2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 13:03
2e ACTE


C'est la nuit.
Même décor qu'au premier acte.
Plus :
un feu de bois qui crépite et éclaire le plateau.
A l'aide de ses pieds et de ses mains, le brûleur de cageots brise des cageots et les jette au feu.
La femme qui fait ça en blanc semble se masser la nuque.

Le brûleur de cageots : Dans quel état laisse-t-on les gens et les choses ? Dans l'état où on veut les retrouver ? Pffff... Fadaises... D'autres et d'autres choses passent... Il faut magnifier l'instant présent, c'est tout. Ca ira ?

La femme qui fait ça en blanc
(Elle se masse la nuque.) : Ca ira. Quitte pour la peur.

Le brûleur de cageots : C'était le vent.

La femme qui fait ça en blanc : Pardon ?

Le brûleur de cageots : Dans votre cou, c'était le vent.

La femme qui fait ça en blanc : Je veux bien le croire. C'était une impression de métal froid.

Le brûleur de cageots : A part la raideur de la nuque, pas de fièvre ? Pas de nausée ? Nous ne sommes pas au printemps : ce n'est pas une méningite.

La femme qui fait ça en blanc :
Tout va mieux, maintenant.
(Elle reprend son appareil-photo et prend un cliché du brûleur de cageots.)
La nuit est belle. La nuit est bleue. Et orange par endroits. Ici... (Elle désigne le feu.) et là-bas. (Elle s'approche côté jardin.) Il a pu reprendre, le conducteur de la moissonneuse-dateuse. Il a mis l'éclairage. Il pêche le blé au lamparo. Original métier. Reprenons.
(Elle s'approche du brûleur de cageots.) Fermez les yeux et ouvrez la bouche. (Le brûleur de cageots s'exécute. La femme qui fait ça en blanc inspecte la bouche.) Haleine fétide.

Le brûleur de cageots :
Je préfère avoir mauvaise bouche plutôt que mauvaise conscience.

La femme qui fait ça en blanc :
Pas de fausse dent ? Aucune ne se déchausse ?

Le brûleur de cageots :
Elles marchent encore.

La femme qui fait ça en blanc : Faites le contraire.

Le brûleur de cageots : ...

La femme qui fait ça en blanc : Ouvrez les yeux et fermez la bouche. (Le brûleur de cageots s'exécute.) Levez les bras au ciel. (Elle hume sous les aisselles.) Baissez les bras. (Elle sort un mètre de couturière de l'une de ses poches et reprend son bloc de papier. Elle prend des mesures et les note." Tour de cou : 43 cm. (Même jeu.) Tour de poitrine : 114 cm. (Même jeu.) Tour de taille : 112 cm. (Elle s'agenouille devant le brûleur de cageots.) Tour de bassin : 103 cm. Pointure ?

Le brûleur de cageots : 45

La femme qui fait ça en blanc :
Et le reste ?

Le brûleur de cageots :
Je suis un français moyen.

(Sans sommation, la femme qui fait ça en blanc fait glisser la fermeture-éclair du pantalon.)

Voix off : (Victorieuse.) Ca marche !

(L'inventeur de la machine à peser la souffrance déboule sur le palteau.)

L'inventeur de la machine à peser la souffrance : Ca mar...
(Il reste interloqué par ce qu'il voit.
La femme qui fait ça en blanc se relève prestement, saisit son appareil-photo et prend un cliché de l'inventeur de la machine à peser la souffrance.)

La femme qui fait ça en blanc : Ca marche ?

(A suivre.)



Partager cet article
Repost0
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 13:09
Le brûleur de cageots : Le vent se lève. Il va parler.

La femme qui fait ça en blanc :
S'il se rassoit, c'est la pluie qui renchérira.

Le brûleur de cageots :
En cas de besoin, nous pourrons toujours nous abriter dans ce refuge que vous voyez là, tout près. (Il désigne un point en coulisses.) Un abri de vigne, près de ce poirier tordu et sans âge. Il a un confort rudimentaire, mais bon... (Il regarde le ciel.) La nuit se penche. Elle va tomber.

La femme qui fait ça en blanc :
C'est pas de vous ?

Le brûleur de cageots : Pardon ?

La femme qui fait ça en blanc :
"La nuit se penche. Elle va tomber." C'est pas de vous ? Vous plagiez quelqu'un ?

Le brûleur de cageots :
Je ne sais pas. J'ai dû lire ça, un jour, quelque part. C'est le genre de phrase que l'on remarque, que l'on retient et que l'on replace...

La femme qui fait ça en blanc :
Un peu comme : "Demain, il fera jour. A chaque jour suffit sa peine. Demain, il fera soleil. Le soleil se lève pour tout le monde..." ?

Le brûleur de cageots : (Il regarde le ciel.) Y'a plus de saison. Avec tout ce qu'ils envoient là-haut. Sans espoir de retour.

La femme qui fait ça en blanc :
Oui, c'est vrai. Aussi vrai que la nuit succède au jour.
(Elle claque dans ses doigts ; rien ne se passe.
Voix plus affirmée et péremptoire :)
Aussi vrai que la nuit succède au jour.
(Elle claque dans ses doigts ; noir total sur le plateau.
Court silence.
Rafales de vent.)

Le brûleur de cageots : J'aime la nuit. J'aime ses senteurs, ses refuges, ses silences.

(Un trait brusque de lumière déchire l'obscurité ;
c'est la femme qui fait ça en blanc qui prend une photo au flash.)

La femme qui fait ça en blanc : Ah ! Qu'est-ce qui se glisse dans mon cou ?

(A suivre.)


Partager cet article
Repost0
29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 12:58

Le conducteur de la moissonneuse-dateuse : C'est pourquoi je vous demande la permission de prendre congé. Je ne vais pas plus longtemps laisser la moissonneuse seule sur l'éteule.

L'inventeur de la machine à peser la souffrance : Je vais l'accompagner. Je resterai le temps du remplacement pour le seconder. Je repasserai vous voir. J'aurai des histoires à vous raconter. Des histoires de gens qui se sont fait peser. Vous serez dans les parages ?

Le brûleur de cageots : Ca dépendra de nos atomes crochus.

La femme qui fait ça en blanc : Je crois que nous avons sous la main tout pour faire de cet endroit un point d'ancrage.

Le conducteur de la moissonneuse-dateuse : Le temps presse. Merci pour tout.

(Le conducteur de la moissonneuse-dateuse et l'inventeur de la machine à peser la souffrance quittent le plateau.

Le brûleur de cageots regarde le ciel.)

Le brûleur de cageots : La nuit se penche. Elle va tomber.

La femme qui fait ça en blanc : Nous allons la passer ici. Vous n'y voyez pas d'objection ?

Le brûleur de cageots : Aucune.

La femme qui fait ça en blanc : Il serait dommage de ne pas être témoin de l'accrochage. (Elle regarde le ciel et prend une photo.) Nous ferons des quarts et des tours de ronde. Nous ferons les "trois-huit". Hein ? Jusqu'à s'écrouler de fatigue. C'est si bon de s'écrouler de fatigue quand on sait pourquoi. Et puis, votre ami inventeur a dit qu'il avait des histoires à nous raconter. Ca fera passer le temps...

(A suivre.)

Partager cet article
Repost0
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 15:17

La femme qui fait ça en blanc : Arrêt de jeu. Un peu glorieux contretemps : le retour de la pesée fantastique ! Vous n'avez pas lambiné.

(Le brûleur de cageots se retourne.)

L'inventeur de la machine à peser la souffrance : Vous n'avez pas l'air enchantée de nous revoir. Nous gênons, peut-être ? Je me souviens pourtant de vos mots : "Nous vous attendons. Nous ne bougeons pas." Nous avons fait court et vite.

La femme qui fait ça en blanc : Oui, oui, bien sûr. Pour nous désennuyer un peu -nous tardions de vous revoir- nous nous sommes livrés à une petite expérience. Ce qui est excitant, voyez-vous, c'est que nous vivons tous en direct. Nous avons voulu flatter et encenser l'unicité de l'exemplaire, l'unicité du temps présent. Dans le prochain quart d'heure, il va peut-être survenir le micro-événement ou la méga-anecdote qui va profondément modifier le cours d'une existence. Imaginez : vous apprenez coup sur coup une très bonne et une très mauvaise nouvelle. La très bonne : vous avez gagné une somme importante à la loterie. Et vous aimez beaucoup l'argent. La très mauvaise : vous apprenez la mort de votre mère. Et vous aimiez beaucoup votre mère. Quelle est la nouvelle qui l'emporte ? Hein ? Il reste à inventer une machine !
Et bien, ce quart d'heure, nous avons voulu le vivre plus intensément. En fait, nous ne nous attendions à rien de transcendant. A preuve, c'est vous qui êtes arrivés. Ca se passe souvent comme ça. Je voulais aussi voir comment s'y prenait monsieur pour vieillir... Et vous, alors ? Racontez-nous comment s'est passée votre équipée...

L'inventeur de la machine à peser la souffrance : Nous avons fait vitement. Ca urgeait. Nous avons d'abord traversé une jachère, jonchée de tas de fumier fumant à épandre. Bonne odeur. Parvenus aux premiers angles du hameau, notre attention a de nouveau été attirée par une odeur de fête foraine. Et une musique de limonaire. Pressés, mais curieux, nous nous sommes approchés. C'était un très original manège de tampons-dateurs. Oui, vous m'entendez bien, de tampns-dateurs. En lieu et place de chevaux de bois et de cochons en saindoux synthétique, de gros tampons à molette comme on en trouve dans les bureaux. Actionnés par des vérins, ils imprimaient sur un tapis de sol les dates idoines du calendrier grégorien. Le tapis devait être régulièrement changé : il n'y avait pas encombrement de l'emploi du temps. Nous avons échangé quelques mots avec la directrice de l'établissement itinérant. Elle a tenu à nous préciser qu'elle n'était que la co-gérante, que son affaire tournait bien. Enfin, dans le bon sens. Mais qu'elle ne savait pas si ça allait durer. Je lui ai dit que j'avais inventé une machine à peser la souffrance et que je la mettais à sa disposition en cas de besoin. Puis nous sommes allés chez moi. Monsieur est entré dans ma machine et c'est alors que je me suis incliné devant la lourdeur de son chagrin. Pour tenter de faire diversion, je lui ai expliqué le fonctionnement de ma machine. Je lui ai lu la propre notice que j'ai élaborée ; je lui ai demonté les rouages et les arcanes ; j'ai dévoilé le mécanisme. Et c'est alors que nous avons eu, ensemble, en inspectant le mécanisme, une révélation. Entre deux poulies, une courroie ! Une courroie parfaitement non-nomenclaturée, en tous points ressemblante à la cassée. Vous saurez imaginer la suite... (Il désigne la courroie.) Face au désespoir mécanique de monsieur, j'ai donné la courroie. Pour le dépanner.

(La femme qui fait ça en blanc prend une photo de la courroie.)

(A suivre.)

Partager cet article
Repost0
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 14:41

Le brûleur de cageots : Il m'arrive de faire ce rêve : le crochet se glisse dans l'anneau. Quelqu'un, là-haut, imprime un mauvais mouvement, agite la Terre et celles et ceux qui ne sont pas bien accrochés tombent. Dans le pire des cas, c'est le filin qui se casse. Alors la Terre tombe tout en bas, tout au fond. Les premiers arrivés sont les premiers écrasés, mais comme la Terre est ronde, elle roule et tout le monde y passe... au rouleau compresseur.

(Silence.)

Vous qui aimez tant les photos, je vais vous montrer celles-ci. (Il sort des photos de l'une de ses poches intérieures.) En voici une de moi, petit. Une épreuve au gélatino-bromure d'argent, dentelée comme on n'en fait plus. Aujourd'hui, les lardons, on les fait revenir et se trémousser dans des petits boitiers sur des films qui auront jauni avant deux ans. C'est moi, là. On me faisait déjà porter la casquette. J'ai un ballon entre les menottes. C'est inattendu... J'ai l'air dubitatif. Je m'interrogeais déjà sur la sphéricité du monde : "La Terre est-elle vraiment ronde ?" (Il présente une autre photo, puis une troisième, en commentant.) Ici, c'est moi avec une star du cirque... A géométrie variable : ou très maigre ou très gros ; jamais beau. (Il range les photos, un peu honteux. Il se fige, droit et raide.)

Silence.

La femme qui fait ça en blanc s'approche du brûleur de cageots statufié.

Elle l'inspecte scrupuleusement des pieds à la tête. Elle lui prend les mains et s'approche tout près du visage ; elle semble le "renifler".

L'inventeur de la machine à peser la souffrance et le conducteur de la moissonneuse-dateuse reviennent sur le plateau. Ils marquent un temps d'arrêt.

Le conducteur de la moissonneuse-dateuse tient à la main une courroie en parfait état.

L'inventeur de la machine à peser la souffrance : On ne pourra pas dire que vous ne pouvez pas vous sentir.

(Le brûleur de cageots reste immobile.

La femme qui fait ça en blanc, surprise, se recule de quelques pas ; son attitude traduit de la gêne mêlée d'agacement. De son pouce, elle arrête la course du chronomètre.)

(A suivre.)

 

Partager cet article
Repost0
26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 13:39

La femme qui fait ça en blanc : Venez vous placer ici. (Elle l'emmène au bord du plateau, côté jardin, le prend en photo et recule de quelques pas derrière lui.) Il est exactement "neuve" heures et nous sommes le 26. La température extérieure doit être de 15 degrés. Nous sommes situés sur un plan cadastral aux références inconnues, mais entre un champ de maïs en partie moissonné et un hameau comme on en trouve un peu partout dans ce pays. Monsieur, vous sentez bien votre corps inscrit dans l'espace ?

Le brûleur de cageots : Oui, je le crois. On n'est jamais sûr de rien mais il me semble que si je m'écartais un peu de moi-même, je me verrais.

La femme qui fait ça en blanc : Très bien. Vous êtes un excellent sujet.

(Elle sort de l'une de ses poches un chronomètre, un bloc de papier et un stylo.
Elle prend des notes et enclenche le chronomètre.)

Action ! Ne bougez pas.

(Ménager un long silence.

Le public aura ainsi tout le loisir de "se réfléchir", d'être gêné, amusé, inquiet (?)

Le brûleur de cageots : Il ne se passe pas grand chose. Je ne sais pas où poser les yeux...

La femme qui fait ça en blanc : Vous n'avez qu'à les regarder, eux. (Elle désigne le public.) Peut-être que quelque chose viendra de ce côté-là ?

(Assez long silence.)

Le brûleur de cageots : Ce que je vois est inerte. Ce que je vois n'est pas exaltant.

La femme qui fait ça en blanc : Vous n'avez qu'à regarder le temps passer.

Le brûleur de cageots : Dans quel sens va-t-il ? De droite à gauche ? De gauche à droite ? De haut en bas ? De bas en haut . Ou bien encore en diagonale ? (Il parodie un dialogue :) 
" - Pardonnez-moi, messieurs-dames, vous n'auriez pas vu passer le temps ?
- Si, il y juste un instant.
- Et de quel côté allait-il ?"

(Assez long silence.
Le brûleur de cageots regarde le ciel.)

Regardez ! Ce point noir dans le ciel ! Le crochet ! N'est-ce pas le crochet qui s'approche de son point d'ancrage ? (De ses bras, il fait des signes, des appels.) Ohé, du bateau... Du vaisseau... De la soucoupe... Jetez l'ancre !...

(La femme qui fait ça en blanc prend une photo du ciel.)

La femme qui fait ça en blanc : Calmez-vous. Ce n'est qu'un oiseau.

(A suivre.)


Partager cet article
Repost0
25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 13:00

La femme qui fait ça en blanc : Je ne regrette pas du tout de vous avoir suivie jusqu'ici. Que de situations cocasses ! C'est un nid. C'est vous qui m'avez emmenée sur ce terrain.

Le brûleur de cageots : N'est-ce pas ? Ca se passe comme ça un jour sur deux. Et nous sommes un jour sûr d'eux. Mais, comme on n'est jamais sûr de rien...

La femme qui fait ça en blanc : C'est sûr. Dites-moi... (Elle s'approche du brûleur de cageots.) Ce bouton, là... (Elle désigne un point près du nez.) ...Vous l'aviez tout-à-l'heure ?

Le brûleur de cageots : Vous savez, un bouton, ça va, ça vient. Je suis assez sujet au comédon.

La femme qui fait ça en blanc : Le comédon ! Qui trouvera les mots pour décrire la vie qui fourmille et qui bouillonne à l'intérieur d'un comédon ? Quel beau sujet pour un chercheur. Ce perce-neige des côteaux nasaux, qui croît aussi aux lisières des épis, sur les fronts vastes et dégagés, en troupeau qui moutonne avec l'esprit grégaire ; ce petit clou de passementerie, cet invertébré à oeil de cyclope, cet insecte qui pratique le mimétisme, ce végétal à tige fragile, cet intrus que l'on met à l'index, sur qui l'on fait pression et qui, une fois démoulé, sent la soupe à l'oignon. Monsieur, voulez-vous vous livrer à une expérience avec moi, en attendant le résultat de la pesée ?

Le brûleur de cageots : De quoi s'agit-il ?

La femme qui fait ça en blanc : Je veux vous regarder vieillir.

Le brûleur de cageots : pardon ?

La femme qui fait ça en blanc : Je veux vous regarder vieillir. Nous allons vivre très intensément le prochain quart d'heure de ce qu'il reste de notre vie. Nous allons le vivre en direct. Dans le prochain quart d'heure, tout peut arriver. Il va peut-être se produire un micro-événement ou une méga-anecdote qui va tout faire basculer. Ce n'est pas plus inoffensif que de vivre sans attacher de l'importance à ce qui s'écoule. Pensez à l'étourdissante gamme de situations qui se jouent ailleurs, à l'instant où je vous parle. Nous, nous sommes ici et maintenant. Prenez conscience de ce que vous êtes. Oh ! Bien sûr, nous allons pas avoir la prétention de changer le cours du temps. Nous allons le scruter, l'ausculter. Peut-être ne va-t-il rien se passer de transcendant... Vous acceptez ?

Le brûleur de cageots : Ma foi, volontiers. J'ose espérer que je ne vais pas mourir, terrassé par une crise cardiaque au cours de cette expérience. Sans quoi le jeu serait faussé.

La femme qui fait ça en blanc : Vous n'avez rien compris. Il ne serait pas faussé. Il serait réaliste... Oh ! Pardon, je ne voulais pas...

Le brûleur de cageots : Je vous en prie.

(A suivre.)

Partager cet article
Repost0
24 février 2008 7 24 /02 /février /2008 13:09
La femme qui fait ça en blanc : La notice ?

Le conducteur de la moissonneuse-dateuse :
Oui, la notice d'utilisation de la moissonneuse-dateuse. Le genre de chose qu'on lit dans l'urgence. Un peu comme ces lectures imposées de collège. Ces théories qui viennent quand la pratique se détraque et qu'elles ne peuvent pas dépasser. (Il agite la notice.) Il existe des analyses d'oeuvres supérieures aux oeuvres. Pour les lire, et y trouver de l'intérêt, il faut se sentir directement concerné. Depuis que j'ai perdu la raison, je ne comprends pas tout ce que je lis, ce que je fais, ce que je dis et ce qu'on me dit.

L'inventeur de la machine à peser la souffrance : Vous n'avez pas perdu la raison. Si vous l'aviez perdue, vous ne le diriez pas. Le premier degré de la folie, c'est de croire qu'on n'est pas fou. Vous êtes un peu trop sensible, c'est tout.

Le conducteur de la moissonneuse-dateuse :
Je souffre. Je souffre d'une souffrance intense et silencieuse. Je voulais avoir l'élégance de ne pas le signaler ; je suis tombé dans l'excès contraire.

La femme qui fait ça en blanc :
Il me semble avoir déjà entendu ça quelque part.

Le conducteur de la moissonneuse-dateuse :
Quand on mal, on le dit ; mais souvent, on le dit mal. Si vous saviez à quel point je souffre.

L'inventeur de la machine à peser la souffrance :
Je ne le sais pas encore. Mais ça peut changer.

Le conducteur de la moissonneuse-dateuse : ...

L'inventeur de la machine à peser la souffrance :
Je ne vous connaissais pas jusqu'à ce jour. Je suis nouvellement installé. Vous, vous êtes capturé par votre tâche, ce qui explique que j'ai d'abord rencontré notre ami commun brûleur de cageots : il est plus exposé à la vue. Je ne sais pas à quel point vous souffrez, mais je peux le savoir...

Le brûleur de cageots :
Oui, il peut le savoir. Cet homme est étonnant. C'est un inventeur. Il a inventé la machine à peser la souffrance. Il était excédé d'entendre : "Machin, lui, au moins, il a des raisons de ses plaindre." Vous montez dans sa machine et un chiffre s'affiche. Plus aucun moyen de douter, de se tromper...

L'inventeur de la machine à peser la souffrance :
Je crois que vous en savez assez. N'y voyez pas là une offre promotionnelle de service. Si je peux simplement vous aider...

Le conducteur de la moissonneuse-dateuse : C'est le facteur-chance qui vous a placé sur ma route. Que faut-il faire ?

L'inventeur de la machine à peser la souffrance :
J'habite à deux pas d'ici. Il n'y a que le premier pas qui coûte et le dernier qui compte. On y va ?

Le conducteur de la moissonneuse-dateuse :
Allons-y !

(L'inventeur de la machine à peser la souffrance et le conducteur de la moissonneuse-dateuse se retirent.)

La femme qui fait ça en blanc : Attendez !
(Les deux hommes s'arrêtent.
La femme qui fait ça en blanc prend à bout portant une photo du conducteur de la moissonneuse-dateuse.
N'oubliez pas de revenir nous dire ce que disent les compteurs. Nous vous attendrons. Nous ne bougeons pas. Nous avons affaire ici. Quelque chose nous retient.

(Les deux hommes s'en vont.)

(A suivre.)


Partager cet article
Repost0
23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 12:26
La femme qui fait ça en blanc : Consigne : il est en détresse. Ne pas être ni trop goguenard ni trop compassionné. (Elle s'adresse au brûleur de cageots.) Monsieur le brûleur de cageots, une petite précision, tout de même. Vous qui connaissez celui qui vient, vous souvenez-vous d'un détail, d'un signe particulier de son physique ? Nous verrons bien si cet incident l'a modifié.

Le brûleur de cageots : Il a de bonnes joues et des favoris poivre et sel.

La femme qui fait ça en blanc :
Ses cheveux ?

Le brûleur de cageots :
Bruns.

La femme qui fait ça en blanc :
Ses yeux ? Cernés ? Creusés ?

Le brûleur de cageots :
Non, bleus, je crois.

La femme qui fait ça en blanc :
(A l'inventeur de la machine à peser la souffrance.)
Et vous, monsieur, tenez votre machine prête à fonctionner.

L'inventeur de la machine à peser la souffrance :
J'y veille.

La femme qui fait ça en blanc :
On ne dira jamais assez le pouvoir du groupe face à l'homme seul. Eparpillons-nous. (Au brûleur de cageots.) Et vous, soyez le premier qu'il puisse voir, à qui il puisse s'adresser, pour qu'il n'ait pas à fournir tout le charabia d'explications que réclament les inconnus.

(Le conducteur de la moissonneuse-dateuse arrive.
Il porte une courroie sectionnée à la main et une brochure.
Cordiale poignée de main au brûleur de cageots.)

Le conducteur de la moisonneuse-dateuse : (Montrant la courroie.) Je suis heureux de vous voir, même si j'ai tout pour ne pas l'être. Regardez : cassé ! Il y a des jours, on ne peut même plus dire : "Tant que ça casse pas, on répare pas."

Le brûleur de cageots : C'est contrariant, mais je vous présente madame, experte en réparation du dommage corporel. (Echange de poignées de mains.) Et monsieur, expert en pose de plaintes et en observation du dommage corporel aussi.
(Même jeu.

La femme qui fait ça en blanc prend une photo du conducteur de la moissonneuse-dateuse, à bout portant.
Le brûleur de cageots regarde le ciel.)

La femme qui fait ça en blanc : Je suis ravie de faire votre connaissance. Mais vous avez changé depuis que nous ne nous sommes jamais vus. Cheveux blanchis sous le harnais. Favoris toquards. Joues creusés et yeux voilés et coquards.

Le conducteur de la moissonneuse-dateuse :
C'est à mettre sur le compte de la lassitude. Ce que je suis en train de faire aujourd'hui, j'ai l'impression de l'avoir déjà fait hier. Je m'étais donné beaucoup de mal. Ca m'avait beaucoup coûté. J'avais trouvé ça très pénible. Il faut croire que nous ne maîtrisons pas tout.

La femme qui fait ça en blanc : Qu'est-ce que vous lisez en ce moment ?

Le conducteur de la moissonneuse-dateuse : (Désignant la brochure.) La notice.

(A suivre.)



Partager cet article
Repost0
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 12:54

La femme qui fait ça en blanc : Regardez ! La moissonneuse-dateuse !... Elle hoquette... Elle va s'arrêter... Une soudaine envie de lecture.

Le brûleur de cageots : D'habitude, il ne s'y prend pas comme ça. C'est bizarre.

La femme qui fait ça en blanc : Elle hoquette...

Le brûleur de cageots : Et il n'a peur de rien.

La femme qui fait ça en blanc : Alors, il n'est pas prêt de s'arrêter d'arrêter.

Le brûleur de cageots : Ca y est ! Il s'arrête.

La femme qui fait ça en blanc : Il s'est arrêté. Bon an, mal an ; bon quart-d'heure, mauvais quart-d'heure. Que va-t-il se passer dans le prochain ?

(La femme qui fait ça en blanc, le brûleur de cageots et l'inventeur de la machine à peser la souffrance se "massent" à l'extrémité du plateau, côté jardin, et regardent au loin.
Ils commentent ce qu'ils voient.)

La femme qui fait ça en blanc : Il descend de son engin.

Le brûleur de cageots : Il a une sorte de livre à la main.

L'inventeur de la machine à peser la souffrance : Il ouvre un capot.

La femme qui fait ça en blanc : Il regarde sous le capot et sur son livre.

Le brûleur de cageots : Il sort une pièce cassée.

La femme qui fait ça en blanc : Une bielle ?

Le brûleur de cageots : Une came ?

L'inventeur de la machine à peser la souffrance : Il vient vers nous.

Le brûleur de cageots : Oui, il nous a vus. Il vient vers nous.

La femme qui fait ça en blanc : Il vient vers nous. Sachons l'accueillir comme il se doit, avec les honneurs dus à son rang et le respect dû à la situation. N'en faisons pas trop quand même. 
(Elle s'adresse à l'inventeur de la machine à peser la souffrance.) Monsieur, votre machine est-elle en état de fonctionner, si le besoin s'en fait sentir avec urgence ?

L'inventeur de la machine à peser la souffrance : Oui, elle est en service.

(A suivre.)



Partager cet article
Repost0

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE
Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Recherche

Liens