20 octobre 2007 6 20 /10 /octobre /2007 20:16
"Scandale dans la famille"

ALAIN ROBBE-GRILLET : "UN ROMAN SENTIMENTAL"

DOIT-ON DIRE
"UN BOUQUIN A DEPUCELER" OU "UN LIVRE A DEFLORER" ?


Soyons clairs : je vais choquer.
Un livre vient de sortir des éditions "Fayard". Il parle de sexe.
Son auteur est Alain Robbe-Grillet, très accessoirement membre de l'Académie Française, "pape du nouveau roman". On est libre ou pas de se rendre à ses messes.
ARG n'est pas un prédateur. Sa vie est derrière lui.
Je n'ai pas lu une seule ligne de ce livre, et c'est pourtant comme si c'était fait. Quelle prétention, me direz-vous ?
De quoi est-il question ? De fellations et de sodomies, de sexes rentrés partout, de muqueuses qui jouissent à n'importe quel prix et avec n'importe qui, pourvu qu'il y ait quelque consentement...
S'appesantir sur le sensationnel de l'entreprise ne me plaît pas.
ARG doit sans doute aller trop loin et il le sait.
Reprendre à bon compte des phrases et des mots percutants -serrer des tétons avec des pinces rouillées, découper un corps d'enfant comme un découpe un rôti- servirait à quoi ? Ce ne sont pas des actes que je commets personnellement tous les jours, et Robbe-Grillet non plus.
Oui, ARG trangresse. Parce qu'il peut se le permettre, ce vieillard lubrique... Parce qu'il n'est que le reflet de chacun, qui porte le même cancer, qui se développe ou pas...
Je ne sais pas quel sera le parcours de ce livre. L'avenir nous le dira.
Je l'ai acheté ce soir. Il est soudé à chaud sous film transparent et non massicoté.  Une étiquette dit : "L'Editeur tient à signaler que ce "conte de fées pour adultes" est une fiction fanstasmatique qui risque de heurter certaines sensibilités.
L'ouvrage n'étant pas massicoté, il est préférable, pour l'ouvrir, d'user d'un instrument coupant plutôt que de son doigt."
Coupe-papier ? Dague ? Kriss ? Couteau à pain ? A huître ? Cutter ? Opinel ? Laguiole ? "Econome" à peler les patates ?
Que vais-je choisir quand je vais me décider à découvrir le pire comme le meilleur, c'est à dire la vie ?

JF

PS : Pour se faire une "idée" de ce livre, je conseille la lecture du blog de Pierre Assouline, "La République des Livres". Et surtout des innombrables commentaires qui en découlent.
J'aime beaucoup celui-ci :
"Une neige de loup gomme le bois de Boulogne. Plus rien. Les images reprennent à l'entrée d'un appartement de Neuilly. Sur un mur, peint à la façon d'un ciel, un buste de fille a été accroché et sa blancheur se confond avec celle d'un nuage. Un coquelicot de sang fleurit entre ses seins. [...] Ou bien est-ce au Mesnil, l'autre demeure de Robbe-Grillet, au fond d'un parc de Normandie que l'imagination s'emballe ? Ici, on le voit descendre dans les caves d'abord insoupçonnées et que l'on se figure aussitôt criminelles, bondées de "belles captives. L'homme n'en remonte que des bûches, car il gèle, avec des gants de daim, car il est écrivain."

(http://libellules.blog.lemonde.fr)



Repost 0
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 20:16
img130.jpg

"Le régénéré caoutchouteux servait de matière premières aux célèbres bottes "Baudou"
Joël Fauré (Carnets)
Repost 0
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 19:43
"... en attendance..."

La vie active s'ouvrait à moi, puisque je l'avais ainsi "souhaité". Voyageur hébété sans bagage tombé d'un train en partance pour des destinations habituellement desservies. Moi, je restais "en attendance" d'un hypothétique repreneur en mains, conseilleur même mauvais payeur. Mais nul n'est jamais venu, jamais, jamais. Pauvre naïf. Espèce de con. Isolé. Esseulé. Solitaire. Puceau.
Acculé à accepter la plus basse des tâches, puisque si d'autres, de diplômes sont bardés, je l'étais moi-même d'incapacités de tous les droits, d'examens médicaux de routine, de maîtrise de la nigauderie, de certificats d'exemption, de brevets d'invention de la courbure d'échine.

La manufacture de caoutchouc "Baudou" employait le père : elle pouvait aussi employer le fils.
Ma mission, puisque je l'avais acceptée, consistait à débâcher, décharger, recharger et rebâcher de gros camions ventrus. On me vit en équilibre instable sur les poutrelles metalliques de leur squelette, aussi à l'aise qu'un éléphant peut l'être sur un fil de pêche et regrettant déjà l'assise moelleuse du bois des pupitres scolaires.
Les gros cubes repartaient, repus de leur régénéré caoutchouteux tout droit sorti des granulateurs et des calandres, caoutchouc qui servait de matière première à la fabrication des célèbres bottes "Baudou" (tiens, des bottes !), "les bottes de chez nous, les bottes passe-partout, dans la m... et dans la boue." qu'on trouve encore sur les gondoles de nos chausseurs.
Hélas, le caoutchouc, entre autres propriétés, a celle de fondre comme neige au soleil, avec l'odeur en plus. La manufacture, devant de sérieux impératifs, dut se résoudre à se séparer de son personnel.
Nous fumes tous remerciés, au sacro-saint nom d'un licenciement économique : il y avait à peine cinq mois que j'étais entré au service de la grande saga caoutchouteuse.
L'inaction avait de beaux jours devant elle.

"L'inaction avait
de beaux jours devant elle."






Repost 0
17 octobre 2007 3 17 /10 /octobre /2007 19:20
Cette tranche de vie
est dédiée à Patricia L.
(Si elle lit ces lignes...
elle saura pourquoi.)

"Une tarte tatin me glorifia
d'une brûlure au majeur."


Tout au bout de la classe de 3e, où l'orientatton est on ne peut plus importante, les aiguilles de la boussole s'emballèrent. Ne désirant plus être captif d'un système qui m'avait déjà beaucoup abîmé, j'empruntai la première route qui s'ouvrait à moi.
De perches et de mains tendues aucune ; seul un carrefour sans indicateur.
J'entrai en apprentissage dans un restaurant pour y apprendre le noble métier de cuisinier. Je garde le souvenir de tonnes de pommes de terre à éplucher, d'oignons et d'échalotes dont on connaît les vertus, d'une tarte tatin qui me glorifia d'une brûlure au majeur, de la "machine à friser le persil" qu'on m'avait envoyé chercher partout, d'un maître d'apprentissage "pressé", mais de noblesse aucune trace, ou alors très lointaine, tout au fond de l'eau de vaisselle. Mon passage dans la gastronomie n'aura marqué personne ; mon nom ne figurera pas dans les guides étoilés.
Au bout d'un mois, dégoûté, désemparé, je quittai le piano et rendai mon tablier.

Je repris mes études.
Au nom de Molière et Zola qui m'avaient fait aimer les Belles Lettres, je fus admis en seconde littéraire.
Nous étions dans une classe à forte densité féminine. De jeunes drôlesses eurent beau jeu pour me déstabiliser à grands coups de rires sonores, quolibets graveleux et autres subtilités insidieuses.
L'emprise n'offrait aucune résistance. Il est tellement agréable de se fendre la pêche avec un benêt, aux connaissances "déconnatoires" déficientes et pas du tout préparé aux mots et aux réjouissances de son époque. On repère toujours facilement les malhabiles, les laissés-pour-compte, les rougissants, les douffre-douleur, les têtes de Turc, les cibles faciles.
Bref, parlons peu et parlons bien : Pythagore se renfrogna encore un peu et ne voulut plus me livrer les secrets de son théorème ; la mer d'Aral confondit ses eaux avec celle du lac Titicaca ; Bayard, offusqué par ma lâcheté, tourna une page de son histoire, et tout arriva aux oreilles de Molière et de Zola qui me refusèrent le bénéfice d'un happy-end.

"Molière et Zola
me refusèrent
le bénéfice d'un "happy-end".
 
 


Repost 0
16 octobre 2007 2 16 /10 /octobre /2007 19:10
"... les "popoyes" ont besoin
d'espace et d'air frais."

Nous étions à la campagne, je l'ai déjà dit je crois : les "popoyes" ont besoin d'espace et d'air frais. Quand elles ne jouent pas à faire peur, elles sont comme vous et moi.
Mes parents ne possédaient pas de voiture, et ni l'un ni l'autre n'avait le permis de conduire. Ma mère me transportait sur un siège de fortune, posé à même le porte-bagages de sa "Mobylette". Les sorties et les déplacements s'en trouvèrent fort réduits. Les activités d'éveil restèrent en sommeil. Je n'avais aucune prédisposition apparente, aucune vocation naissante, aucune aptitude latente, ou, tout au moins, elles n'ont pas été invitées à s'exprimer.
J'enviais les familles qui se transmettent de génération en génération leur savoir, leurs énergies, leurs talents même si, comme Brel, je prétends que l'acquis est supérieur à l'inné.

Où et comment se cultive un paradoxe ? Dans le même temps où j'étais l'élève tourmenté et souffreteux que j'ai décrit, une saillie pointait son nez : la dérision. Elle a été souvent, très souvent, ma planche de salut. Les mots aidant, j'allai devenir le pitre, l'auguste, le bouffon, celui qui reçoit, au cirque, les claques, les baffes, les gifles ; celui qui, par son accoutrement et sa maldresse, déclenche les rires. Dans la cour du collège, un micro fictif à la main, je commentais les bagarres ou bien encore je réalisais avant la lettre les premiers sondages de popularité des professeurs. Ces prestations avaient un mérite : celui de dérider mes camarades et de provoquer leur hilarité. Il créditait par la même occasion le capital de sympathie et de naïveté dont je jouissais à part égale auprès des autres. Sympathie et naïveté : deux veines que ne manquèrent pas d'exploiter les opportunistes.
Si les lettres me parurent d'emblée, avenantes, en revanche, les chiffres s'affirmèrent comme de redoutables dinosaures. Il me semble, avec le recul, que si j'avais eu, en son temps, plus de sollicitude pour les tables de multiplication, la face du monde n'en aurait, bien sûr, pas été changée, mais la mienne oui.


"... la face du monde
n'en aurait pas été changée,
mais la mienne oui."

Repost 0
14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 20:18
"On me dit
que je fus couvé par ma mère."

On me dit que je fus hyper-protégé, couvé par ma mère : fut-elle faible ? Voyait-elle sur le parcours de ma santé précaire les jalons indicateurs d'une plus grande tolérance à mon égard ? Aurait-elle dû dormir à mes côtés, pour conjurer mes peurs, aussi longtemps, jusqu'à 12-13 ans à peu près ? Parce-qu'elle me mettait de plain-pied avec d'insurmontables difficultés, je fuyais l'école, avec une migraine ou un mal d'estomac. On prétend qu'ils furent souvent fictifs : je ne sais si je sus à ce point jouer la comédie.
Mon corps s'illustra très tôt dans de splendides échecs : les cours d'éducation physique, au collège, en furent le théâtre privilégié : je ne pouvais courir plus de dix mètres sans avoir un point de côté ; le grimper à la corde ne resta qu'une abstraction, mes mains ne voulurent jamais me hisser vers les "Très-Haut", et mes pieds refusèrent obstinément de s'élever, sous les lazzis et les quolibets de mes camarades. Il fallut user du "mot" des parents à l'intention de mon professeur de gymnastique pour que ce dernier accepte de me dispenser de ses subtiles sciences.
Des peurs, des anxiétés, des angoisses naquirent : on allait sans doute me faire un croc-en-jambe à la sortie des cours ; je n'allais pas retrouver mon cartable ; on allait m'enfermer, par jeu, dans les toilettes ; envoyé au tableau noir, je n'allais pas savoir résoudre une division à virgule ; j'allais manquer le car... Climat constant d'insécurité qui m'enveloppait ainsi qu'un paletot sur lequel, c'est bien connu, tout peut tomber.
De retour "à la maison", des frayeurs me poursuivaient : avant de me coucher, je vérifiais bien qu'il n'y avait personne sous mon lit, et surtout pas la "popoye" dont on m'avait assuré qu'elle faisait peur aux enfants. De ce côté-là, on avait dit vrai. Cette oeuvre de pure fiction remplissait bien son rôle.

"... "la popoye" faisait peur
aux enfants..."

Repost 0
13 octobre 2007 6 13 /10 /octobre /2007 21:06
img124.jpg
Fac-similé "Union" Mai 1977

A la lecture de la "revue internationale des rapports humains" "Union", achetée en catimini, j'eus les premières lumières sur les activités conseillées du corps."
Joël Fauré (Carnets)
Repost 0
13 octobre 2007 6 13 /10 /octobre /2007 20:33
"Mais les bottes dansèrent
une valse-hésitation."

Mais les bottes dansèrent une valse-hésitation. A la lecture de "la revue internationale des rapports humains""Union" achetée en catimini (je venais pourtant d'avoir 18 ans), j'eus les premières lumières sur les activités conseillées du corps. Les bottes reculèrent d'un pas. Là, sur le papier glacé, des couples prenaient position et offraient un nouvel éclairage (le bon) à la copulation. Sur le papier. Sur le papier seulement. Il n'en demeura pas moins vrai que le temps passait et que mon éducation souffrait de nombreuses lacunes. "L'accablante ruralité" ne favorisait aucunement les rencontres ; j'allai m'engluer dans une solitude profonde.
Quand on m'interrogeait, au cours des grands repas familiaux tant redoutés sur mes amours -et mes amours, comment se portaient-elles ?- Très mal. Elles se portaient très mal, puisqu'elles ne se portaient pas du tout- j'avais des rougissements de rosière et balbutiai quelque demi-mot devant des amphitryons hilares.
Combien de fêtes ai-je fuies ? Combien de fois me suis-je dérobé pour n'avoir pas à afficher toute l'étendue du désastre : un adolescent post-pubère, très mal dans sa peau, avec une voix de fausset, étranger aux réjouissances de ses contemporains, largué au bord de la route, et surtout, surtout, ne sachant pas danser, et n'ayant encore jamais fait l'amour.
Ne sachant pas danser : terrible négation qui allait me poursuivre, m'obséder, me complexer au paroxysme. J'avais bien cru comprendre que danser, c'était le meilleur moyen d'approcher les filles, mais j'ai dû accorder, dans mon désarroi, une importance surfaite à cette forme d'expression (de nombreuses personnes dansent comme des clés à molettes, cela ne les a pas empêchées d'avoir femme et enfants.)
Pour moi, une chose était sûre : je me voyais déjà rutilant cavalier ballot, ridicule, grotesque, lourd, arrivé sur la piste sans avoir suivi de trace, de panneaux... 
Quand on fera danser les complexés de la danse, je ne serai pas à l'orchestre.


Les lectures d'Union furent édifiantes, mais très abstraites. Il y en avait un qui rongeait son frein, c'était mon sexe de français moyen, lui qui ne l'était pas moins.

"Quand on fera danser
les complexés de la danse,
je ne serai pas à l'orchestre."

Repost 0
12 octobre 2007 5 12 /10 /octobre /2007 19:52
"Ces rêves m'amenaient
à la pollution nocturne."

Mes nuits commencèrent à être animées de rêves dans lesquels tantôt j'aidais Cendrillon à retrouver ses bottes en cuir, tantôt je chaussais moi-même les bottes de sept lieues. Dans tous les cas de figure, ces rêves m'amenaient inéluctablement à la pollution nocturne : sensation forte, agréable, insoupçonnée. Je ne pouvais que constater sans y rien comprendre le spectacle qu'offrait mon sexe, avachi dans sa liqueur gluante, en d'autres endroits sources de vie.
Mais qu'était-ce ? Qu'était-ce donc ? Que m'arrivait-il ? Un nettoyage hâtif avait toujours raison de ce que je considérais être une étrangeté, un mystère, et il ne restait plus q'une auréole au beau milieu de mes beaux draps, beaux draps dans lesquels j'étais et allais rester longtemps encore, innocent aux mains vides et inactives.
Elles devinrent savantes, un soir, pourtant. A travers les barreaux de mon lit-cage, guidées par je ne sais quel instinct, elles saisirent la hampe de mon pénis et jouèrent avec jusqu'à "la petite mort" comme se plaisent à le dire les italiens. L'Orgasme 1er, premier de la série, obtenu sur commande. Une véritable petite révolution que cette découverte archéologique enfouie par toute une civilisation de tabous.

Ludiquement, j'acquis pour me chausser une paire de bottes "gardian" en cuir fauve, "au déballage américain". Elles devinrent les accessoires de mes premiers films de sous-préfecture : botté à la "John Wayne", en selle de mon vélomoteur, et à la manière de Brigitte Bardot, enfourchant de ses cuissardes sa Harley-Davidson "quand je sentais en chemin les trépidations de ma machine, il me montait des désirs jusqu'au creux de mes reins". Ou bien encore les "gardians" glissées sur des collants chipés dans un placard, pour jouer un remake de "Certains l'aiment chaud". Ou encore une pâle copie de "Zorro" avec bottes et fouet de chien de supermarché.

 
"... avec bottes et fouet
de chien de supermarché."
 
 
 
Repost 0
11 octobre 2007 4 11 /10 /octobre /2007 19:51
img123-copie-4.jpg
Cliché JF
"Comme une fleur"

"... le très clair objet du désir."
Joël Fauré (Carnets)
Repost 0

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens