21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 09:49

La fille caramel : Vous avez un beau timbre... Vous avez un beau filet...
(Un temps.)
Vous avez un bel organe.

Le redevenu vert : Vous me l'avez enlevé de la bouche.

La fille caramel : Alors ?

Le redevenu vert : Alors quoi ?

(Un temps.
La fille caramel éteint la radio et s'approche du redevenu vert.)

La fille caramel : Je vous ai apporté une image.

(Elle tend au redevenu vert un petit rectangle de papier ;
il s'en saisit, le regarde, et soudain, devient visiblement très ému.)

La fille caramel : Je savais que je pourrai vous entamer par ce bout.
(Un temps.)
Et vous vivez seul, ici ?

(Une main se glisse dans l'embrasure de la fenêtre et allume la radio.)

Voix off de la radio : ... vous proposons une rediffusion des carnets de doutes de "Postier de nuit". Aujourd'hui, ces chroniques nous transportent en plein champs. En voici les clefs. (Petite musique, puis voix du redevenu vert.) Je suis allé à l'armoire et j'ai pris un bon mouchoir bien plié. Je crois que le monde a commencé à péricliter quand il a inventé les mouchoirs en papier. Les sacs en papier, passe encore... ça protège les croissants, mais les mouchoirs en papier ! J'étais encore un peu enchifrené. Je me suis mouché. Avec mon nez tout neuf et tout propre, j'éprouvais le besoin de sentir quelque chose de bon. J'avais besoin de sentir la campagne. Je suis sorti. Des poules caquetaient. Un chien aboyait. J'ai enfourché mon vélo et j'ai filé chez ma tante et mon oncle. Leur ferme est toujours ouverte. Il y a du bon jambon, rouge et blanc ; des fleurs, des fruits et légumes, rouges et blancs...
(Le redevenu vert, sur le plateau, poursuit le texte que l'on peut continuer à entendre à la radio.)
... rouges et blancs... J'ai adossé mon vélo sur le mur, près de l'étable. Sur la porte, il y a une plaque émaillée qui dit : "Trayeuse National en service ici". C'est marqué rouge sur jaune ; une plaque que j'ai la frayeur de retrouver un jour dans un vide-grenier : ça voudra dire que j'ai trop grandi. L'étable est blanchie à la chaux. Au dessus des râteliers, il se peut voir des nids d'hirondelles. Elles ont bâti là des constructions superbes. En bas, dans la litière, la paille est propre. Et quand bien même elle ne l'est plus, elle se destine, sur les tas de lisier fumants, à fertiliser la terre. Rien ne se perd ; tout se transforme à la campagne. Mon oncle trait... Les vaches sont dociles... Qui n'a pas vu une vache mettre bas ne sait rien de la vie. Quand elle a mis bas, le veau sous la mère semble tout habillé de pluie... Oui, qui n'a pas vu une vache véler ne sait rien de la vie. Après le vélage, le petit réclame la tétine... Ô vélage sans prétention, qui a fait mon éducation... Et voir téter un veau, c'est... comment vous dire ? C'est beau... (Le redevenu vert regarde l'image et poursuit.) Pour le goûter, ma tante me donne du pain et du chocolat, ou bien du jambon, rouge et blanc, et un verre de grenadine. J'aide à trier l'avoine et égrener le maïs. Je lève les oeufs. Selon les saisons, je vais à la vigne ou au pré. Charger les balles de pailles ; sur les ridelles de la remorque, je salue le ciel, et le prie en tremblant. Foin de nostalgie, débarqué dans le séchoir à tabac. Les fidèles chiennes de chasse Finette, Gilda et Laïka ne sont jamais bien loin... Je reprends mon vélo et me remets en selle. Les joies de la mobylette, ce serait pour plus tard... Avant de rentrer à la maison pour le souper, où l'alicuit sera si bon, il me reste un peu de temps. Quelques tours de roues : croiserai-je un voisin qui a acheté une ancienne estafette de gendarmerie à la foire à l'encan ? Plus loin, près de la route qui longe la forêt, il y a la décharge. C'est un lieu attirant, qui dégage une odeur particulière, indéfinissable. C'est un lieu de découvertes et de trouvailles toujours renouvelé. J'aime bien m'y attarder. Odeur de pots de peinture. Je m'en reviens content.
(Petite musique.)
La semaine prochaine, même heure, même adresse, une autre chronique, "demain, c'est dimanche". Avec le souvenir du repas de midi, le pot-au-feu avec le savoureux os à moelle, et à la télévision la voix de Catherine Langeais dans "La séquence du spectateur" de Claude Mionnet. Ca fait dimanche. A la semaine prochaine. Je reviens à la maison. Message personnel : maman, ne vends pas la maison...

(Une annonceuse a pris place dans le studio-radio ;
elle est chargée de faire le lien entre le programme enregistré et le direct.)

L'annonceuse : A la semaine prochaine pour une autre rediffusion des chroniques du postier de nuit. Revenez bien vite et faites-vous moins rare. Il y en a beaucoup qui vous attendent. Suivez mon regard. A l'horloge de notre station, dans cinq minutes, il sera moins cinq. Si je me réfère à mon conducteur, et je sais que c'est un bon conducteur, voici une jolie chanson, une vignette musicale. Il sera moins cinq, puis moins une, puis l'heure pile... Message personnel au postier de nuit : "Comment va votre maman ?"

La fille caramel : Voyez... Entendez... On vous réclame ! Alors ?

(A suivre.)

Partager cet article
Repost0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 12:35

Voix off de la radio :  Il fut l'une des voix de notre station et vous êtes nombreux à vous demander ce qu'est devenu l'animateur de "Postier de nuit". L'une de nos auditrices les plus fidèles s'est même émue de ne plus l'entendre, au point qu'elle a mené une véritable croisade pour retrouver sa trace. Et l'elle l'a retrouvé, à la campagne où il s'est retiré. Elle a longuement conversé avec lui. Elle a même piraté sur un magnétophone caché quelques bribes de leurs paroles.
(Lumière côté studio.
L'annonceur poursuit :)
Je vous propose d'écouter le témoignage -le bobinot est calé sur la console- recueilli par notre envoyé spécial. Cette inconditionnelle répond au micro de notre journaliste. (Il lance le sujet.)
"C'est au milieu des labours bien gras et des maïs encore sur pied qu'il a décidé de se retirer. Il faut se munir de bonnes chaussures de marche ou alors d'escarpins à sacrifier. Il m'a reçu sans afféterie, en toute simplicité. Il faut dire que j'ai un peu forcé la main. J'ai passé des instants savoureux ; je n'ai rien laissé paraître mais j'ai bu du petit lait. J'ai joué sur du velours. Il a bien des choses à dire et il les dit joliment. On ne peut lutter contre son destin et sa nature. Quand je l'ai quitté, je l'ai laissé avec une image qu'il aime bien. De toutes façons, je compte bien revenir le voir, dès que possible."
(Le speaker reprend l'antenne.) Je vous propose maintenant d'écouter un document : quelques paroles volées de l'animateur. A vos cassettes ! (Il lance le sujet. Geste professionnel. Voix off du redevenu vert :) "Si vous saviez tout ce qui se passe quand un disque passe... Quand notre pays bande, celui d'à-côté accouche d'un enfant de salaud... La Vache qui rit et mon père qui fait la gueule."

Le redevenu vert : Et bien ! Vous n'avez pas perdu de temps...

La fille caramel : Vous m'en voulez beaucoup ?

Le redevenu vert : ...
(Il va éteindre la radio.)
Qu'est-ce que vous allez faire maintenant ? Vous allez accrocher un calicot sur la route, près de la maison, qui dit : "C'est ici qu'habite l'oiseau rare" ? Vous savez, je ne suis pas un perdreau de l'année. Vous savez ce qu'on va dire ? Elle, fraîche comme la rosée du matin ; lui, pas pêché d'hier... A quoi jouent-ils, ces deux-là qui veulent redevenir des débutants ? A quoi bon tramer un retour et braver le point de non retour c'est tout ? Il y aurait des intérêts, passe encore, je veux bien, mais là...

La fille caramel : Mais justement, il y a des intérêts. Vous n'êtes jamais aussi bon que lorsque vous parlez. De tout, de rien, surtout de tout un peu et un peu de tout. Et quand vous décrivez ce qui vous entoure. Nous sommes un certain nombre qui aimerions aussi le faire. Nous en sommes tous là mais la plupart n'y parviennent pas. Vous savez, c'est difficile de faire se toucher les mots. Ils sont si nombreux. Les mots qui se touchent, voilà qui est important, non ?

Le redevenu vert : Oui, sans doute.

La fille caramel : Et puis... vous avez un bel organe.

(Une main sort de l'embrasure de la fenêtre et allume la radio ;
D'un bond, la fille caramel s'en approche.)


Le redevenu vert : Qu'est-ce que vous entendez par là ?

(A suivre.)

Partager cet article
Repost0
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 12:00

(Le redevenu vert prend ce qui ressemble à un cahier, un album ;
il prend l'une des enveloppes reçues au courrier ;
en retire une petite vignette ;
il prend un pot de colle, en applique consciencieusement sur la vignette, qu'il étale doucement, longuement et compulsivement sur l'album.

Une main se glisse dans l'embrasure de la fenêtre et allume la radio.
Quelques mots d'une chanson se laissent entendre.
Le redevenu vert éteint la radio.)

La voix de la fille caramel : Ca colle ?

(Le redevenu vert se retourne, comme un enfant qu'on vient de surprendre.
Il vérifie que le magnétophone est bien éteint et que la voix ne vient pas de là.
Non.
Il reprend son collage.)

La voix de la fille caramel : Ca colle ?

(Le redevenu vert vérifie que la radio est bien éteinte et que la voix ne vient pas de là.
Non.
Il reprend son collage.)

La voix de la fille caramel : Ca colle ?

(Le redevenu vert jette un regard sur le studio-radio, côté jardin et vérifie que la voix ne vient pas de là.
Non.
Le studio est vide.

La fille caramel apparaît :
nous pourrions dire qu'elle vient du public, du fond de la salle ou tout simplement d'un des côtés du plateau.)

La fille caramel : Alors, ça colle ?

Le redevenu vert : Ah ! C'est vous ? Qu'avez-vous fait de votre temps perdu ? Essuyez-vous. Il vous reste des miettes de madeleine sur le menton. Il m'a semblé voir là-bas des ouvriers, armés de pelles à gateau, qui ramassaient les miettes du far que vous avez piqué... Vous me demandiez ? Si ça colle ? Presque quarante balais et quelques poussières sur le seuil de la porte où chacun doit balayer pour voir midi. Je ne suis toujours pas de votre format. Je ne suis toujours pas de vos registres. Bien né. Bien arrivé. Bien planté. Bon chou. Bonne rose. Bonne étoile. Bonne cigogne. Et vous me demandez si ça colle ?

La fille caramel : On vous a donné une image : ça ne vous a pas calmé ? Or donc, dites... Quand reviendrez-vous ? Faites-vous moins rare... Nous avons tellement besoin de vous... Il y a tellement de gens médiocres... Il y a ceux qui nous indiffèrent et ceux qui nous indisposent... Et puis ceux qui nous insupportent. Il faut bien faire avec ;  il faut composer avec les fugures imposées. Alors si quelquefois, on peut changer le cours des choses, pourquoi s'en priver ? Alors, hein, dites, vous allez revenir ? Quand reviendrez-vous ?

Le redevenu vert : Je n'ai pas la tête à ça. Je suis de nouveau un peu bien, ici, à la maison-mère. Regardez-là, embrassez-là du regard, cette maison, grise l'hiver, verte l'été, dans son corsage de vigne vierge, avec son massif d'hortensias, avec son perron qui n'a pas les moyens de faire le tour. Cette maison en lisière de forêt. Ca vaut tout l'or du monde. Quand je m'en suis éloigné -pour les besoins de quelle cause, je vous le demande ?- je n'ai eu de cesse que de penser à elle. Dans les bruits de la ville, je n'entendais plus les roucoulades du vent dans les treillages. Dans le petit matin, de la rue étroite et engoncée, montaient les bruits de la benne à ordure, croquant des reliefs de toutes sortes ; puis le fourgon du fournisseur de l'épicier du coin, avec ses cliquetis de chariots consignés, et enfin la balayeuse automatique qui se frottait aux bateaux des trottoirs...

(Une main sort de l'embrasure de la fenêtre et allume la radio.)

(A suivre.)

Partager cet article
Repost0
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 11:36

 ACTE II

Décor inchangé.
A l'avant-scène, un magnétophone à bandes, de type REVOX, est en train de tourner.
Aucun son.
On peut supposer qu'il est en mode enregistrement.
Ce serait bien si le public pouvait se "questionner" à ce sujet.
Puis un son se fait entendre :
c'est celui du murmure typique d'un public, dans une salle et dans l'attente qu'un spectacle débute.
Ce qui précéde le début d'un spectacle, fait de conversations mêlées, où rien ne se distingue vraiment.
Le murmure s'évanouit, et laisse la place à une voix, celle du redevenu vert.

Du magnétophone, la voix du redevenu vert : Ce n'est pas le genre de la maison-mère, mais les bornes ayant été dépassées, voici calé sur la console un droit de réponse, conformément aux droits et aux devoirs de la Communication et du Code de la Liberté Individuelle. Au micro, le redevenu vert. Tout d'abord, mes amitiés à celles et ceux qui ne m'ont pas oublié, qui n'ont pas la mémoire courte, et qui m'adressent des témoignages de leur fidélité. Et ce, malgré mon absence. Pour clore une polémique qui tend à s'installer et faire taire les plus folles rumeurs, je voudrais tordre le cou à ces affabulations débridées, régler mes comptes avec ce métier de langue de pute... Autant pour moi, vous couperez au montage... avec ce métier de relations publiques.
Je ne suis pas parti parce qu'on m'a chassé. Je ne suis pas parti pour raison de santé. Je suis parti parce que je suis devenu moins bavard, et je suis devenu moins bavard parce que je suis blessé de voir ce que je vois et d'entendre ce que j'entends. J'ai perdu mon sens de l'humour qui n'arrive plus à rien masquer, qui n'y peut plus rien. Je suis blessé de voir notre langue si belle et si riche mise à rude épreuve, presque en hachis, par une soi-disant relève qui ne fait qu'abaisser le niveau, incapable d'aligner trois mots et de construire une phrase correcte. Je suis attristé de voir le vocabulaire se paupériser au bénéfice de la rapidité, de la rentabilité. A telle enseigne que la mission des nouveaux communiquants se borne à lancer trois borborygmes et une onomatopée pour cibler leurs messages. Triste chapitre boiteux ! Un mot, c'est un mot. Bien sûr, ce n'est jamais qu'un mot, me direz-vous. Et pourtant, partager les plaisirs de la langue, c'est bien, non ? Quant à moi, j'ai retrouvé mon quant-à-soi. On peut bien dire pis que pendre, peut me chaut.
(Le redevenu vert entre sur le plateau en poursuivant ce qu'on continue à entendre au magnétophone ; tout en parlant, il saisit le magnétophone et l'emporte avec lui ; il le dépose sur la table et s'assoit.)
Je suis parti parce que j'en avais assez des bassesses, des hypocrisies, des mesquineries. Je suis parti parce que tout le monde se cachait derrière ses rideaux. Je suis parti parce que je voulais redonner un sens à ma vie. Je suis parti parce que je voulais me remettre au vert. Je suis parti parce que je voulais me consacrer à des quêtes personnelles. Je suis parti pour convenance personnelle. Je suis parti parce que je voulais me remettre en question, me recadrer, tout reconsidérer. Je suis parti parce que j'ai pris conscience de la précarité de la vie : vous savez qu'elle peut nous être ravie à tout instant. J'ai voulu me repositionner et tout voir sous un autre angle. Enfin et surtout, je suis parti parce que je voulais me rapprocher d'elle, de la nature, de ma nature, de celle qui m'a fait, qui a fait ce que je suis, comme je suis. A la campagne, le redevenu vert, pour la radio. A vous les studios.
(Il éteint le magnétophone.)

(A suivre.)

Partager cet article
Repost0
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 12:10

De la radio : La Sécurité Civile lance un bulletin d'alerte. Le goudron, le vulgaire goudron de nos routes et de nos rues, qui recouvre une grande partie de notre sol, se révèlerait hautement dangereux. En effet, selon un rapport très étayé de chercheurs émérites, l'exposition plus ou moins prolongée au goudron risque de nuire gravement à la santé. Par principe de précaution, et malgré les vacances imminentes, il est donc recommandé de ne prendre la route qu'en cas d'absolue nécessité. Oui, il est vrai que cet avis de bon sens est contrariant et fait fait l'effet d'une douche froide alors que nous nous apprêtions à vivre l'heure des grandes transhumances vers les franges humides de notre pays. Mais les résultats sont là, édifiants. Pour l'instant, aucune mesure arbitraire ne peut être prise, même si l'annonce d'une telle information a bien sûr jeté un froid, l'effroi, semé l'émoi et la panique dans l'Opinion. Sur le plan pratique, si vous constatez une usure prématurée de la semelle de vos chaussures ou de la gomme de vos pneumatiques, n'hésitez-pas à en parler autour de vous.
(Lumière côté jardin sur le studio radio.
On voit l'annonceur poursuivre ce qui est dit à la radio.)
L'annonceur : Les méfaits du goudron s'observent surtout là où il est projeté d'en mettre alors qu'il n'y en a pas. Ne cédez pas pour autant à la psychose. Ne paniquez pas. Ca ne sert à rien mais détruit et irrite. Soyez précautionneux, pas peureux. Le remède serait pire que le mal. Vivez si m'en croyez, n'attendez à demain, cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie...
(L'annonceur enlève son casque de radio.)
Ca y est ! C'est en boîte.

(Un homme sort de la cabine de régie et s'approche de l'annonceur.)

Le régisseur : Mieux que ça ! J'ai envoyé la purée à l'antenne !

L'annonceur : Non ?! Ne me dites pas que... Vous êtes fou.

Le régisseur : C'est une tranche où les gens ont de l'humour.

L'annonceur : Mais enfin, j'hallucine ! Vous n'y pensez pas ?

Le régisseur : Ca va se fondre dans le restant...

L'annonceur : Vraiment, je vous jure... C'est bon pour se faire remercier... A propos, vous avez des nouvelles du producteur de "Postier de nuit" ? Il y a longtemps que vous ne l'avez pas revu ? Qu'est-ce qu'il devient ? Il a toujours une haute idée de lui-même ? Toujours aussi modeste ?

Le régisseur : Il serait parti se mettre au vert et recharger ses accumulateurs. Après la chasse aux sorcières, il serait devenu chasseur d'images. Il n'émet plus que des souhaits. Des vents, des gaz et des flatulences.

L'annonceur : Personnalité difficile. Profil bas et tortueux. Gondolé. Il était infect et méprisable. D'une humeur souvent massacrante...

Le régisseur : C'est vrai tout ce qu'on dit sur lui ? Il paraît...

(Le redevenu vert se lève et va éteindre la radio.
Noir sur le studio.

Un temps.)

La fille caramel : Tiens, voilà le facteur !

(Le facteur arrive sur le plateau, porteur de quelques lettres qu'il remet au redevenu vert.)

Le facteur : Madame, monsieur. Messieurs-dames. (Il salue le public.) Bonjour. Vous connaissez la dernière ? J'en ai une bien bonne ! C'est deux spermatozoïdes qui discutent. Y'en a un qui dit à l'autre : "C'est encore loin l'utérus ?" Et l'autre répond : "Oh, ben, oui, on vient juste de passer les amygdales."

(Il s'en va sur ce mot ;
c'est un procédé courant qui produit un effet courant.)

La fille caramel : Il est conforme au facteur de votre enfance ?

Le redevenu vert : En tous points. Il doit y avoir en option une épreuve "histoires drôles" au concours de préposé.
(Il consulte son courrier, fait glisser les enveloppes les unes sur les autres ; s'arrête sur l'une d'elles.)
Ah ! Une lettre à l'en-tête de la Chocolaterie de Pays...
(Il montre la lettre à la fille caramel.)

La fille caramel : (Elle lit.) Chocolaterie de Pays. Ils ont peut-être retrouvé votre image ?

(Un temps de flottement ;
le redevenu vert ne sait que faire.)

La fille caramel : Et bien, ouvrez-là ! C'est bon pour votre image.

(Le redevenu vert décachette la lettre.
Noir.)

(A suivre.)

Partager cet article
Repost0
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 12:48

La fille caramel : Est-ce ce que nous attendons ou bien devons-nous attendre autre chose ?

Le redevenu vert : Que dit-on de moi maintenant que je suis sur une voix de garage ? Que dit-on au village ?

La fille caramel : D'après vous ?

(Un temps.
Une main sort de l'embrasure de la fenêtre et allume la radio.
Musique de fond.)

Le redevenu vert : (Attitude du comédien qui va déclamer avec emphase.) Tout le village est en oriflammes. C'est de l'art pompier. Bleu côté hampe. Sur dominante blanche, une étoile rouge à quatre branches et douze boules. A fait : à quel moment une étoile est-elle une croix ? Et une étoile de mer une croix de terre ? Et une croix de terre une croix de guerre ? Un nuage de lait au dessus l'ancienne laiterie. Au ciel coiffé de ces nuages, une farandole de gypaètes barbus s'essaie maintenant à la tarentelle. Sur la place, des bourgmestres en épitoge tentent de se faire élire par une ecclésia de marguerites. Des couples d'amoureux vont chercher des raiponces en bordure des sous-bois. Oberons, asperges sauvages, lacets de cordonniers se laissent par eux cueillir. Sous les branches d'un sapin du grand Nord, des violettes rougissantes donnent un bal. Huit cents feux à tout casser. Plus personne ne rentre chez personne. Tout le monde regarde la télé-réalité en aillant ses rôtis et en cassant du sucre sur des fraises sauvages. Seul, le facteur apporte l'exotisme des filatures du nord du Pays. Dehors, l'existant existe près du préexistant. Que de cagibis, de cages à poules et à lapins ! Que d'étables et d'établis ! La vie passe et ripoline tout.

(Un temps.)

La fille caramel : Et...

Le redevenu vert : Parlez ! Exprimez-vous si vous estimez que ce que vous allez dire est mieux que le silence.

La fille caramel : Et... Vous vivez seul, ici ?

(A suivre.)

Partager cet article
Repost0
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 12:00

Le redevenu vert : J'attends le facteur. C'est important, vous savez, le facteur, à la campagne. Encore enfant, je m'ennuyais beaucoup. Je savais son arrivée comme une possible fête. Il y a tant de choses dans une enveloppe et, mieux, dans un paquet ! Je montais sur le perron, et je le guettais. Quand je voyais, sur la route, au loin par delà les champs de maïs, filer sa petite voiture jaune avec son petit oiseau bleu dessus, je devenais tout chose. C'était un signal pour mon coeur d'être content. S'il ne s'arrêtait pas, c'était une grosse déception. Mais s'il s'arrêtait... Alors, là, s'il s'arrêtait...

La fille caramel : S'il s'arrêtait ?

Le redevenu vert : S'il s'arrêtait... D'abord, très souvent, je me cachais... J'avais peur de sa casquette. Ce qui était intéressant, c'était ce qu'il apportait, ce qu'il avait dans les mains. Il le donnait à mon père, débitait une gauloiserie et repartait... Je retournais vaquer à des opérations de haut vol, aux grandes manoeuvres d'approche de la vie : je découpais un bon dans un illustré à découper suivant les pointillés et je faisais venir des petites babioles, des petits riens à vingt centimes. Sur un petit carnet, je notais les dates jour après jour, jusqu'à ce que j'avais demandé arrive. Ca n'arrivait jamais assez vite ! J'étais pressé, vous comprenez ? J'avais hâte de m'inventer des petites joies. Les gros catalogues en étaient garnies. J'y mettais le nez et l'y laissais longtemps... Je le sentais, je le humais... Je le sentais bien... Ah ! Rêver sur le papier brillant et glacé qui sentait bon et regarder passer les commandes de jouets... Une fois qu'on sait que le Père Noël n'y est pas pour grand chose, c'est du coup le facteur qui est investi de ce pouvoir magique... Aujourd'hui, rien n'a changé : j'attends le facteur.

La fille caramel : Et ensuite ?

Le redevenu vert : Ensuite ?

La fille caramel : Je veux savoir. J'attends ce que vous attendez. Quand vous n'attendrez plus, vous reviendrez peut-être ?

Le redevenu vert : J'attends la nuit. J'aime beaucoup la nuit. J'aime ses parfums, ses silences, ses refuges. C'est l'heure où j'officiais à l'antenne. Les notes du générique s'égrènent... C'est bien... C'est un peu comme les fauves, au cirque, quand ils entendent les premières mesures de la musique de leur numéro ; ils sont excités parce qu'ils savent qu'ils vont, qu'ils doivent, qu'ils vont devoir entrer en piste. Je sors ici, à la fraîche ; je hume l'air parfumé à plein nez et à pleins poumons. Je regarde le ciel. Il n'y a qu'à la campagne, la nuit venue, qu'on peut vraiment voir le ciel en entier, et les étoiles aussi, sans les angles imbéciles des rues, des maisons, des villes...

(Un temps.)

(A suivre.)

Partager cet article
Repost0
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 15:06

Le redevenu vert : Voulez-vous que je vous fasse part de ma préoccupation du moment ?  Ca ne vole pas très haut mais j'y attache suffisamment d'importance pour vous y associer. Figurez-vous que, moi aussi j'ai été très marqué par les marques. Vous ne pensiez pas si bien dire tout-à-l'heure. Voici un sujet ouvert... Tant pis, je vais parler de moi, vous l'aurez bien cherché. Enfant, je collectionnais les images du Chocolat de Pays. Sur l'album-collecteur, que j'ai jalousement conservé, il manque une image. Une seule. Elle représente une toile de Breughel l'Ancien. Je n'ai jamais pu mettre la main dessus ! Jusqu'à présent, je n'y accordais pas trop d'importance...

La fille caramel : ...Mais...

Le redevenu vert : Mais maintenant, ça me travaille, ça me taraude, ça me tenaille... Plus je me défends de penser à cette image, plus elle s'impose à moi. Elle me manque. C'est rien de le dire.

La fille caramel : Et vous faites quelque chose pour la retrouver ?

Le redevenu vert : Je remue ciel et terre. J'interroge. Je cours les puces, les chines, les brocantes, les vide-greniers. Ca suffoque parfois de remuer la poussière du passé, ça rougit les yeux et ça serre le coeur... Selon ce que l'on trouve, ça rosit les joues et fait perler le front... Mais qu'importe... J'ai même recours au même procédé que vous : je passe des petites annonces. Hein ? Chacun ses quêtes... Je crois que je ne pourrai passer à autre chose que si je comble ce vide. C'est pas irréalisable...

La fille caramel : Ne me dites pas que vous avez arrêté la radio pour ça ?

Le redevenu vert : Pour l'image !

La fille caramel : La radio !

Le redevenu vert : L'image !

La fille caramel : La radio ! Réentendre. Retrouver. Ressentir. Revoir. Une voix. Une intonation. Une musique. D'anciens parfums. Vos anciennes images. Ce qui s'applique pour moi s'applique aussi pour vous. Tout retrouver de nouveau comme avant, quand c'était bien...

Le redevenu vert : Vous longez la rue principale...
Vous arrivez au bout...
Vous regardez à droite...
Et à gauche...
Vous traversez la place...
Vous entrez chez l'épicier...
Et vous demandez...
Un paquet...
De madeleines...
De Proust.
(Un temps.)
Nous sommes les nouveaux nostalgiques.
(Il se lève.)
Vous savez, il n'y a pas de honte à avoir. Moi aussi, je suis un grand consommateur. J'en ai mangé des paquets que m'ont envoyé les auditrices et les auditeurs.

La fille caramel : Et... ça ne vous manque pas ?

Le redevenu vert : Je dois vous avouer que si, un peu, parfois. Mais j'ai trouvé des compensations.

La fille caramel : Quoi par exemple ?

(A suivre.)

Partager cet article
Repost0
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 11:46
La fille caramel : Ce qu'il y a de bien avec vous, c'est qu'on n'est pas gênée quand le silence se fait.
(Un temps.
Silence.)
Autrement dit, quand vous vous taisez, on ne sent jamais embarrassée.
(Un temps.
Silence.)
En radio, lorsqu'il y a un vide, on appelle ça un blanc...
(Un temps.
Silence.
Elle désigne le récepteur-radio :)
Qu'est-ce que vous prenez comme marque ? (Elle se lève, s'approche du récepteur-radio et lit :) La Voix de son Maître. C'est une grande marque ! Le petit fox qui tend l'oreille vers le gramophone. Un chien qui a du son et un son qui a du chien ! Ce n'est pas à vous que j'apprendrai qu'il a réellement existé. Il s'appelait Nipper. Vous êtes fidèle aux marques ? Moi, plutôt oui. Depuis toute petite. Bébé Cadum. La pie qui chante. La vache qui rit. Et mon père qui fait la gueule. (Elle revient s'asseoir. Un temps.) Pour parvenir jusqu'ici, je suis passée devant un endroit charmant. C'est dans une petite cour de ferme, tout au fond. Il y a une pompe à chapelet qui a l'air abandonnée. Privée de mains fidèles. Elle a été priée de ne plus pomper ni l'eau ni l'air de personne. Une grande auge devant. Un petit bassin à côté. Et une rigole qui s'en va droit devant en rigolant... J'a vu aussi un hangar un peu plus loin qui abrite des balles de paille et un char qui a dû servir pour le Carnaval. Il représente un globe terrestre. Vous voyez de quoi je parle ?

Le redevenu vert : Oui.

La fille caramel : J'ai vu des kyrielles de troupeaux de moutons, d'oies, de dindes, de dindons, de pintades, de vaches, de cochons, de chapons. C'est bête, je n'ai pas pu m'empêcher de les caresser. Je les ai entendus ronronner. Je crois qu'ils étaient contents d'être avec moi. Vous ne croyez pas ?

Le redevenu vert : Oui.

La fille caramel :
J'ai entendu dire que, par ici, les gens sont très attachés à conserver leur cadre de vie et leur patrimoine intacts. C'est vrai ?

Le redevenu vert : Oui.

La fille caramel :
J'ai vu un homme qui poussait une brouette. Savez-vous ce qu'il y avait dedans ? Un chien ! Il doit être paralysé. C'était touchant et drôle. Oui, il promenait son chien dans une brouette ! Vous le connaissez ?

Le redevenu vert : Je connais bien le chien.

La fille caramel : Ca n'a pas été facile de parvenir jusqu'à vous. C'est dans les terres labourées. Les plaques et les panneaux indicateurs n'embarrassent pas. Ou alors il disent : "Toutes directions". Il faut y aller au flair. Le village est loin.

Le redevenu vert : Oui.

La fille caramel : Oui, le village est loin.

Le redevenu vert : Oui, le village est loin. Il est à bonne distance hygiénique. Juste ce qu'il faut. C'est pour me protéger des gêneurs. Ayez le courage de vos opinions : oubliez-moi.

La fille caramel :
Pourquoi avez-vous quitté la radio ?

(A suivre.)
Partager cet article
Repost0
11 mai 2008 7 11 /05 /mai /2008 13:01
Le redevenu vert : J'en avais ras la frange des petites trahisons et des grandes lâchetés. Des bassesses et des mesquineries... Voulez-vous que je vous dise le fond de ma pensée ?

La fille caramel : Je ne demande que ça.

Le redevenu vert :
Alors, regardez et écoutez...

(Il désigne de nouveau le plateau côté jardin.
Noir côté cour sur la maison.
Pleine lumière côté jardin.
Sur le studio de radio.
La grosse lampe rouge est éteinte.
L'annonceur et son invitée devisent.)

L'annonceur : Ne soyez pas tendue et soyez naturelle. Ainsi, c'est bien vrai tout ce qu'on dit sur elle ? Sur celle dont nous allons parler ? Nous en avons appris des vertes et de pas mûres...

L'invitée : Mais non, c'est bien pire que ça. Dans la vie en vrai, elle st imbuvable. Elle est à moudre. Savez-vous qu'elle utilise la même serviette de bain pour s'essuyer les pieds et le visage ? Hein ? il faut se laver les dents dans un verre à dents et les pieds dans un verre à pied ?... Son fonds de commerce, c'est le dénigrement systématique... Elle, elle ne se prend pas pour un carreau cassé. A mon humble avis, il faudrait lui prescrire de se rincer la bouche après chaque demi-mot qu'elle dit... Tant il en sort du fiel et de la bave... Il y en a qui disent qu'elle n'a pas tous les fagots à l'ombre, qu'elle n'a pas l'électricité à tous les étages... Il paraît qu'elle a couché avec tous ceux qui lui ont demandé... et tous ceux à qui elle l'a demandé. Au reste, sa bouche est très accueillante. Il n'y a que le train qui ne lui soit pas passé desssus et entré dedans...

Voix off : Attention ! L'antenne dans quinze secondes...

(Un léger temps.
La lampe rouge s'allume.)

L'annonceur : Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, bonjour. J'accueille aujourd'hui avec un plaisir difficile à dissimuler celle qui fait les beaux soirs de la scène et enchante les nuits de notre vie. Mademoiselle des Théâtres de Paris. Merci d'avoir sacrifié un instant précieux de votre emploi du temps très chargé, et de nous honorer de votre présence. Merci surtout de venir témoigner sur celle à qui nous consacrons cette émission, avec qui vous avez souventes fois partagé l'affiche. Certains avancent que vous partagiez l'affiche mais pas le même avis. Alors, Mademoiselle, comment était-elle ?

L'invitée :
C'est un bonheur divin et exquis que vous m'offrez de parler d'elle. C'est moi qui ne sait comment vous remercier. Et puisque l'occasion m'en est donnée, je voudrai rendre un hommage appuyé à toutes les qualités qui l'animent... Le temps va me manquer et les mots seront trop faibles pour qualifier l'immense étendue de son charisme. Voici un mot accomodé à toutes les sauces qui semble vraiment fait pour elle. Il faudrait inventer des mots nouveaux pour chanter ses louanges et faire l'éloge de ses traits de caractère. Ses vertus sont connues à cent lieues à la ronde. Je propose aux nomades de la dithyrambe de cesser de tresser l'osier des chaises pour lui tresser des couronnes de laurier...

(Noir sur le studio de radio ;
lumière sur la maison.)

Le redevenu vert : Hein ?

La fille caramel :
Oui.

(Une main sort par l'embrasure de la fenêtre et ressort le récepteur-radio.

Un temps.)

(A suivre.)
Partager cet article
Repost0

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE
Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Recherche

Liens