu méchant.
J'ai été profondément blessé le jour où il a tenu, sur les personnes atteintes de TOCs (Et on sait que j'en suis) des propos très déplacés. Peut-être ai-je été trop susceptible ?
Il m'a de nouveau blessé lorsqu'il a grugé, sous un faux-nom bien sûr, Macha Béranger, en l'appelant un soir, fin comme du gros sel, utilisant des ficelles (du métier qu'il connaît pourtant bien) comme des cordages de marine. Indélicat pour le moins. Blague de potache.
Macha Béranger a eu l'élégance d'en rire.
Ce blog n'est pas polémique : passons...
"Ah ! Si tous les gars du monde voulaient bien se donner la main, ça ferait une ronde, ça ferait une ronde...
Ah ! Si tous les gars du monde voulaient bien se donner la main, il y aurait des mains en trop.."
La suite de l'entretien du 7 octobre 1999.

La plupart des hommes passent des mains de leurs mères à celles de leurs femmes.

" - Mais alors, maintenant, vous avez 37 ans ; quelle est votre attitude par rapport à la vie extérieure, à la société et aux femmes ? Vous parliez de peur tout à l'heure...
- J'ai la chance d'être intégré dans un travail qui me plaît, mais je redoute l'avenir. Ma mère va forcément un jour disparaître... Elle a un peu disparu... Elle est un peu morte puisque les choses se sont dégradées et le dialogue n'est plus du tout possible. Donc, je... (Raclement de gorge.) Moi, je dis souvent que la plupart des hommes passent des mains de leurs mères à celles de leurs femmes sans passer par le purgatoire.... (Rires de Macha.) et moi, j'ai peur de passer des mains d'une maman aux mains du néant.

- Vous savez, toutes les femmes ont une âme de mère, ne l'oubliez pas, ça, que dans un couple, une femme sait qu'elle doit aussi être un peu maternelle. Mais vous, qu'est-ce que vous recherchez ? L'opposé de votre maman ou la ressemblance de votre mère ? Déjà, chez une femme, vous recherchez la douceur ou l'autorité ? Aujourd'hui, maintenant que vous êtes "grand"...
- Ce n'est pas facile, hein, comme question. Je ne sais pas trop, finalement.
- (Rires.) Ce n'est pas facile, mais c'est la bonne question pour savoir ce que vous voulez. Parce que vous allez rester dans le même schéma de la dominance... Parce que là, vous êtes le petit oiseau ; on a ouvert la cage. Vous allez prendre vos ailes, vous allez prendre l'envol, là... Vous allez devenir un aigle. On peut devenir un aigle dans la vie, vous savez, même si on est parti moineau longtemps. Tout est faisable ; ça dépend de votre réaction. Votre mère n'est pas morte mais elle est un peu plus absente qu'avant. Les choses vont peut-être se défaire, comme ça, et peut-être que pour vous, ça va être un immense vide, un immense chagrin mais une naissance ou une renaissance pour autre chose, et que ça va vous apporter une force colossale. Ca ne veut pas dire que vous allez la renier, pas du tout, mais vous allez sentir que vous êtes le plus grand. Quand on perd ses parents, on devient plus grand et à la fois plus petit parce qu'on n'a plus de repères, on n'a plus de racines. Vous voyez ce que je veux dire ? C'est très curieux de perdre ses racines parce qu'on se sent à la fois abandonné, orphelin ; c'est une horreur, et puis tout d'un coup, on se dit : "Je suis la plus grande ou je suis le plus grand, alors il faut que je fasse les choses comme le plus grand ou la plus grande." Il y a deux phases...

- Je m'étais dit : "Quand ma mère ne sera plus là, ou bien je serai un homme perdu ou bien je serai un homme libre."

- C'est ce que je suis en train de vous dire.

(...)

Vous allez avoir un chagrin énorme, énorme, énorme, mais vous allez retrouver vos forces dans le chagrin. Mais pas tout de suite. Pas quand le chagrin vous tombe dessus, pas quand le deuil vous tombe dessus, quand l'absence vous tombe dessus ; c'est après... Alors là, c'est quand même l'héritage spirituel, mental, affectif qui vous tombe dessus et vous donne des forces. Mais bon, il faut passer par la première phase qui est la plus douloureuse, et ça, c'est pas une question d'âge. Moi qui suis plus âgée que vous bien sûr, quand on perd ses parents, quand ils s'en vont, c'est -peu importe l'âge, vous savez- on se sent toujours abandonné(e).

- Il y a une part de déracinement.

- Total. Mais pour vous, ça peut être générateur d'autre chose, et vous allez peut-être enfin vivre selon vos désirs, et vous aurez toujours un immense amour pour votre mère parce que les années passeront, et puis vous oublierez le côté un peu autoritaire et castratrice, et vous trouverez une femme avec laquelle vous serez en harmonie. Donc, tout ça va se placer dans le temps.

(A suivre.)

Repost 0
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 15:18

C'était toujours le même rituel. Macha Béranger, un chapeau vissé sur la tête, arrivait au studio de la Maison de la Radio. Elle allumait une lampe qui, seule, trompait l'obscurité. Mais "le point le plus obscur n'est-il pas sous la lampe" ?
Parfois, on entendait à l'antenne le son très ténu d'un briquet qui allumait une cigarette.
Oedipe, son chien, restait sagement à ses côtés.
Suite de l'entretien du 7 octobre 1999.

A-t-on le droit d'en vouloir à ses parents ?

"- Alors quelles sont vos relations avec votre mère, maintenant, Joël, qu'elle est souffrante ?
- Elle est souffrante, elle est très diminuée. Elle a l'obsession de ne pas savoir s'habiller, alors qu'elle s'habille très bien, et elle a peur de manquer d'argent. Or, elle n'a jamais manqué d'argent. Elle n'a jamais fait d'ardoise, elle a toujours payé convenablement.

- Non, mais elle a une obsession qui est un peu phobique, voilà. C'était une femme avec un caractère très fort, très autoritaire ?

- Oui, oui, absolument. Très impulsive.

- Est-ce qu'elle vous a effrayé parfois ? Si vous avez obéi, c'est qu'elle vous impressionnait ?

- On peut intégrer cette relation dans un rapport amour/haine.

- Vous avez été quelqu'un de soumis et d'impressionné.

- Je me demande toujours : "A-t-on le droit d'en vouloir à ses parents ?" Est-ce qu'on a vraiment le droit ?
- Je ne crois pas. Sauf dans des cas extrêmes. Mais bon, les parents ont un caractère ; nous avons le nôtre. Le difficile entre les parents et les enfants, c'est que les enfants doivent s'affirmer par rapport aux parents, et qu'à un moment donné, il doit arriver un équilibre, mais il y a toujours une période d'affrontement. Elle est logique, elle est normale d'ailleurs, c'est vrai. Il doit y avoir une période de réaction par rapport à la famille qui n'est pas forcément négative, au contraire, parce qu'après, ça s'arrange. Parce que être soumis complètement à ses parents, ce n'est pas non plus une bonne attitude parce qu'elle ne vous permet pas de développer votre personnalité, votre personnage dans la vie. Donc, on doit aimer ses parents, mais on ne doit pas tout accepter de ses parents.
 Il faut être un peu rebelle par rapport à ses parents.
- Oui, mais je pense que le déterminisme dont ils disposent doit être bien employé. Si ce déterminisme est axé et dirigé vers une forme d'éducation qui n'est peut-être pas forcément la bonne, c'est là où ça peut pécher... 
- Oui, mais il n'y a pas de parents parfaits comme il n'y a pas d'enfants parfaits, vous savez... Mais vous, ce qui est ennuyeux, c'est que vous avez subi l'autorité de votre maman très très jeune, et ça ne vous ait jamais venu à l'idée de réagir ?
- Non... Si... J'étais parfois exaspéré. J'essayais d'élever la voix, gentiment, mais...
- Et vous n'avez jamais eu le réflexe de partir, parce que vous avez eu peur de lui faire de la peine ?
- Oui... Non... Oui, il y avait ça. Et puis, je me voyais mal partir, mal m'assumer, avoir une indépendance... J'ai eu très peur...
- En fait, sans le vouloir, votre maman vous a infantilisé, en tant qu'homme, vous avez eu des réactions de peur vis-à-vis de l'extérieur.

- Absolument.

- Parce qu'elle vous a infantilisé, consciemment ou inconsciemment, je ne sais pas, mais elle vous mettait en dépendance, oui.

- Oui, c'est l'image du petit oiseau qui est en cage, à qui on apporte de la nourriture. Il se débat, il crie, il ne veut pas rester dans la cage. Bon, il réussit à partir, et puis il a peur des autres oiseaux, il a peur du ciel. Il revient vers la cage parce qu'il a à manger, etc...

(A suivre.)

Repost 0
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 15:43

Sa voix était sculptée à la nicotine. Sans jouer les "pères Lavertu" et les concierges, tout pouvait laissser penser que c'était le cancer du fumeur qui avait emporté Macha Béranger. Or, c'est un fichu cancer du sein qui a fait son travail de sape. La vie, cette bougresse, n'en fait qu'à sa tête, ne fait que ce qu'elle veut. La mort, sa soeur jumelle a elle aussi un sacré caractère.
Suite de l'entretien du 7 octobre 1999.

"Une grande incommunicabilité entre nous."



"- Cet été, j'ai vécu quelque chose d'assez particulier. Ma mère était hospitalisée ; mon père aussi, et donc la maison qu'ils habitent est devenue toute vide, et pour moi, c'était quand même mon port d'attache. Je rentrais le week-end, et parfois en semaine. Il est vrai que cette maison vide m'a angoissé. Une grosse mélancolie noire s'est emparée de moi ; c'était une situation nouvelle et inédite, et angoissante. Et c'est là que j'ai compris qu'il fallait que je fasse quelque chose, que je bouge, sinon j'allais tomber dans...
- Il faut vous faire une vie, bien sûr, mais enfin, ça ne se fait pas du jour au lendemain. Vous n'avez pas été préparé à votre indépendance et à construire quelque chose...
- ... et effectivement, je n'ai pas pu me réaliser en fait, puisqu'elle a toujours dicté les actions que je devais mener...
- Oui, mais attendez, Joël, vous avez toujours obéi...
- Oui, par bonne éducation peut-être... [sic !]
- Non, ce n'est pas de la bonne éducation, ça devait vous arranger parce que si vous aviez su réagir, votre mère aurait suivi. C'est à dire que vous avez une relation très très forte, très passionnelle avec votre mère, et si vous avez obéi, c'est parce que ça vous convenait ?
- Oui, sans doute... J'ai peut-être joué la politique de l'autruche.
- On dit "une mère castratrice" si on veut bien être "castré" (Rires.) Si on réagit un peu, la mère castratrice est intelligente, en général, et finalement, suit un petit peu pour ne pas perdre son fils. Elle acceptera aussi qu'il s'en aille ; elle aimera la femme qu'il aimera, enfin... elle fera des concessions. Mais si on vous a toujours dit "non"... On vous a toujours dit depuis que vous étiez tout petit "non" ?

- Oh ! Oui, oui...

- D'accord. Donc, c'est un mode de fonctionnement que vous avez adopté très tôt.

- Il y a des choses qui se sont imprimées dans le cortex, on va dire, et donc, on en arrive à se dire : "C'est ainsi et pas autrement ; il ne peut pas en être autrement."

- L'idée de quitter votre mère, est-ce que ça vous désespérait ?

- (Court silence.) Pas vraiment, non.

- Pas vraiment. Donc, vous avez été quelqu'un de soumis et de consentant.

- Oui, tout à fait.

- Par amour pour elle, par tendresse, par respect ?

- Oui, je pense, oui. Et puis il y avait une grande incommunicabilité entre nous, hein, malgré tout. Les images que je garde d'elle, c'est des images tendres, de sorties, de balades, mais nous n'avons jamais communiqué vraiment. Je n'ai jamais pu lui dire ce que je ressentais vraiment.

- Parce qu'elle ne vous a pas permis de vous exprimer.

- Oui, et je me rends compte aujourd'hui, avec le recul, que je ne peux pas dire : "maman"...

- Ah bon ?

- Je ne peux pas. Et ça, je... Je...

- C'est un mot qui vous...

- ... ah oui, qui m'écorche les lèvres. C'est affreux. Je ne peux pas dire ce mot-là. Je ne sais pas pourquoi. Il y a peut-être une explication freudienne à ça, mais je me pose des questions. Je n'arrive pas à savoir pourquoi. Donc, on s'appelle de façon "interpellative". Avec mon père, c'est pareil. C'est à dire, lorsqu'ils s'appellent, ça donne du "Oh ! tu es là ?"

(A suivre.)

Repost 0
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 15:16

"ALLO MACHA" NE REPOND PLUS

Macha Béranger est morte, laissant ses "sans sommeil" et "sans sommeille" orphelins. Elle a officié à France Inter  pendant 30 ans, et il paraissait inconcevable de déboulonner cette "Institution" calée au coeur des ténèbres, à l'heure où "les gens, il conviendrait de ne les connaître que disponibles, à certaines heures pâles de la nuit, (...) avec des problèmes d'hommes, simplement, des problèmes de mélancolie." (Léo Ferré - "Richard").

Mais Macha a été remerciée après trois décennies de bons et loyaux services, et de quelques sauvetages...

Sa voix, sa personnalité, ses rituels l'ont rendue célèbre. Pourtant raillée, parodiée ("Ma chatte dérangée !..."), elle n'a jamais perdu un sens de l'humour qui était peut-être -qui est sans doute- la politesse du désespoir.

Je me suis entretenu à l'antenne avec Macha trois fois. Deux fois j'ai évoqué le fétichisme ; une fois, longuement, mon rapport trop fusionnel à ma mère. Il faut croire que les chansons "disent vrai", que j'avais, moi aussi, "des problèmes d'hommes, des problèmes de mélancolie."


Celles et ceux qui ont lu mes "carnets" ne seront pas surpris à la lecture du texte qui suit, texte de la transcription du long entretien que j'ai eu avec celle à qui on ne dira plus "Allo, Macha ?" Elle est aux abonnés absents.



Entretien avec Macha Béranger sur France Inter le 7 octobre 1999

                                                                  "Ne fais pas,     n'y vas pas, tu sais pas."

- Allo, Macha ?

- Oui, bonsoir.

- Bonsoir Macha. Je suis toujours heureux de vous entendre, de vous parler un petit peu plus près que d'habitude, puisque d'habitude, c'est dans le transistor...

- Quel est votre prénom ? Je vous connais ?

- Joël.

- Joël, oui.

- Nous nous sommes parlé il y a huit mois à peu près , et puis je vous avais appelé il y a un peu plus longtemps. (...) Là, je viens vers vous parce qu'il m'arrive ce qui arrive à beaucoup d'hommes qui abordent la quarantaine, et qui s'aperçoivent qu'ils n'ont pas coupé le cordon ombilical...

- (Rires.)
- ...qu'il y avait un noeud sur le cordon et que les obstétriciens ont oublié de le sectionner. Alors c'est vrai qu'on vit comme ça avec sa maman (Raclement de gorge.) un petit peu castratrice et...

- Attendez, Joël, vous vivez avec votre mère ?

- Non, je ne vis plus avec ma mère.

- Ah bon.

- J'ai réussi à prendre un appartement.

- A quel âge ?

- Il y a quatre ans à peu près. Ca a été très dur.

- Vous venez d'avoir 40 ans ?

- J'ai 37 ans. Je suis parti il y a 4 ans, mais ça n'a pas été facile parce qu'elle refusait obstinément que je quitte le domicile conjugal (sic !) Elle a fait des pieds et des mains pour m'empêcher de partir. Mes deux frères [jumeaux] ont eu la chance de partir ; mes frères qui ont 12 ans de plus que moi, et puis elle s'est aperçue qu'il ne restait que moi à la maison. Donc, j'ai l'impression qu'elle m'a un peu gardé...
- En fait, ce n'est pas vous qui n'avez pas coupé le cordon, c'est elle qui n'a pas pu le couper ?
- Je pense... Je pense...
- Vous vous êtes laissé faire, en fait ?
- C'est peut-être ça.
- Oui, ça vous plaisait...
(...)
- Aujourd'hui, elle est très diminuée puisqu'elle ne plus lire, écrire et conduire, et après une attaque cérébrale très importante.Donc, je me retrouve un petit peu... Pfff... complètement largué, un peu comme si j'étais dans un Boeing et que je sautais sans parachute. Parce que c'est mon unique repère, en fait...
- Oui.
- J'ai pas cherché ailleurs, disons... C'était une solution de facilité. Et il se trouve qu'aujourd'hui, j'ai très peur des femmes.
- Ah, vous avez très peur des femmes ?
- Il me semble, oui.
- Pourtant, vous êtes resté chez votre maman jusqu'à 34 ans... 33 ans, mais vous aviez une vie indépendante ?
- Euh... oui, c'est-à-dire que lorsque je lui faisais part d'une aventure ou d'une envie, c'était systématiquement : "Non, ne fais pas." Hein, c'est le genre de maman que j'appelle
"Ne fais pas, n'y va pas, tu sais pas".
- Oui, c'est castratrice comme vous avez dit, tout à fait.
- Je pense qu'il ne faut pas avoir lu tout Freud mais il me semble avoir compris...
- Oui, parce que, évidemment, elle n'avait qu'une peur, c'était de vous perdre.
- Absolument.
- Et une autre était une ennemie, une rivale bien sûr.

(A suivre.)

Repost 0
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 06:00

 

 

 

"La petite ville de Verrières peut passer pour l'une des plus jolies de la France-Comté. " : c'est l'incipit du roman assez connu de mon grand ami Henri Beyle, que certains appellent Stendhal : "Le Rouge et le Noir".
Il me pardonnera de le plagier en l'amendant : "La petite ville de Villaudric peut passer pour l'une des plus jolies villes de la Haute-Garonne."
Tout ça pour dire que c'est à Villaudric, à quelques encablures de Montauban, où repose le violon de mon grand ami Ingres, que je signerai, aujourd'hui-même, dans le cadre d'un premier festival du Livre mon ouvrage "J'ai très bien connu Jacques Brel".
Je vous donne un indice pour me reconnaître : vous n'aurez qu'à vous reporter à l'un de ces nombreux portraits plus ou moins récents du trombinoscope ci-dessus.

Et come je suis bon, je vous donne un second indice : je me suis empâté depuis.


JF

Repost 0

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens