25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 13:30

PROCHAINEMENT SUR CET ECRAN

FLAQUE

de Joël Fauré

Jamais plus vous ne regarderez les flaques de la même manière...

 

Repost 0
23 janvier 2008 3 23 /01 /janvier /2008 14:06

Le chef du bureau des fêtes terminées : Qu'est-ce qui vous prend ? Vous venez de démonter les rouages de notre métier. Vous croyez qu'il n'est pas assez difficile ? Je réunis mes effets de manche puisqua celle-ci n'est ni perdue ni  gagnée et je m'en vais vaquer aux affaires pendantes. (A la responsable des fêtes terminées :) Vous n'oublierez pas de passer au bureau chercher votre baise-en-ville ?

(Il s'en va.
Silence.
Le personnage tout rouge s'asseoit, la tête dans les genoux, les mains sur les cheveux, comme abasourdi.
On entend trois coups frappés derrière le mur.

Dialogue :

Voix off de femme : Vous avez vu, quelqu'un est mort, hier au soir ?

Le personnage tout rouge et la responsable des fêtes terminées, d'un même élan, "fondent" sur le lutrin, les yeux rivés sur le plan, et écoutent la suite du dialogue.

Voix off de femme : Ah bon, c'est sûr, maintenant ?

Voix off de femme : Non, c'est pas sûr mais c'est intéressant.

Voix off de femme : Moi, je crois que c'est ce type tout rouge qui a tué. Il ne me dit rien qui vaille. Il est bizarre.

Voix off de femme : Oui, il était bizarre.

Voix off d'homme : Vous vous appelez le personnage tout rouge. Pourquoi ?

Voix off de femme : Moi, je crois savoir pourquoi il s'est mis tout en rouge. C'est pour pas qu'on voit le sang de sa victime.

Voix off de femme : Cet homme est capable de tout. Nous venons même de le voir tirer à bout portant à plusieurs reprises sans sommation.

Le personnage tout rouge et la respnsable des fêtes terminées relèvent la tête et se regardent.

Le personnage tout rouge : Quelle comédie ! Vous êtes la seule à continuer à me fréquenter. Je suis infréquentable. Vous êtes bonne, belle, franche.

La responsable des fêtes terminées : Arrêtez, vous allez me faire rougir...

Le personnage tout rouge : Je crois me souvenir, si j'ai bonne mémoire, que nous avons perdu quelque chose ensemble.

La responsable des fêtes terminées : (Avec un sourire entendu :) On va les chercher ?

Le personnage tout rouge : (Il regarde sa montre.) Oui, on va jouer aux dés.

Repost 0
22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 20:35

img152-copie-2.jpg
Photo Michel Lataste

Le personnage tout rouge (Roger Borlant) et Le décrocheur de blasons (Laurent Cornic) mis en scène par Didier Albert, au Théâtre de Poche de Toulouse.






Repost 0
22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 13:29

Le décrocheur de blasons :  Le personnage tout rouge sait avoir la main verte. Et un homme qui a la main verte -aussi rouge tout ailleurs fut-il- ne peut pas être entièrement mauvais. Je n'ai plus rien à faire ici. Madame, messieurs, permettez que je me retire. Je reste à votre entière disposition pour toutes études et devis. Je vais me faire emblasonner ailleurs.

(Il prend congé.

Silence.

Le personnage tout rouge s'asseoit, la tête dans les genoux, les mains sur les cheveux, comme abasourdi.)

La responsable des fêtes terminées : Qu'est-ce que vous faites ?

Le personnage tout rouge : Vous n'entendez pas ?

La responsable des fêtes terminées : Quoi ?

Le personnage tout rouge : Vous n'entendez rien ?

La responsable des fêtes terminées : Non.

Le personnage tout rouge : Vous ne les entendez pas grincer des dents, les autres ? Et ce grincement me perce les tympans. Ne me dites pas que vous n'entendez pas. Ce grincement doublé de ce bruit de blason qui dérouille...

La responsable des fêtes terminées : Allons, tout va bien. (Le personnage tout rouge relève la tête.) Il ne suffit pas d'avoir une cible ; il faut savoir viser juste.

Le personnage tout rouge : Vous croyez ?

La responsable des fêtes terminées : Je ne crois pas. J'en suis sûre. Je vais vous confier un secret. Reprenez votre convocation. (Le personnage tout rouge s'exécute.) Vous l'avez décryptée avec succès. Bravo ! Très bien ! Voici à présent une nouvelle grille de décodage. (Elle lui tend un rectangle de papier ajouré.) Placez-le en regard du texte imprimé. (Le personnage tout rouge s'exécute.) Que lisez-vous à présent ?

Le personnage tout rouge : (Il lit.) Le doute pourra être admis à son bénéfice.

(A suivre.)

Repost 0
21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 13:18

Le personnage tout rouge : Vous les avez peut-être un peu brusquées, non ? Ce n'étaient pas de gros légumes et je me demande de quelle manière elles vont les accommoder. Ce qui reste vrai, c'est qu'elles me rappellent quelqu'un. Oui, ces vieilles peaux de pie me rappellent quelqu'un : il adorait les honneurs des grands et dédaignait les signes des petits.

La responsable des fêtes terminées : (S'adressant au chef du bureau des fêtes terminées.) Qu'en pensez-vous ?

Le chef du bureau des fêtes terminées : Rien.

La responsable des fêtes terminées : Et vous, monsieur... (Elle s'adresse au décrocheur de blasons.) de quel côté vous rangez-vous ?

Le décrocheur de blasons : Quand quelqu'un, même petit, me fait des signes, moi, j'y réponds. La première fois que j'ai vu monsieur, personnage toujours tout rouge quelquefois hieraujourd'huiste, je l'ai trouvé plutôt sympathique. Il m'a même fait débuter dans mon métier. Par la suite, je ne l'ai pas revu souvent, mais, à chaque occasion, je l'ai imaginé plus souvent en train de caresser des herbes folles et contempler des peupliers que tenir une arme à la main.

La responsable des fêtes terminées : Vous imaginez bien. Dites-nous encore, monsieur... (Elle s'adresse au personnage tout rouge.) pour la forme, quel a été votre programme hier soir, au moment concomitant où une fête se donnait, où je perdais mon baise-en-ville, où mon chef le retrouvait, où certaines de nos connaissances commençaient à décrocher, où d'autres manquaient cruellement de jus de carotte dont les vertus n'opèrent pas si on n'en boit pas.

Le personnage tout rouge : Suis allé voir barboter des canards dans un ru que j'aime bien au milieu de cognassiers et de peupliers qui ondulent sous le vent. Ai gagné la prairie. Suis allé caresser la chevelure des herbes folles. Ai vu monsieur l'automne qui, avec mélancolie met l'ancolie aux pentes des fossés. Gentil, l'automne. A l'orée des forêts, ai vu les crocs sévères des brabants mordre la terre à pleines dents. A six reprises, les aiguilles se sont superposées : six occasions d'en vouloir au monde entier. Ai entendu les flonflons et les froufrous d'une fête cachée. A trop fixer des yeux les cuivres luisants de l'orchestre que je ne voyais pas, me suis brûlé les yeux. Suis rentré éreinté dans ma mansarde. Ai pensé à elle.

Le chef du bureau des fêtes terminées : Et ensuite ?

Le personnage tout rouge : J'ai pensé à elle à m'en fendre l'âme. Fendue, fêlée, mon âme. Réformée pour le purgatoire ? Il ne me restait plus que mes yeux pour ma peupleraie : c'est joli, un peuplier, cet arbre chevelu dès le départ, souple et soyeux comme une crinière. J'ai de nouveau regardé ma montre et j'ai vraiment eu très peur. Je me suis souvenu de ma mère et de mon père. Je me suis souvenu des jeudis de mon enfance, du fourgon du boucher, de l'odeur de l'os à moelle fraîchement scié qui laissait présager de succulents pots-au-feu. Je me suis souvenu des figuiers au printemps et des salles de classe du collège, de mes camarades qui se moquaient de moi et me volaient mes trousses. Je me suis souvenu que j'avais mal perdu mon innocence, qu'à trop m'élever en mouton de Panurge, on m'avait transformé en chien sauvage ; que je n'avais pas demandé à être là, à être comme ça. Je me suis souvenu des champs de luzerne et des décoctions d'oeillets d'Inde...

(Il s'approche de la table ;

ouvre le tiroir tout en grand,

y plonge ses deux mains

et en fait jaillir des gerbes de pétales de roses et d'herbes séchées.)

Le personnage tout rouge : Pardonnez-moi, j'ai encore tiré un dernier coup. Vous voyez, c'est une fleur qui est au bout du fusil.

(A suivre.)

 

Repost 0
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 12:31
Le personnage tout rouge : Beaucoup de gens se sont écartés de moi parce que je n'étais que le miroir de leurs propres angoisses. Ceux qui se sont approchés ont cru qu'ils allaient mourir d'ennui. Je suis un poète un peu fou qu'on assassine. Firmament et Barbe-à-papa ont été pour moi de vrais gentils assassins à qui on ne peut rien reprocher. Moi, je serai pour vous ce que vous voudrez...

Première femme à la carotte à poignée : Un assassin.

Deuxième femme à la carotte à poignée : Un fou.

La responsable des fêtes terminées :
Un poète.

Le chef du bureau des fêtes terminées :
Nous allons voir et vérifier ça. Dites-nous une jolie phrase, monsieur l'hieraujourd'huiste, même si elle n'est pas de vous. Au point où vous en êtes, je vous permets de voler.

Le personnage tout rouge : Je suis un albatros.

Le chef du bureau des fêtes terminées : Mais vous ne savez pas voler...

La responsable des fêtes terminées :
Le faisceau de charges convergentes s'étiole.

Le chef du bureau des fêtes terminées : Quelle heure est-il ?

Le décrocheur de blasons :
Trois heures et quart. Pile.

Le chef du bureau des fêtes terminées : (S'adressant aux femmes aux carottes à poignées.) Vous n'avez pas des choses à vous dire ?

Première femme à la carotte à poignée :
...

Deuxième femme à la carotte à poignée :
...

Le chef du bureau des fêtes terminées : Vous n'avez pas des choses à vous dire ? (Les deux femmes aux carottes à poignée semblent sortir d'une léthargie.
Elles se lèvent et se placent en retrait, en vis-à-vis.
Dialogue.)

Première femme à la carotte à poignée : Mais qu'est-ce que ça veut dire, ça : "Le faisceau de charges convergentes s'étiole."

Deuxième femme à la carotte à poignée :
A mon avis, il y en a qui confondent le rouge avec d'autres couleurs.

Première femme à la carotte à poignée :
Ne croyez-vous pas qu'on est en train de le blanchir, ce type ?

Deuxième femme à la carotte à poignée :
Grincez des dent. Vous pouvez grincer des dents si vous êtes toujours de son côté. Je grincerai avec vous.

Première femme à la carotte à poignée :
Et alors, il ne nous restera plus qu'à retourner à nos carottes pour en faire de la purée. Ou du râpé, puisque les poignées le sont déjà un peu.

La responsable des fêtes terminées :
(Elle s'approche des femmes aux carottes à poignées.) Mesdames, faites de ces ombellifères turgescentes le meilleur usage qu'il se peut. Mais maintenant, foutez-nous la paix. La sortie, c'est par ici.

(Les femmes aux carottes à poignée s'en vont avec force mimiques outrées.)

(A suivre.)














Repost 0
19 janvier 2008 6 19 /01 /janvier /2008 12:18
Le personnage tout rouge : Vous pensez que, là encore, par mégarde, action ou omission, j'ai pu commettre une erreur ?

Première femme à la carotte à poignée :
Ca dépend ? Vous avez commencé par quoi ? Par porter le deuil ou par rougir ?

Deuxième femme à la carotte à poignée :
De quelle couleur était votre costume de deuil ?

Première femme à la carotte à poignée :
Le crêpe était-il rouge ou noir ?

Le chef du bureau des fêtes terminées :
En clair, en un mot comme en dix-mille, vous les avez tués, eux aussi ?

Le décrocheur de blasons :
En face de quoi sommes-nous ? De plusieurs doutes dont monsieur est le concessionnaire-dépositaire. Il est parfaitement franchisé. Mais aussi d'un mur, aussi muet qu'une tombe de carpe, aussi aveugle qu'une taupe, aussi fermé qu'une huître...

Le personnage tout rouge : Ce mur, monsieur, ce mur, je vous défends de le condamner sans le juger. Il l'est déjà assez comme ça. Ce mur... Il ne faut pas tirer sur l'ambulance ni sur le pianiste... Ce mur est déjà condamné. Ce mur est aveugle. Ce mur est aveuglé. Ce mur est orbe. Vous ne connaissez pas l'histoire de ce mur ?

Le chef du bureau des fêtes terminées :
Nous serions heureux de la connaître.

Le personnage tout rouge :
Ce mur n'est pas le mur des lamentations. Ce mur n'est pas celui de Berlin ; ce n'est pas non plus la Grande Muraille de Chine, pas plus que la murette de mon voisin. Ces vieilles pierres d'aujourd'hui nous parlent d'hier. Vous connaissez les jolis mots de Barbara : "Les choses ont leurs secrets, les choses ont leurs légendes, mais les choses murmurent si nous savons entendre." J'aurais bien aimé créer un mouvement, celui des "hieraujourd'huistes", celui de ceux qui pensent qu'hier explique aujourd'hui. Hélas, je ne peux plus faire beaucoup de mouvements. Ce mur, j'en ai vu poser la première pierre. Puis d'autres sont venus, qui voulaient le crépir, le blanchir ou le jaunir, et d'autres encore qui voulaient déposer une plinthe à ses pieds. Une plinthe fantaisiste avec pour seul motif des petites souris qui se suivent. Les gens d'ici n'ont pas voulu. Ils ont à peine accepté qu'on fixe un blason, avec dessus une bête plus inconnue, le blason que vous avez connu, que nous avons connu jusqu'à ces derniers jours. A l'origine, ce mur devait être le premier d'une maison d'attente.

Le chef du bureau des fêtes terminées : Une maison d'attente ?

Le personnage tout rouge : Une maison. Il existe bien des salles d'attentes. Pourquoi n'y aurait-il pas des maisons d'attente ?

Le chef du bureau des fêtes terminées : Mais pour quoi faire ?

Le personnage tout rouge : Pour attendre que les salles d'attente se libèrent.

Le chef du bureau des fêtes terminées : Monsieur, allez-vous nous dire à la fin ce que vous êtes ? Vous êtes fou, poète ou assassin ?

(A suivre.)

Repost 0
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 13:48

Le personnage tout rouge : Les mots de mon silence seront-ils... assez... forts... pour...
(Il se tait.
Silence.
Au bout de quelques instants, tous ceux qui avaient quitté la scène reviennent.)

Le chef du bureau des fêtes terminées : (Il désigne le public.) Rien de cassé ? Qu'est-ce que vous leur avez dit ?

Le personnage tout rouge : Je leur ai dit que certains soirs, ça passait de justesse. On se demande comment se débrouille le lendemain pour arriver. Je leur ai dit que quand ils avaient froid, moi, j'avais très froid ; quand ils avaient peur, moi, j'avais très peur. Je leur ai dit que ça me ferait beaucoup de peine de savoir que j'ai pu faire du mal à quelqu'un, mais que ça m'en faisait encore plus de savoir qu'on puisse penser que j'en ai fait. Je pense que j'ai été de bonne foi. J'ai joué à quitte ou doux. Je leur ai dit plein d'autres choses mais je ne sais pas s'ils ont entendu. Et vous, qu'est-ce que vous avez fait ?

Le chef du bureau des fêtes terminées : Nous sommes allés un peu plus loin, sur l'aire tant ventée qu'elle en est mensongère. Rien de notable n'est à rapporter si ce n'est une idée singulière qui nous a traversés à tous au même instant. Alors que nous avions le vent en pourpre, nous nous sommes dit qu'un jour ou l'autre, tout le monde pouvait devenir un peu rouge.

Le personnage tout rouge : Il ne faut pas que ça s'étende, voilà tout. Vous m'avez dit à quoi vous avez fait penser le vent : merci. Mais voulez-vous maintenant me dire si, en le humant, il vous a apporté une odeur de tombe fraîche ?

Le chef du bureau des fêtes terminées : Qu'est-ce que vous entendez par-là ? Ah, oui... bien sûr, une odeur de tombe fraîche... C'est une idée que nous aurions dû creuser. Non... Non... Vous avez senti quelque chose, vous autres ?
(Les autres secouent la tête, en signe de négation.)

Le personnage tout rouge : Quelle catastrophe ! Quelle catastrophe d'ignorer s'il y en a eu une et s'il va y en avoir d'autres... Firmament et Barbe-à-papa m'en ont tellement fait miroiter que j'en vois partout. Firmament et Barbe-à-papa avaient aussi coutume de me dire : "Tu ne feras jamais rien de bon dans ta vie", avec une variante : "Toi, si tu fais quelque chose de bon dans ta vie, j'irais le dire loin." Ils n'ont pas eu à se déplacer ! Ils disaient aussi : "Tu vas mal finir", mais ils oubliaient de dire que l'on m'avait très mal tout fait commencer. Firmament et Barbe-à-papa m'ont tant dit : "Ne fais pas ceci, ne fais pas cela" qu'aujourd'hui, je suis incapable de faire quoi que ce soit. Ils ont eu les mots qui tuent. Ai-je pu tuer pour des mots ?

Le chef du bureau des fêtes terminées : Et vos barbe-à-parents sont morts ?

Le personnage tout rouge : De mort naturelle, oui.
(Un doute semble l'assaillir.
Il se tait, baisse la tête et se retourne de trois-quarts.)

(A suivre.)

Repost 0
17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 10:26

Le chef du bureau des fêtes terminées : Reprenons en mains ce que nous avions sur les bras. Pourquoi avez-vous tiré ? Pourquoi avez-vous tué ?

Le personnage tout rouge : Je ne sais pas si j'ai tué. J'ai peut-être tué sans m'en rendre compte ? Ca arrive, parfois.

Première femme à la carotte à poignée : Cet homme est capable de tout. Nous venons même de la voir tirer à bout portant à plusieurs reprises sans sommation.

Le personnage tout rouge : Ce n'était qu'un tiroir.

Deuxième femme à la carotte à poignée : Qui tire un tiroir peut tirer sur un peignoir...

Le chef du bureau des fêtes terminées : Tout ce qui va être dit à partir de maintenant va être très dense. Nous aurons une satisfaction si nous comprennons tout.

Le personnage tout rouge : Vous permettez que je m'isole ?

(Il se place un peu en retrait, côté cour et, bien campé au sol, de façon délibérée, il pousse un cri strident, un brame, un hurlement, souligné par son pied droit, comme une ruade.

Semblant avoir évacué son trop-plein de douleur, il revient vers le chef du bureau des fêtes terminées.)

Je ne pourrai parler que lorsque les gens qui 'ont cassé se seront cassés.

Le chef du bureau des fêtes terminées : Y-a-t-il dans cette assemblée des gens qui vous ont cassé ? Monsieur ? (Il désigne le décrocheur de blasons.)

Le personnage tout rouge : Non, lui, il casse rien.

Le chef du bureau des fêtes terminées : Mesdames ? (Il désigne les femmes aux carottes à poignée.)

Le personnage tout rouge : Elles n'ont jamais cassé trois pattes à un albatros.

Le chef du bureau des fêtes terminées : Madame ? (Il désigne la responsable des fêtes terminées.)

Le personnage tout rouge : Non. Elle a la délicatesse de savoir ce qui est fragile.

(Le chef du bureau des fêtes terminées invite le personnage tout rouge à s'approcher du lutrin et désigne le plan.)

Le chef du bureau des fêtes terminées : Et parmi tous ceux-là, y-en-a-t-il qui vous ont cassé ?

(Le personnage tout rouge regarde le lutrin, puis le public, et réfléchit.)

Le chef du bureau des fêtes terminées : Voulez-vous que nous vous laissions seul, en tête-à-têtes ?

Le personnage tout rouge : ...

Le chef du bureau des fêtes terminées : Mesdames, monsieur, je vous invite à vous éclipser quelques instants. Et je vais faire de même.

(Tous s'en vont, en silence.

Le personnage tout rouge regarde sa montre et va s'asseoir sur l'une des chaises laissée vacante.)

(A suivre.)

Repost 0
16 janvier 2008 3 16 /01 /janvier /2008 13:16

La responsable des fêtes terminées : Vous vous donnez le temps de laisser refroidir un corps, joli si possible, un corps en or victime de ne pas l'avoir été. Un corps qui est peut-être encore si tiède qu'il est bien vivant.

Le chef du bureau des fêtes terminées : Chère collègue, je ne vous permets pas d'orienter les débats. Il faut qu'il y ait eu un crime. Il faut qu'il y ait une mort : c'est notre raison de vivre. Monsieur est presque d'accord. Il vient de nous dire qu'il y avait été préparé par ceux qui l'ont précédé. Monsieur, que faisiez-vous hier soir, sur la plage de qui va de dix-huit heures trente cinq à minuit via le crépuscule et la tombée des ténèbres ?

Le personnage tout rouge : Suis allé voir barboter des canards dans un ru que j'aime bien au milieu de cognassiers et de peupliers qui ondulent sous le vent. Ai gagné la prairie. Suis allé caresser la chevelure des herbes folles. Ai vu monsieur l'automne qui, avec mélancolie met l'ancolie aux pentes des fossés. Gentil, l'automne. A l'orée des forêts, ai vu les crocs sévères des brabants mordre la terre à pleines dents. A six reprises, les aiguilles se sont superposées : six occasions d'en vouloir au monde entier. Ai entendu les flonflons et les froufrous d'une fête cachée. A trop fixer des yeux les cuivres luisants de l'orchestre que je ne voyais pas, me suis brûlé les yeux. Suis rentré éreinté dans ma mansarde. Ai pensé à elle.

Le chef du bureau des fêtes terminées : A elle ?

Le personnage tout rouge : Firmament m'avait défendu d'y penser. (Il baisse la tête. Il se lève, s'approche du lutrin, consulte le plan, puis regarde le public, scrutateur. Sa main en auvent au dessus de ses yeux, il semble chercher quelqu'un...)

Le chef du bureau des fêtes terminées : Vous pensez qu'elle est encore là ?

Le personnage tout rouge : Il semble qu'elle n'y soit pas. (Il revient vers la table, s'aperçoit qu'elle possède un tiroir. Il l'ouvre, le referme ; l'ouvre de nouveau, le referme. Même jeu compulsif, par essence exécuté plusieurs fois.

Le chef du bureau des fêtes terminées : Il n'y a rien à tirer de ce tiroir, à première vue.

Le personnage tout rouge : A la deuxième non plus.

Le chef du bureau des fêtes terminées : Vous cherchez quoi, au juste ?

(A suivre.)

 

Repost 0

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens