15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 12:48

La fille caramel : Est-ce ce que nous attendons ou bien devons-nous attendre autre chose ?

Le redevenu vert : Que dit-on de moi maintenant que je suis sur une voix de garage ? Que dit-on au village ?

La fille caramel : D'après vous ?

(Un temps.
Une main sort de l'embrasure de la fenêtre et allume la radio.
Musique de fond.)

Le redevenu vert : (Attitude du comédien qui va déclamer avec emphase.) Tout le village est en oriflammes. C'est de l'art pompier. Bleu côté hampe. Sur dominante blanche, une étoile rouge à quatre branches et douze boules. A fait : à quel moment une étoile est-elle une croix ? Et une étoile de mer une croix de terre ? Et une croix de terre une croix de guerre ? Un nuage de lait au dessus l'ancienne laiterie. Au ciel coiffé de ces nuages, une farandole de gypaètes barbus s'essaie maintenant à la tarentelle. Sur la place, des bourgmestres en épitoge tentent de se faire élire par une ecclésia de marguerites. Des couples d'amoureux vont chercher des raiponces en bordure des sous-bois. Oberons, asperges sauvages, lacets de cordonniers se laissent par eux cueillir. Sous les branches d'un sapin du grand Nord, des violettes rougissantes donnent un bal. Huit cents feux à tout casser. Plus personne ne rentre chez personne. Tout le monde regarde la télé-réalité en aillant ses rôtis et en cassant du sucre sur des fraises sauvages. Seul, le facteur apporte l'exotisme des filatures du nord du Pays. Dehors, l'existant existe près du préexistant. Que de cagibis, de cages à poules et à lapins ! Que d'étables et d'établis ! La vie passe et ripoline tout.

(Un temps.)

La fille caramel : Et...

Le redevenu vert : Parlez ! Exprimez-vous si vous estimez que ce que vous allez dire est mieux que le silence.

La fille caramel : Et... Vous vivez seul, ici ?

(A suivre.)

Repost 0
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 12:00

Le redevenu vert : J'attends le facteur. C'est important, vous savez, le facteur, à la campagne. Encore enfant, je m'ennuyais beaucoup. Je savais son arrivée comme une possible fête. Il y a tant de choses dans une enveloppe et, mieux, dans un paquet ! Je montais sur le perron, et je le guettais. Quand je voyais, sur la route, au loin par delà les champs de maïs, filer sa petite voiture jaune avec son petit oiseau bleu dessus, je devenais tout chose. C'était un signal pour mon coeur d'être content. S'il ne s'arrêtait pas, c'était une grosse déception. Mais s'il s'arrêtait... Alors, là, s'il s'arrêtait...

La fille caramel : S'il s'arrêtait ?

Le redevenu vert : S'il s'arrêtait... D'abord, très souvent, je me cachais... J'avais peur de sa casquette. Ce qui était intéressant, c'était ce qu'il apportait, ce qu'il avait dans les mains. Il le donnait à mon père, débitait une gauloiserie et repartait... Je retournais vaquer à des opérations de haut vol, aux grandes manoeuvres d'approche de la vie : je découpais un bon dans un illustré à découper suivant les pointillés et je faisais venir des petites babioles, des petits riens à vingt centimes. Sur un petit carnet, je notais les dates jour après jour, jusqu'à ce que j'avais demandé arrive. Ca n'arrivait jamais assez vite ! J'étais pressé, vous comprenez ? J'avais hâte de m'inventer des petites joies. Les gros catalogues en étaient garnies. J'y mettais le nez et l'y laissais longtemps... Je le sentais, je le humais... Je le sentais bien... Ah ! Rêver sur le papier brillant et glacé qui sentait bon et regarder passer les commandes de jouets... Une fois qu'on sait que le Père Noël n'y est pas pour grand chose, c'est du coup le facteur qui est investi de ce pouvoir magique... Aujourd'hui, rien n'a changé : j'attends le facteur.

La fille caramel : Et ensuite ?

Le redevenu vert : Ensuite ?

La fille caramel : Je veux savoir. J'attends ce que vous attendez. Quand vous n'attendrez plus, vous reviendrez peut-être ?

Le redevenu vert : J'attends la nuit. J'aime beaucoup la nuit. J'aime ses parfums, ses silences, ses refuges. C'est l'heure où j'officiais à l'antenne. Les notes du générique s'égrènent... C'est bien... C'est un peu comme les fauves, au cirque, quand ils entendent les premières mesures de la musique de leur numéro ; ils sont excités parce qu'ils savent qu'ils vont, qu'ils doivent, qu'ils vont devoir entrer en piste. Je sors ici, à la fraîche ; je hume l'air parfumé à plein nez et à pleins poumons. Je regarde le ciel. Il n'y a qu'à la campagne, la nuit venue, qu'on peut vraiment voir le ciel en entier, et les étoiles aussi, sans les angles imbéciles des rues, des maisons, des villes...

(Un temps.)

(A suivre.)

Repost 0
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 15:06

Le redevenu vert : Voulez-vous que je vous fasse part de ma préoccupation du moment ?  Ca ne vole pas très haut mais j'y attache suffisamment d'importance pour vous y associer. Figurez-vous que, moi aussi j'ai été très marqué par les marques. Vous ne pensiez pas si bien dire tout-à-l'heure. Voici un sujet ouvert... Tant pis, je vais parler de moi, vous l'aurez bien cherché. Enfant, je collectionnais les images du Chocolat de Pays. Sur l'album-collecteur, que j'ai jalousement conservé, il manque une image. Une seule. Elle représente une toile de Breughel l'Ancien. Je n'ai jamais pu mettre la main dessus ! Jusqu'à présent, je n'y accordais pas trop d'importance...

La fille caramel : ...Mais...

Le redevenu vert : Mais maintenant, ça me travaille, ça me taraude, ça me tenaille... Plus je me défends de penser à cette image, plus elle s'impose à moi. Elle me manque. C'est rien de le dire.

La fille caramel : Et vous faites quelque chose pour la retrouver ?

Le redevenu vert : Je remue ciel et terre. J'interroge. Je cours les puces, les chines, les brocantes, les vide-greniers. Ca suffoque parfois de remuer la poussière du passé, ça rougit les yeux et ça serre le coeur... Selon ce que l'on trouve, ça rosit les joues et fait perler le front... Mais qu'importe... J'ai même recours au même procédé que vous : je passe des petites annonces. Hein ? Chacun ses quêtes... Je crois que je ne pourrai passer à autre chose que si je comble ce vide. C'est pas irréalisable...

La fille caramel : Ne me dites pas que vous avez arrêté la radio pour ça ?

Le redevenu vert : Pour l'image !

La fille caramel : La radio !

Le redevenu vert : L'image !

La fille caramel : La radio ! Réentendre. Retrouver. Ressentir. Revoir. Une voix. Une intonation. Une musique. D'anciens parfums. Vos anciennes images. Ce qui s'applique pour moi s'applique aussi pour vous. Tout retrouver de nouveau comme avant, quand c'était bien...

Le redevenu vert : Vous longez la rue principale...
Vous arrivez au bout...
Vous regardez à droite...
Et à gauche...
Vous traversez la place...
Vous entrez chez l'épicier...
Et vous demandez...
Un paquet...
De madeleines...
De Proust.
(Un temps.)
Nous sommes les nouveaux nostalgiques.
(Il se lève.)
Vous savez, il n'y a pas de honte à avoir. Moi aussi, je suis un grand consommateur. J'en ai mangé des paquets que m'ont envoyé les auditrices et les auditeurs.

La fille caramel : Et... ça ne vous manque pas ?

Le redevenu vert : Je dois vous avouer que si, un peu, parfois. Mais j'ai trouvé des compensations.

La fille caramel : Quoi par exemple ?

(A suivre.)

Repost 0
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 11:46
La fille caramel : Ce qu'il y a de bien avec vous, c'est qu'on n'est pas gênée quand le silence se fait.
(Un temps.
Silence.)
Autrement dit, quand vous vous taisez, on ne sent jamais embarrassée.
(Un temps.
Silence.)
En radio, lorsqu'il y a un vide, on appelle ça un blanc...
(Un temps.
Silence.
Elle désigne le récepteur-radio :)
Qu'est-ce que vous prenez comme marque ? (Elle se lève, s'approche du récepteur-radio et lit :) La Voix de son Maître. C'est une grande marque ! Le petit fox qui tend l'oreille vers le gramophone. Un chien qui a du son et un son qui a du chien ! Ce n'est pas à vous que j'apprendrai qu'il a réellement existé. Il s'appelait Nipper. Vous êtes fidèle aux marques ? Moi, plutôt oui. Depuis toute petite. Bébé Cadum. La pie qui chante. La vache qui rit. Et mon père qui fait la gueule. (Elle revient s'asseoir. Un temps.) Pour parvenir jusqu'ici, je suis passée devant un endroit charmant. C'est dans une petite cour de ferme, tout au fond. Il y a une pompe à chapelet qui a l'air abandonnée. Privée de mains fidèles. Elle a été priée de ne plus pomper ni l'eau ni l'air de personne. Une grande auge devant. Un petit bassin à côté. Et une rigole qui s'en va droit devant en rigolant... J'a vu aussi un hangar un peu plus loin qui abrite des balles de paille et un char qui a dû servir pour le Carnaval. Il représente un globe terrestre. Vous voyez de quoi je parle ?

Le redevenu vert : Oui.

La fille caramel : J'ai vu des kyrielles de troupeaux de moutons, d'oies, de dindes, de dindons, de pintades, de vaches, de cochons, de chapons. C'est bête, je n'ai pas pu m'empêcher de les caresser. Je les ai entendus ronronner. Je crois qu'ils étaient contents d'être avec moi. Vous ne croyez pas ?

Le redevenu vert : Oui.

La fille caramel :
J'ai entendu dire que, par ici, les gens sont très attachés à conserver leur cadre de vie et leur patrimoine intacts. C'est vrai ?

Le redevenu vert : Oui.

La fille caramel :
J'ai vu un homme qui poussait une brouette. Savez-vous ce qu'il y avait dedans ? Un chien ! Il doit être paralysé. C'était touchant et drôle. Oui, il promenait son chien dans une brouette ! Vous le connaissez ?

Le redevenu vert : Je connais bien le chien.

La fille caramel : Ca n'a pas été facile de parvenir jusqu'à vous. C'est dans les terres labourées. Les plaques et les panneaux indicateurs n'embarrassent pas. Ou alors il disent : "Toutes directions". Il faut y aller au flair. Le village est loin.

Le redevenu vert : Oui.

La fille caramel : Oui, le village est loin.

Le redevenu vert : Oui, le village est loin. Il est à bonne distance hygiénique. Juste ce qu'il faut. C'est pour me protéger des gêneurs. Ayez le courage de vos opinions : oubliez-moi.

La fille caramel :
Pourquoi avez-vous quitté la radio ?

(A suivre.)
Repost 0
11 mai 2008 7 11 /05 /mai /2008 13:01
Le redevenu vert : J'en avais ras la frange des petites trahisons et des grandes lâchetés. Des bassesses et des mesquineries... Voulez-vous que je vous dise le fond de ma pensée ?

La fille caramel : Je ne demande que ça.

Le redevenu vert :
Alors, regardez et écoutez...

(Il désigne de nouveau le plateau côté jardin.
Noir côté cour sur la maison.
Pleine lumière côté jardin.
Sur le studio de radio.
La grosse lampe rouge est éteinte.
L'annonceur et son invitée devisent.)

L'annonceur : Ne soyez pas tendue et soyez naturelle. Ainsi, c'est bien vrai tout ce qu'on dit sur elle ? Sur celle dont nous allons parler ? Nous en avons appris des vertes et de pas mûres...

L'invitée : Mais non, c'est bien pire que ça. Dans la vie en vrai, elle st imbuvable. Elle est à moudre. Savez-vous qu'elle utilise la même serviette de bain pour s'essuyer les pieds et le visage ? Hein ? il faut se laver les dents dans un verre à dents et les pieds dans un verre à pied ?... Son fonds de commerce, c'est le dénigrement systématique... Elle, elle ne se prend pas pour un carreau cassé. A mon humble avis, il faudrait lui prescrire de se rincer la bouche après chaque demi-mot qu'elle dit... Tant il en sort du fiel et de la bave... Il y en a qui disent qu'elle n'a pas tous les fagots à l'ombre, qu'elle n'a pas l'électricité à tous les étages... Il paraît qu'elle a couché avec tous ceux qui lui ont demandé... et tous ceux à qui elle l'a demandé. Au reste, sa bouche est très accueillante. Il n'y a que le train qui ne lui soit pas passé desssus et entré dedans...

Voix off : Attention ! L'antenne dans quinze secondes...

(Un léger temps.
La lampe rouge s'allume.)

L'annonceur : Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, bonjour. J'accueille aujourd'hui avec un plaisir difficile à dissimuler celle qui fait les beaux soirs de la scène et enchante les nuits de notre vie. Mademoiselle des Théâtres de Paris. Merci d'avoir sacrifié un instant précieux de votre emploi du temps très chargé, et de nous honorer de votre présence. Merci surtout de venir témoigner sur celle à qui nous consacrons cette émission, avec qui vous avez souventes fois partagé l'affiche. Certains avancent que vous partagiez l'affiche mais pas le même avis. Alors, Mademoiselle, comment était-elle ?

L'invitée :
C'est un bonheur divin et exquis que vous m'offrez de parler d'elle. C'est moi qui ne sait comment vous remercier. Et puisque l'occasion m'en est donnée, je voudrai rendre un hommage appuyé à toutes les qualités qui l'animent... Le temps va me manquer et les mots seront trop faibles pour qualifier l'immense étendue de son charisme. Voici un mot accomodé à toutes les sauces qui semble vraiment fait pour elle. Il faudrait inventer des mots nouveaux pour chanter ses louanges et faire l'éloge de ses traits de caractère. Ses vertus sont connues à cent lieues à la ronde. Je propose aux nomades de la dithyrambe de cesser de tresser l'osier des chaises pour lui tresser des couronnes de laurier...

(Noir sur le studio de radio ;
lumière sur la maison.)

Le redevenu vert : Hein ?

La fille caramel :
Oui.

(Une main sort par l'embrasure de la fenêtre et ressort le récepteur-radio.

Un temps.)

(A suivre.)
Repost 0
10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 12:26
La fille caramel : Le ciel s'assombrit. Le vieux beau ténébreux se renfrogne. Il va pleuvoir...

Le redevenu vert : Oui, il va pleuvoir... Vous avez cette fois-ci sans doute raison. Dans leur bocal, les grenouilles du bulletin météo sont toutes en haut de l'échelle. Je l'ai entendu tout-à-l'heure à la radio. Il n'y a plus que ça d'intéressant, les batraciens et la couleur du ciel. Si la bêtise n'est pas une science exacte, la météorologie l'est un tout petit peu plus. Et puis, hein, nous n'y pouvons pas grand chose. Contre les éléments, point de maîtrise. Natura rex.

La fille caramel :
Voilà, le temps va changer : les hortensias passent du rose au bleu ; les giboulées et les averses font parler d'elles... C'est cabotin, la pluie, vous ne trouvez pas ? Moi, j'aime beaucoup ça. Pas vous ?

Le redevenu vert : Ca me met plutôt de bonne humeur. Ca me détend. Ca fait un joli bruit.
(Un temps.
Une main sort de l'embrasure de la fenêtre, se saisit du récepteur-radio et le rentre.
La fille caramel regarde le redevenu vert qui détourne le regard.)
Ecoutez le chant des rainettes qui acclament l'ondée... Elles ont élu domicile là-bas, dans une flaque, près d'une escargotière où, à l'heure qu'il est, on doit se payer du bon temps et se donner de la joie... Je vais parfois leur rendre une visite de courtoisie. J'emprunte un petit chemin ourlé de brome et de moutardiers sauvages. C'est un vrai plaisir. On y trouve, entre les touffes, des boutons de guêtre, plus connus sous le nom de petits parisiens. Ce sont de petits champignons à lamelles, très parfumés. Autrefois, naguère, jadis, il se pouvait les cueillir sans crainte. Mais maintenant, avec leurs produits pesticides et leurs désherbants, il faut se méfier... C'est comme les haies vives, qu'habitaient des espèces très jolies, très variées et très sympathiques ; où nidifiaient des oiseaux de paradis... Des cailles, des merles, des mésanges, des grives musiciennes... Les haies vives : crouiiiiiiiiiiiiccc ! On les a toutes arrachées. Tout ça me blesse. Mais ne me dévie pas de mon chemin. J'avance d'un bon pas. Je ne hurle pas avec la meute. Je suis du côté du gibier. Et quand j'arrive enfin près de l'escargotière, je n'aurais qu'une seule envie, c'est que les rainettes, les escargots, les canards et les cailles se mettent à parler pour qu'ils me disent ce qu'ils en pensent...

La fille caramel : Ainsi donc, vous n'étiez plus bien à la ville ; vous n'êtes pas bien aux champs... Vous avez des remords... Vous remordez ?
(Un temps.)
Pourquoi avez-vous quitté la radio ?

(A suivre.)
Repost 0
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 13:04

(Le redevenu vert va éteindre la radio.)

Le redevenu vert : Si vous saviez tout ce qui se passe quand un disque passe... Si vous saviez tout ce qui se dit sur quelqu'un dès que ce quelqu'un a le dos tourné, ou, mieux, quand il n'est pas là... Si vous saviez...

La fille caramel : Justement, je veux savoir...

Le redevenu vert : Ah, vous voulez vraiment savoir ?
(Le redevenu vert invite la fille caramel à s'asseoir.)
Regardez...

(Il désigne le plateau, côté jardin.
Noir côté cour sur la maison.
Pleine lumière côté jardin.

Un studio de radio.
C'est-à-dire :
Une table ronde.
Au centre, des micros disposés en corolle.
Une vitre, et, derrière, la régie.
Une grosse lampe rouge est allumée.
Autour de la table, des sièges.
Y ont pris place :
 l'annonceur et son invité.)

L'annonceur : Ainsi que nous nous avons été les premiers à vous l'annoncer, le dernier bulletin de santé du chef de l'Etat a été éventé. La rougeur qui s'étale sur les ailes de son nez fait couler beaucoup d'encre et de salive et ne manque pas d'alimenter les plus folles élucubrations. Il ressort que cette rougeur n'est pas une décalcomanie. Pourtant, l'homme de la rue glose sur la santé de son élu. Une lancinante question court sur toutes les lèvres : c'est bénin ou c'est malin ? En direct dans nos studios, nous avons invité un grand spécialiste des tumeurs-rumeurs. Alors, monsieur, c'est bénin ou c'est malin ?

L'invité : c'est malin.

L'annonceur : Chers auditeurs, vous comprendrez bien sûr que l'émotion étreint ma voix. Je vous propose d'écouter un disque.
(Il "lance" le disque, dans la plus traditionnelle manière radiophonique.
La lumière rouge s'éteint.)

L'annonceur : C'est vraiment à ce point malin ?

L'invité : Poisson d'avril ! C'est bénin !

L'annonceur : C'est malin !

(Noir sur le studio.
Pleine lumière sur la maison.)

Le redevenu vert : Hein ? C'est pas joli-joli...

La fille caramel : Oui, vous avez raison-raison...

(Un temps.)

(A suivre.)

Repost 0
8 mai 2008 4 08 /05 /mai /2008 12:10
(Le redevenu vert et la fille caramel s'éloignent l'un de l'autre ; se tournent le dos.
L'un et l'autre, chacun de leur côté, sortent de l'une de leurs poches intérieures un carré découpé dans un journal.
Le redevenu vert et la fille caramel se retournent subitement.)

La fille caramel et le redevenu vert (faisant chorus et lisant :) : Recherche nostalgiques de l'émission "POSTIER DE NUIT" sur PARIS INTER. Ecrire au journal qui transmettra.

La fille caramel : Pourquoi avez-vous quitté la radio ?

Le redevenu vert : Pourquoi avez-vous passé cette annonce ?

La fille caramel : A dire le vrai, j'espérais bien que vous vous manifesteriez. Je voulais vous retrouver. C'était très important pour moi. Un soir, en rentrant du cinéma, et dans mon lit, j'ai allumé la radio et je vous ai entendu. Des propos s'échangeaient. J'ai tout de suite été séduite par le ton, les voix qui canalisaient une grande profondeur... comment dire... psychologique ? J'ai tout de suite établi des résonances avec ce que je vivais, ce que je ressentais... Je me projetais... Oui, c'est ça, vous jetiez des passerelles entre les vécus et les ressentis... J'ose le dire : vous avez contribué à la construction de ma personnalité ! J'aimais vos vignettes musicales, vos invités, vos nouvelles ; j'aimais vos questions, j'aimais leurs réponses.. Et c'était bien...

Le redevenu vert : Ca a été bien pendant longtemps, mais ça n'a pas pu durer... J'ai été très heureux, puis un peu moins, puis plus du tout. Reflets du temps... Je n'ai pas vu le changement venir... Je n'ai pas vu le vent tourner...

La fille caramel : Et alors ?

Le redevenu vert : La radio est un merveilleux véhicule du verbe mais aussi un désastreux amplificateur des miasmes, des remugles et des scories langagières. En un mot de toutes les âneries qui peuvent se dire, les cochonneries qui peuvent s'entendre, les vacheries qui peuvent se faire... Ca s'est passé très vite...

La fille caramel :
Et alors ?

Le redevenu vert : Et alors quoi ?

La fille caramel : Mais alors, les vérités qui sont bonnes à dire ?

Le redevenu vert : Chansons !

La fille caramel : Le malheur des uns qui fait le bonheur des autres ?

Le redevenu vert : Fariboles !

La fille caramel : La rumeur à qui il faut tordre le cou ?

Le redevenu vert : Calembredaines !

La fille caramel : Les suppléments d'âme ?

Le redevenu vert : Rodomontades !

La fille caramel : Les "tout ce qui fait nos différences" ,

Le redevenu vert : Billevesées !

La fille caramel : Les "nous n'avons pas les mêmes valeurs" ?

Le redevenu vert : Coquecigrues !

(Un temps.)

La fille caramel : Et la curiosité ? Les curiosités ?

Le redevenu vert : Chimères... (Un temps.) Vous êtes déçue ? Moi aussi !

(Une main sort de l'embrasure de la fenêtre et allume la radio.
On entend les paroles et la musique d'une chanson.)

(A suivre.)
Repost 0
7 mai 2008 3 07 /05 /mai /2008 12:19

Le redevenu vert : Et oui ! Bien sûr ! C'est bien plus compliqué que ça, c'est ça... Pour être misanthrope, il faut en avoir les moyens. J'en avais assez de ne plus supporter notre époque, de régler des comptes avec des acides versés dans des sirops, des rubriques langues-de-belle-mère à la petite semaine. Alors je l'ai dit. J'ai tombé le masque. J'ai dévoilé mes batteries de casseroles et mes bottes secrètes. (Il contrefait la voix de Jean Marais dans "Le bossu" :) "Touchez la botte, Monseigneur, ça porte bonheur..." Alors je l'ai dit. Et on m'a fait dire qu'il ne fallait pas le dire.

La fille caramel : Et maintenant ?

Le redevenu vert : Je suis libre comme l'air. Et soulagé.

La fille caramel : Qu'est-ce que vous allez faire ?

Le redevenu vert : Demain, je délaisserai la maison-mère et j'assisterai à mes propres funérailles nationales. On me conduira à ma première demeure et je connaîtrai mon premier repos. Je me déguiserai en ami du défunt, et je grappillerai de groupe en groupe. Et j'écouterai. Si j'entends : "Cet homme est passé à côté de sa vie, et nous sommes passés à côté de cet homme", je tomberais la barbe, et je dirais : "Coucou, c'est moi !"
Si j'entends : "Si nous avions su que nous l'aimions autant, nous l'aurions aimé davantage", je dirais : "Trop tard !"
Si j'entends : "Moi, j'aurais été prêt à lui donner de l'argent s'il me l'avait demandé", je dirais : "Vous n'auriez pas un cent de balles ? C'est pour jouer..."
Si j'entends... Oh, et puis non, je ne veux rien entendre. Et je ne dirai rien. Et je ne me montrerai pas. Ca romprait le charme de ces sorties interparoissiales sur les parvis en demi-lune de nos églises. J'attendrai encore un peu...

La fille caramel : J'ai l'impression de vous entendre à la radio.

Le redevenu vert : Une impression, c'est mieux qu'un effet, non ?

(La fille caramel s'approche de la fenêtre.
Elle allume la radio.)

Le redevenu vert (et la voix de la radio) : Quand notre pays bande, celui d'à côté accouche d'un enfant de salaud.

(La fille caramel éteint la radio.)

La fille caramel : Vous dites des choses terribles !

Le redevenu vert : C'est sous le couvert de la voie artistique. Vous en voulez une autre ?

La fille caramel : Oui.

Le redevenu vert : Tout commence par une giclée de sperme et tout se termine par une poignée de cendres. Encore ?

La fille caramel : Oh, oui, encore !

Le redevenu vert : Auditrice ! Spectatrice ! Collaboratrice ! (Un temps.) Vous avez des enfants ?

La fille caramel : Oui.

Le redevenu vert : Combien ?

La fille caramel : Deux.

Le redevenu vert : J'espère que vous avez pris du plaisir en les concevant... (Un temps.) J'ai la dent dure mais le ventre mou.

(Un temps.)

(A suivre.)

Repost 0
6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 14:53

La femme : Comment pouvez-vous dire ça ? Vous pensez ce que vous dites ?

L'homme : Les paroles s'envolent ; les écrits restent. Je vous invite à assister à l'envol d'une parole. (De la tête, il suit une trajectoire ascendante.) Regardez : ce sont des phrases en l'air...

La femme : Qu'est-ce que vous avez dit ?

L'homme : Qui êtes-vous ?

La femme : La fille caramel.

L'homme : Ah ! C'est vous ! Je ne vous attendais pas sitôt, comme on dit au théâtre... Vous venez voir la bête ? Je suis conforme à l'idée que vous vous étiez faite ? Non, sans doute. C'est toujours comme ça. Je vous avais prévenue. L'oeuvre de l'homme est plus grande que l'homme. Il ne faut pas voir les carcasses. Ca déçoit. Je n'aurais dû rester qu'une voix. Mais bon, puisque vous avez insisté...
(Un temps.)
Vous ne savez pas combien c'est important pour moi de vous recevoir ici, à la campagne...
(Un temps.)
Jamais je n'aurais pu prendre un air aussi détaché des choses si j'étais resté à la ville. Ce que je vais forcément être amené à vous confier vient de la ville. Maintenant que j'ai pu m'en extirper, je peux vous parler sans crainte. Je ne m'en suis pas extrait tout-à-fait vierge, mais pas assez endommagé pour m'empêcher de me taire... La ville n'aime pas qu'on parle d'elle chez elle... Je suis revenu ici, d'où je viens... De la maison-mère... C'est ici, que, de ma fenêtre, je vois le château d'eau et le clocher en dentelle, la pluie sur les champs labourés ; tout ce qui reste de sensations intactes... Mon âme, qu'emplissent et bercent ces doux reflets se libère un instant. Je convoque mon enfance pour en retrouver les parfums... Les jonquilles percent le sol près du vieux poulailler ; les mimosas embaument ; pourquoi le jaune est-il la couleur des crocus ? Il ne manque pas un bouton d'or sur la jaquette des petits Alpages. Bientôt, le coucou rechantera. Le lopin de terre, que je tiens de mes parents, est à tout bout de champ caressé de fleurs sauvages. La lisière de la forêt est plus belle que la forêt. Et la route qui la longe est, les soirs de pluie, empruntée par des salamandres qui s'en reviennent de chez le teinturier. Les giboulées de mars lavent le ciel et la terre. Et le ciel est tout mouillé. On entend tendre les joues et les lèvres des feuilles tendres vers les averses...

La femme (La fille caramel) : C'est beau, c'est clair. Mais ne cherchez pas à me séduire encore. C'est déjà fait. Et ne vous esquivez pas. Pourquoi avez-vous quitté la radio ? La station ne passe plus que des rediffusions.

L'homme (Le redevenu vert) : La station debout est devenue pénible.

La fille caramel : Oui, bien sûr. Encore une pirouette ! La dérision, toujours et encore... C'est bien plus compliqué que ça, c'est ça ?

(A suivre.)

-----
Carnet noir

Lucien Jeunesse :
Une voix légendaire de la radio s'éteint.

Avec la disparition de Lucien Jeunesse, qui a animé, pendant 30 ans "Le jeu des 1 000 francs" (devenu "Le jeu des 1 000 euros") sur France Inter, c'est un peu la fin d'une époque, celle où, grâce à des Tchernia, Artur (José), Cappelovici (toujours parmi nous), la courtoisie et le bon français avaient droit de cité, qu'elle soit de Carcassonne ou d'Aigues-Mortes.
"A demain, si vous le voulez bien."

Repost 0

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens