24 août 2008 7 24 /08 /août /2008 19:46

(L'employé aux écritures s'assure que la permanente de fonction est bien partie.
Avec méticulosité, il place un pied devant l'autre sur la ligne jaune, un peu comme un funambule, en jouant de ses bras pour balancier.)

L'employé aux écritures : Dès qu'on prend position, on a forcément des détracteurs. L'autre jour, il m'est arrivé une histoire exaltante. Je marchais dans une galerie marchante et, juste à l'instant où je ne m'y attendais pas, savez-vous que j'en ai vu ? (Soudain déstabilisé, il chute presque, se rattrape, se tenant le coeur.
Il va se rasseoir.)
Donc je marchais dans une galerie marchante et j'en ai vu une paire qui marchait aussi. Des bottes. Des bottes de rêve. Portées par une femme, belle, mais belle, à en tomber. A pleurer. Aussi grande que belle. Aussi brune que grande. Yeux de biche. Cheveux d'ébène. Moi, je regardais surtout ses bottes. Ca lui faisait une belle jambe. Au fil de sa marche, le compas de ses jambes fuselées pivotait dans ses cuirs et dessinait sur les dalles des frises, des arabesques et des strioscopies. Le cuir devait bailler sur la peau, clapoter sur la plage de ses cuisses, puis venir la délicatement lécher comme la mer le fait avec le rivage. Bottes. Bottes. Bottes. Bottes, mes amies les bottes, dépassez-vous au moins le genou ? Je ne sais. J'aurais bien aimé que la réponse fût oui. Un long imperméable m'empêchait d'en toiser la tige. La botteresse s'est assise à la terrasse d'un café. En a commandé un. Moi aussi. A la faveur d'un flottement d'étoffe, j'ai pu constater que tout était à la bonne hauteur des circonstances. Elle s'est levée, a remonté ses bottes : jamais vu des bottes aussi hautes. Je les ai suivies. Elles sont entrées dans une boutique, se sont arrêtées devant une gondole de parfums... J'étais dans leur sillage, muet, fasciné, galvanisé. Je n'aurais seulement voulu être qu'un grain de poussière entre leurs plis, leurs reflets, leurs reflets...
(Lointain, il se prend à rêver.)
Mais, sous quels feux de la rampe va-t-elle ? Non... Pas là... La lumière me scie les yeux.
(Il plaque sa main sur ses yeux.)

Un homme arrive.)


(A suivre.)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens